Alavés / Calleja peut-il s’en sortir ?

100% Liga Accueil Alavés Articles En avant Liga Santander

Jusqu’au doublé de Joselu contre Cádiz, le Deportivo Alavés n’avait gagné qu’une seule fois en Liga, contre l’Atlético de Madrid. Mais hormis cet exploit, les Babazorros semblaient à cours de solutions et Javi Calleja paraissait dans l’incapacité de redresser la barre. Ce succès contre les Gaditanos est-il annonciateur d’un regain de forme à Mendizorroza ?

Un véritable soulagement. Quand Joselu s’en est allé battre Jeremías Ledesma pour la seconde fois du match, tout l’effectif d’Alavés s’est rué sur le buteur pour célébrer la validation du succès babazorro à Cádiz dans les dernières secondes de la rencontre. Le temps commençait à presser. Mis à part une unique victoire contre l’Atlético de Madrid, l’équipe basque cumulait 7 défaites sur 8 matches de championnat. Vu l’allure des choses, l’avenir de Javi Calleja s’obscurcissait sérieusement.

« Nous devons continuer de nous améliorer à travers notre sécurité défensive et notre confiance de ne pas encaisser de but. Ensuite, au niveau positionnel, nous avons été meilleurs, nous devons être plus calme avec le ballon et plus confiants mais nous devons entrer le plus de fois possibles dans la surface adverse et être efficaces »
Javi Calleja en conférence de presse d’avant-match contre Elche, le 25 octobre 2021

Pour l’ancien entraîneur de Villarreal, cette victoire a prouvé que son groupe est toujours avec lui. Son abrazo remarqué avec Joselu l’a attesté.

« Le Míster réalise un travail spectaculaire. Il a toujours eu confiance en moi et dans le groupe. Nous savions que la situation était compliquée et qu’il le vivait mal mais, je le répète, ce n’est pas de sa faute, en aucun cas. Depuis qu’il est arrivé avec son staff, il a remis sur pied cette équipe et il faut l’en remercier »
Joselu, après la victoire à Cádiz, le 23 octobre 2021

By Icon Sport

Joselu, orphelin de Lucas Pérez

Le début de saison pénible peut-il connaître un autre épilogue qu’une descente inéluctable ? La première étape pour sortir de la zone rouge : battre Elche à l’extérieur. Les Ilicitanos ont grappillé un point contre l’Espanyol après avoir mené puis été mené dans l’espace de quelques minutes.

Le principal problème d’Alavés, c’est son attaque. Pour l’heure, les Basques n’ont marqué que 4 petits buts, dont 2 sur penalty. Par la force des choses, le départ de Lucas Pérez au moins d’août a de quoi être sujet à caution. Surtout que l’ancien Gunner n’est pas parti n’importe où : à Elche, précisément, un rival direct pout le maintien. Et si l’on en croit la « loi de l’ex », l’attaquant pourrait bien jouer un sale tour à son ancien club qu’il a quitté dans des conditions troubles, accusé de manquer d’engagement par Abelardo et par une partie de l’afición.

« Pour moi, Calleja est une personne formidable. Il a essayé de me convaincre de rester, mais je pense que le mieux pour moi était de partir. Le club ne voulait pas de mon départ mais il s’est très bien comporté avec moi car il m’a laissé partir »
Lucas Pérez sur les ondes de Radio Marca Vitoria, le 25 octobre 2021

Seul inconvénient : il n’a pas été remplacé et Calleja ne peut compter que sur un seul buteur d’expérience et totalement opérationnel à ce niveau de la compétition en la personne de Joselu. Forcément, le rendement offensif s’en ressent et si les Babazorros misent surtout sur leur assise défensive, cela ne suffira pas pour espérer se maintenir.

Le moment de faire une série

Quatre fois cette saison, Alavés a perdu 1-0. Le genre de performance qui ont de quoi exaspérer car, dans un championnat très homogène, on peut travailler avec un peu plus de sérénité avec quelques unités supplémentaires au lieu de se débattre dans le tambour de machine à laver. Calleja sait qu’avec un brin supplémentaire de réussite, le chip peut s’inverser en l’espace de quelques matches.

« C’est le match le plus important de la saison jusqu’à présent. Ce seraient deux victoires consécutives. Devant, Elche a des joueurs de grand talent, qui cadrent beaucoup et marquent des buts. Défensivement, nous ne pouvons pas commettre d’erreurs, il ne faut pas leur offrir le ballon »
Javi Calleja en conférence d’avant-match contre Elche, le 25 octobre 2021

Si la victoire contre l’Atlético n’a pas créé une dynamique dès le match suivant, les Babazorros ne veulent cette fois-ci pas manquer l’opportunité d’y parvenir, qui plus est à Mendizorroza. Avec Getafe et Levante dans le rétroviseur qui donnent de sérieux signes de lassitude, Alavés n’est pas dans la même spirale infernale. Calleja continue de maintenir son groupe en vie. Ce n’est pas donné à tout le monde et c’est certainement la clef pour ne pas sombrer dès à présent.

François Miguel Boudet

 

 

 

Commentaires