Levante / Paco López et le ressort psychologique pour accéder à l’Europe

100% Liga Accueil En avant Levante Liga Santander

Réputé pour la qualité de son jeu mais seulement 14e la saison dernière, Levante doit matérialiser ses efforts en points. Toujours avec Paco López aux commandes, les Granotas ont conservé leur effectif et enregistré l’arrivée d’un Roberto Soldado déjà blessé. Le club d’Oriolls a-t-il les moyens de tenir sur la durée ?

Voilà 4 ans que Paco López a sauvé miraculeusement Levante, au bord du précipice. Pourtant, le natif de Silla a non seulement maintenu les Granotas, mais il lui a aussi donné un style. En misant sur la stabilité, le président Quico Catalán a permis de conforter le club d’Oriolls en Liga. Si la situation post-COVID pousse à un dégraissage obligatoire, l’ossature a été préservée. En effet, Rubén Rochina et Toño García sont partis, en attendant de trouver des portes de sortie à Sergio León, même si celui-ci pourrait rester après la blessure de Roberto Soldado qui sera absent 6 semaines, Nikola Vukcevic, Koke Ruiz Ojeda, Coke Andújar voire Enis Bardhi.

Flashback en 2018 : Paco López, l’homme derrière la Révolution d’Oriolls

Le compte n’est pas bon

Suiveur du club depuis un demi-siècle, ex-joueur quand Levante se débattait en Segunda B, Paco López n’a pas mis longtemps pour comprendre l’ADN granota. Et après avoir arraché le maintien du promu qui aurait pu retomber en Segunda aussi sec, il a insufflé une dynamique positive en se tournant vers un jeu offensif, notamment en utilisant un 3-5-2 devenu une mode en Liga.

« Bien que nous soyons humbles, nous nous sentons également comme un grand. Pourquoi ne pas lutter pour nos rêves ? Cette philosophie nous a amenés à surpasser toutes les difficultés rencontrées ces dernières années ».
Paco López, dans Las Provincias, le 27 juillet 2021

Si Levante n’a pas retrouvé l’Europe comme en 2012, le technicien a ramené l’enthousiasme au Ciutat de València. Cependant, en termes de points, le compte n’y est pas pour espérer jouer le haut de tableau. En 3 saisons pleines, les Granotas n’ont jamais atteint les 50 points (49 en 2019-2020) et la dynamique 2020-2021 n’a pas été satisfaisante avec à peine 41 unités, une différence générale de -11 et la 18e défense. La demi-finale de Copa perdue contre l’Athletic a mêlé la fierté à la frustration.

Photo by Icon Sport – Estadio Ramon de Carranza – Cadiz (Espagne)

Enfin marquer les différences

Levante doit désormais à être plus létal, prendre les points de manière plus froide. Cela n’a pas été le cas contre Cádiz lors de la 1re journée. Contre des Gaditanos proposant un football ultra-minimaliste (pour être poli), les Granotas ont ouvert la marque grâce à un golazo du Comandante Morales mais ont perdu 2 points à la dernière seconde. Une gestion émotionnelle qui pêche et une redondance qui exprime les limites d’une équipe à qui il manque une dimension pour obtenir les résultats qui correspondent à un candidat à l’Europe. Une notion que Paco López a pourtant intégré dans sa gestion du vestiaire.

« C’est ce qui marque les différences. Il faut toujours travailler l’aspect psychologique. C’est vital dans les moments déterminants et importants de la saison, dans les périodes difficiles pour le rendement individuel des joueurs ou quand des conflits surgissent au sein de l’équipe »
Paco López dans sabercompetir.com

Dès lors, cette 4e saison jouera le rôle de marqueur dans la courbe de progression de Levante. Forts de leurs automatismes et de leur cohésion, les Granotas doivent aspirer à mieux que le maintien. L’exigence va croissant également pour l’entraîneur, arrivé sur le tard en Liga. Le processus engagé doit à présent franchir un palier, à l’image du stade refait complètement à neuf pour coller aux ambitions du club d’Oriolls. Certes, le talent d’autres effectifs suffit souvent à obtenir des points précieux pour faire la différence dans un championnat aussi homogène. Mais Levante ne peut plus se permettre de regarder le train passer sans attraper le bon wagon. Rien n’est plus injuste de ne pas convertir ses efforts quand d’autres se contentent du minimum pour finir mieux classés.

François Miguel Boudet

Commentaires