đŸšș Madrid CFF / Vicky, de MVP en Liga Promises Ă  joueuse de Liga Ellas Ă  15 ans

Accueil Articles En avant Foot FĂ©minin

À tout juste 15 ans, Vicky LĂłpez a disputĂ© ses premiĂšres minutes en Liga Ellas. MVP de la 1re Ă©dition de la Liga Promises fĂ©minine en 2019, la joueuse du Madrid CFF, internationale espagnole U17, a un brillant avenir devant elle, au point d’ĂȘtre courtisĂ©e par les plus grands clubs et par le NigĂ©ria, le pays d’origine de sa mĂšre.

JosĂ© RamĂłn de la Morena, cĂ©lĂšbre journaliste espagnol dĂ©sormais frais retraitĂ©, a crĂ©Ă© la Liga Promises, un tournoi alevĂ­n qui rassemble les meilleures canteras nationales et internationales. Depuis 2019, elle a un pendant fĂ©minin et c’est le Madrid CFF qui a remportĂ© la 1re Ă©dition. Club 100% fĂ©minin fondĂ© par Alfredo Ulloa. un pĂšre Madridista qui refusait de voir sa fille Paula porter le maillot de l’AtlĂ©tico, le Madrid CFF a mis l’accent sur son travail dans les catĂ©gories infĂ©rieures. En plus de la victoire acquise aux dĂ©pens de Levante, il y a eu un autre trophĂ©e Ă  exposer dans la vitrine : celui de MVP remportĂ© par Vicky LĂłpez, autrice d’un triplĂ© en finale. La suite logique aprĂšs avoir soulevĂ© en avril 2018 la Football Cup Girls de Madrid contre Manchester City assorti du titre de meilleure joueuse pour la pĂ©pite de la pĂ©piniĂšre.

Des Brésiliennes comme modÚles au quotidien

Deux ans plus tard, la petite Vicky a dĂ©jĂ  bien grandi. Le 5 septembre dernier, lors de la 1re journĂ©e de championnat disputĂ©e contre l’Athletic (dĂ©faite 2-0), elle a remplacĂ© la BrĂ©silienne Geyse Ferreira Ă  la 80e minute. A tout juste 15 ans, 1 mois et 10 jours trĂšs prĂ©cisĂ©ment.

Cependant, elle n’en est qu’au dĂ©but de son parcours et mĂȘme si les observateurs affirment qu’elle aura du temps de jeu cette saison, il sera fort difficile de concurrencer le duo auriverde Geyse Ferreira-Gabi Nunes, trĂšs en verve actuellement. Geyse est la co-Pichichi du championnat avec 8 rĂ©alisations, les 4 derniĂšres ayant Ă©tĂ© inscrites lors d’un match fou sur la pelouse du Betis lors de la 6e journĂ©e. Sa coĂ©quipiĂšre, Ă©galement passĂ©e par le Corinthians, a quant Ă  elle trouvĂ© les filets Ă  3 reprises. Le duo a les crampons aiguisĂ©s, ce qui limite pour l’heure le protagonisme de l’adolescente, mais qui lui permet nĂ©anmoins de prendre exemple sur deux attaquantes en pleine rĂ©ussite.

Dans les pas d’Asisat Oshoala ?

Ambidextre, dotĂ©e d’une conduite de balle Ă©tonnante pour son Ăąge, Vicky LĂłpez dĂ©couvre l’Ă©lite du football espagnol en pointillĂ©s pour le moment (elle n’est pas toujours convoquĂ©e et n’est plus entrĂ©e en jeu jusqu’Ă  prĂ©sent) mais elle est dĂ©jĂ  suivie par de nombreuses grosses Ă©curies qui ne manquent pas de la courtiser. Et elles ne sont pas les seules.

Internationale U17 avec l’Espagne, elle a disputĂ© deux matches et inscrit un but sous les ordres de Kenio Gonzalo en aoĂ»t dernier. Pour autant, son avenir n’est pas encore tout tracĂ© avec la Roja. En effet, elle ne serait pas rĂ©ticente Ă  jouer avec le Nigeria, le pays d’origine de sa mĂšre. ForcĂ©ment, la perspective de la voir Ă©voluer dans un futur proche sous le maillot des Super Falcons avec la Blaugrana Asisat Oshoala, 8 buts cette saison et Ă©lue 4 fois meilleure joueuse africaine, a de quoi plaire. Mais entre une fĂ©dĂ©ration qui a rĂ©cemment laissĂ© en rade sa sĂ©lection U20, contrainte de dormir dans la rue Ă  cause d’une facture d’hĂŽtel impayĂ©e, et une autre qui brille mondialement dans toutes les catĂ©gories infĂ©rieures, la diffĂ©rence de considĂ©ration sera prĂ©pondĂ©rante. Il y a fort Ă  parier que le nom de Vicky LĂłpez soit au centre de nombreuses conversations dans le milieu du football fĂ©minin dans un futur trĂšs proche.

François Miguel Boudet

Commentaires