Valencia CF / 4 gardiens et une bonne galère pour Bordalás

100% Liga Accueil En avant Liga Santander Valencia

L’abondance de biens n’est pas nécessairement une bonne chose, le Valencia CF en sait quelque chose. Avec 4 gardiens disponibles pour un seul poste, José Bordalás doit composer entre un Jasper Cillessen maudit depuis son arrivée, un Giorgi Mamardashvili en état de grâce lors de la 1re journée et deux canteranos (Jaume Domènech et Cristián Rivero) en recul dans la hiérarchie. A moins que la fin de mercato ne règle une partie du problème. 

A Valencia, il manque un latéral droit, un défenseur central, un milieu créateur et au moins un attaquant de pointe. Mais pour ce qui est du poste de gardien, c’est plutôt l’embarras du choix qui se transforme en choix de l’embarras. Titularisé contre Getafe lors de la 1re journée de championnat, Giorgi Mamardashvili a réalisé une performance XXL très remarquée. Arrivé en prêt en provenance du Dinamo Tbilissi pour renforcer les rangs du filial, le Géorgien a fait l’unanimité, De quoi lui garantir une reconduction contre Granada ? Rien n’est moins sûr.

À LIRE – Bordalás à l’épreuve de la folie valencianista

4 garçons dans les gants

Les performances de Mamardashvili lui ont d’ores et déjà assuré une levée de l’option d’achat et une place à part entière au sein de l’équipe première. Mais le Géorgien acceptera-t-il d’aller sur le banc ? D’après El Desmarque, José Bordalás aurait décidé de relancer Jasper Cillessen contre Granada. Depuis son arrivée en 2019 en provenance du FC Barcelone dans le cadre d’un des échanges les plus foireux de l’Histoire avec Neto partant dans le sens inverse, le gardien international néerlandais (60 capes) a multiplié les coups durs.

Recruté par Marcelino García Toral, Cillessen n’est pas parvenu à s’imposer, la faute à nombreuses blessures (mollet, hanche, genou) et des matches très incomplets. En l’espace de 2 saisons, il n’a disputé que 29 rencontres de Liga, encaissé 41 buts et réalisé à peine 8 porterías a cero. Un niveau très inquiétant qui a permis à Jaume Domènech de devenir numéro 1.

Photo by Icon Sport

Gardien titulaire lors de l’épopée en Copa en 2019, El Gat d’Almenara a été particulièrement décrié. En championnat, ses statistiques sont proches du catastrophique : 43 matches, 65 buts encaissés et seulement 8 porterías a cero. Blessé et en phase de reprise, Domènech est en pole position sur la liste des transferts.

Reste le cas Cristián Rivero. Pur produit de la cantera che, le natif de Gandia espérait se faire une place au soleil cette saison. Sur le banc l’essentiel du temps en 2020-2021, titulaire en Copa del Rey (4 matches), Rivero a-t-il laissé passer sa chance ? Sa trajectoire pourrait ainsi ressembler à celle d’Antonio Sivera. International U19 et U21, titulaire avec la B blanquinegra et promis à un bel avenir, Sivera a quitté Valencia en 2017 et n’a jamais été en mesure de supplanter Fernando Pacheco à Alavés et son prêt à Almería en Segunda de janvier à juillet 2020 n’a rien changé à la situation. Dépassé par Mamardashvili, Rivero, qui a récemment prolongé jusqu’en 2024, pourrait bien redescendre avec le filial, ce qui n’est guère enthousiasmant vu les résultats des derniers mois.

Cillessen dans les pas de Guaita ou du Parapenaltis ? 

Après son partidazo contre le Geta, Giorgi Mamardashvili mérite amplement de poursuivre ce début de saison dans la peau d’un titulaire. Mais il n’est pas impossible que Bordalás ne veuille protéger le colosse (1.99m) dans un premier temps. C’est en tous cas l’opinion avancée par Andrés Palop, glorieux ancien de la maison.

« Après tous les commentaires sur sa prestation, il faut savoir bien le gérer car nous sommes dans un championnat qui n’a rien à voir avec ce qu’il a pu connaître et qui est très dur. Nous sommes devant un gardien avec un très beau futur mais qui est en apprentissage constant et en évolution ».
Andrés Palop dans Las Provincias, le 16 août 2021.

La dernière lutte de pouvoir entre gardiens de but remonte à 2010 et a duré près de 4 ans entre Vicente Guaita et Diego Alves. Parti avec une longueur d’avance, le canterano a progressivement laissé sa place au Brésilien devenu le « Parapenaltis » le plus redouté de Liga et la meilleure victime de Lionel Messi. Cela n’a pas empêché Guaita de réaliser par la suite une carrière des plus honorables à Getafe puis à Crystal Palace.

En l’état actuel des choses, Giorgi Mamardashvili a réussi à bousculer la hiérarchie dans l’esprit de José Bordalás. Alors que Jasper Cillessen avait été intronisé numéro 1 pour la saison, le Néerlandais est de nouveau au pied du mur. Sa troisième saison à Mestalla devait être synonyme de sérénité, c’est déjà loupé !

François Miguel Boudet 

 

 

Commentaires