ūüéô Interview : Jos√© Daniel Alfonso (Malm√∂ FF) : ¬ę¬†La Su√®de ne ressentira pas l’absence de Zlatan mais il lui manquera son g√©nie¬†¬Ľ

Accueil Actu En avant Entretiens Expatriés La Roja

Natif de Cartagena dans la province de Murcia, Jos√© Daniel Alfonso vit sous des latitudes nordiques depuis plusieurs ann√©es. Apr√®s avoir √©t√© analyste au FC Nordsj√¶lland au Danemark, il travaille √† pr√©sent au Malm√∂ FF, l’un des plus grands clubs su√©dois. Avant que la Roja ne d√©fie les Bl√•gult, il nous fait part de ses observations sur le football scandinave, son fonctionnement et, √©videmment, sur la figure tut√©laire de Zlatan Ibrahimovic, grand absent de cet Euro.

Comment un Espagnol s’est-il retrouv√© dans un pays o√Ļ il fait nuit √† 16h d√®s le mois d’octobre ?

J’ai √©tudi√© en Espagne, un Master en analyse sportive puis j’ai eu l’opportunit√© de travailler en deuxi√®me division, √† Cartagena ma ville natale. J’y suis rest√© 4 ans. Et puis l’entra√ģneur de l’√©poque, Juan Ignacio Mart√≠nez, a sign√© √† Levante et je l’ai suivi pour faire partie de son staff pendant 2 saisons. Nous sommes ensuite all√© √† Valladolid, √† Almer√≠a. J’ai toujours √©t√© tent√© par l’√©tranger. Apr√®s un moment au ch√īmage, j’ai rejoint le Danemark et le FC Nordsj√¶lland, connu pour son centre de formation et inspir√© par le football espagnol, avec des joueurs techniques qui prennent l’initiative avec le ballon et au pressing. J’y suis rest√© 3 ans avant de signer √† Malm√∂ qui se situe de l’autre c√īt√© de l’√ėresundsbron, le pont qui relie le Danemark √† la Su√®de. Et cela maintenant que 3 ans que j’y suis.

L’Espagne et la Su√®de sont deux pays tr√®s diff√©rents : comment vous-√™tes vous adapt√© √† cette culture nordique ?

Je me sens tr√®s bien ici, ma fianc√©e est de Malm√∂. En plus, je ne suis pas parti parce que je n’aimais pas l’Espagne ou la Liga mais pour d√©couvrir justement une nouvelle culture. Le football est ma passion et c’est lui qui m’a offert ce genre d’opportunit√© que je n’aurais peut-√™tre pas eu autrement.

Les Su√©dois sont r√©put√©s amicaux mais il faut au pr√©alable √™tre entr√© dans leur cercle. Vous l’avez v√©cu ?

Oui, ils ont une fa√ßon de penser diff√©rente. Par exemple, ils sont tr√®s respectueux, notamment par rapport √† la vie priv√©e de chacun et √† l’espace √† laisser. A titre personnel, comme je suis venu pour travailler, j’avais des coll√®gues qui m’ont aid√© et facilit√© les choses. Ils m’ont ouvert la porte de chez eux et cela s’est fait naturellement. C’√©tait plus √©vident que si vous ne connaissez personne. Les Espagnols sont plus expressifs mais parfois pour ce qui est de l’intimit√©, c’est difficile de rester tranquille. Et par rapport au travail, ma perception est qu’en Su√®de on veut vraiment profiter de la lumi√®re du jour. Du coup, le travail est effectif et efficace pour avoir du temps de libre. Et ici, les gens boivent √©norm√©ment de caf√©. Moi je n’en bois pas et √ßa surprenait beaucoup mes coll√®gues. Et je me suis rendu compte que les plus gros consommateurs de caf√© en Europe et dans le monde sont les Scandinaves mais ils √©taient convaincus que les Espagnols en buvaient plus qu’eux. C’est devenu un sujet de blagues entre nous (rires).

Des techniciens espagnols sont souvent contactés sur LinkedIn par des clubs étrangers, cela a-t-il été votre cas avec le FC Nordsjælland ?

Il existe un site, Theanalist.com, qui s’int√©resse aux aspects tactiques et th√©oriques, aux donn√©es, aux analyses vid√©os. Des annonces de travail sont r√©guli√®rement publi√©es. J’ai tout simplement postul√©. C’√©tait une exp√©rience totalement atypique parce que g√©n√©ralement, √ßa se passe par l’interm√©diaire d’amis, d’amis d’amis, d’agents. Mais en fait, je suis arriv√© en Scandinavie en envoyant mon CV et apr√®s deux entretiens, j’ai √©t√© engag√©.

210410 Malmö FFs Anel Ahmedhodzic jublar med lagkamraterna efter att Sören Rieks gjort 2-1 under fotbollsmatchen i Allsvenskan mellan Malmö FF och Hammarby den 10 april 2021 i Malmö.
Foto: Ludvig Thunman / BILDBYR√ÖN / kod LT / LT0146
By Icon Sport РAnel AHMEDHODZIC РMalmö Stadion РMalmo (Suede)

√áa aide d’√™tre Espagnol pour trouver un club √† l’√©tranger ?

Cela d√©pend du contexte et du club. Le football espagnol est tr√®s bien per√ßu hors de nos fronti√®res. En plus, l’entra√ģneur du FC Nordsj√¶lland √©tait tr√®s int√©ress√© par le jeu de position et le poste d’analyste n’existait pas. Cela a contribu√© √† leur int√©r√™t pour mes aptitudes et √©galement au mien car le club souhaitait d√©velopper un football qui me plaisait. Le club a disput√© la Ligue des Champions en 2012 et est assez jeune car il est mont√© en premi√®re division en 2004. Il a beaucoup travaill√© sur l’√©closion de jeunes talents. Il y a eu des joueurs comme Mathias Jensen qui a sign√© au Celta en 2018 et qui vient de monter en Premier League avec Brentford. Le dernier grand potentiel sorti est le Ghan√©en Mohammed Kudus qui √©volue √† l’Ajax.

La Liga semble de plus en plus ouverte aux joueurs venus des championnats scandinaves. Outre Jensen, il y a eu Pione Sisto et Stanislav Lobotka au Celta, Daniel Wass et Jens Jönsson ont connu des détours mais ce sont désormais des cadres à Valencia et à Cádiz.

En Scandinavie, les clubs insistent √©norm√©ment sur la formation, tout simplement car ils ne sont pas en mesure de concurrencer de nombreux championnats au niveau des droits √©conomiques. Donc plut√īt que d’importer des joueurs, la meilleure fa√ßon de progresser et de se d√©velopper est de former avant d’exporter.

Quel est votre r√īle √† Malm√∂ ? Est-ce que cela se cantonne √† un seul secteur d’analyse ou le d√©partement d’analyse traite la data de mani√®re coll√©giale et globale ?

A Malm√∂, le syst√®me se structure. A c√īt√© de √ßa, je suis un adjoint de l’entra√ģneur charg√© de l’analyse vid√©o. C’est un r√īle assez important et on constate que le club nous encourage √©norm√©ment, nous appuie et investit pour que nous ayons les meilleurs moyens √† disposition.

En 2018, nous avions interview√© le fondateur de Fox in the Box, un logiciel finlandais sp√©cialis√© dans l’analyse de data et qui travaillait notamment avec le Deportivo Alav√©s. L’entreprise avait √©t√© financ√©e par les anciens de Nokia. Existe-t-il des initiatives de ce genre en Su√®de ?

La f√©d√©ration et la ligue professionnelle su√©doises ont un accord pour investir dans divers secteurs, de l’analyse √† la formation, en passant par les √©quipements et les infrastructures. A Malm√∂, nous travaillons avec une entreprise locale, Spiideo, qui a d√©velopp√© des cam√©ras tactiques qui ont √©galement utilis√© en USL aux Etats-Unis. Quand on a moins de potentiel √©conomique, il faut savoir pr√©cis√©ment l√† o√Ļ on d√©sire investir pour optimiser les rendements.

Le Malm√∂ FF est un club notoire en Su√®de, finaliste de la Coupe d’Europe des Clubs champions en 1979. Quel est l’engouement populaire par rapport √† l’√©quipe ?

Parmi les pays scandinaves, la Su√®de est celui o√Ļ le soutien populaire est le plus fort. Le stade de Malm√∂ fait le plein ou presque √† chaque match. Et c’est le cas dans de nombreux clubs. Cela m’a beaucoup surpris. Je ne pensais pas qu’un pays aussi froid puisse avoir une telle afici√≥n (rires). Comme Malm√∂ est une √©quipe qui gagne, les supporters sont exigeants et r√©clament la qualification pour l’Europe afin que nous repr√©sentions la Su√®de. Les jours de match, on voit les autobus avec les drapeaux du club qui font le tour de la ville pour que tout le monde sache que nous jouons.

210331 Zlatan Ibrahimovic of Sweden during the international friendly football match between Sweden and Estonia on March 31, 2021 in Stockholm.
Photo: Andreas L Eriksson / BILDBYR√ÖN / COP 106 / JM0103
By Icon Sport – Zlatan IBRAHIMOVIC – Friends Arena – Solna (Suede)

Malm√∂, c’est aussi la ville natale de Zlatan Ibrahimovic. Il a r√©cemment investi dans le club rival d’Hammarby et cela a √©t√© tr√®s mal per√ßu. Quelle est son image chez lui ?

Zlatan est du quartier de Rosengard, un quartier avec de nombreux immigr√©s et des classes populaires et ouvri√®res. Il est tr√®s aim√© car il repr√©sente la lutte pour r√©ussir quand tu viens d’un autre pays. La Su√®de est un pays accueillant et il est un symbole d’int√©gration et de succ√®s. Cela fait de lui un mod√®le pour les Su√©dois autochtones comme les Su√©dois venus d’ailleurs. Ibra √©tait vraiment une idole locale jusqu’√† l’ann√©e derni√®re. Il y a eu beaucoup de d√©ception quand, un mois apr√®s l’inauguration de sa nouvelle statue, il a achet√© des parts d’Hammarby. Des supporters ont d√©boulonn√© la statue qui √©tait devant le stade. Cela a cr√©√© la controverse.

Ibrahimovic est le joueur su√©dois le plus connu mais il n’a pas connu la grande √©pop√©e avec la s√©lection comme Gunnar Gren et Nils Liedholm en 1958 ou Henrik Larsson et Thomas Brolin en 1994. La Su√®de a sorti l’Italie en barrage du Mondial 2018 sans lui non plus.

Zlatan est un jugadorazo. Il a un talent naturel qui manquera √† la s√©lection su√©doise lors de cet Euro. Mais la Su√®de s’est qualifi√©e avant tout gr√Ęce √† son bloc d√©fensif solide et sa capacit√© √† convertir ses occasions. En ce sens, l’√©quipe ne va pas ressentir √©norm√©ment son absence. Mais il lui manquera le g√©nie de Zlatan qui peut marquer un but de nulle part.

L’attraction de la saison en Su√®de a √©t√© le passage √©ph√©m√®re de Marek Hamsik √† l’IFK G√∂teborg. Y a-t-il eu un regain d’int√©r√™t suite √† cette arriv√©e inattendue ?¬†

Il n’√©tait pas l√† quand Malm√∂ a affront√© G√∂teborg et je n’ai malheureusement pas pu l’observer de pr√®s. Il est venu pr√©parer l’Euro et comme le mercato √©tait encore ouvert, il a pu rejoindre le club. Cela a √©t√© une vraie surprise et cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu un joueur aussi m√©diatique. C’est toujours d’avoir un tel exemple dans le championnat, un joueur qui puisse servir de mod√®le pour les jeunes pour am√©liorer leur niveau. J’esp√®re que leurs supporters ont su en profiter.

Est-ce que la sélection suédoise est un reflet de son championnat ?

Je ne trouve pas. La majorit√© des clubs veut avoir l’initiative, avec la possession et du jeu de possession. Envoyer de longs ballons devant, cela ne se fait plus vraiment. Pourtant, la s√©lection a un style de jeu plus conservateur. Cela peut se comprendre dans le sens o√Ļ la Su√®de, au niveau international, a une tradition moindre et la fa√ßon de jouer en championnat n’est pas encore arriv√©e en s√©lection. Mais c’est peut-√™tre aussi en raison de la volont√© du s√©lectionneur de jouer ainsi car il conna√ģt ses joueurs et se dit que c’est la meilleure mani√®re de r√©ussir. Et la qualification semble lui donner raison jusqu’√† pr√©sent.

L’id√©e de jeu est de trouver tr√®s vite les attaquants en sautant le milieu de terrain, avec toujours beaucoup de verticalit√© ?

Exactement. Quand tu vois un de leurs matches, ce n’est pas toujours tr√®s √©labor√© mais ils sont tr√®s forts sur les coups de pied arr√™t√©s, tout comme sur leurs centres dans la surface. Ils sont dominants dans ces secteurs car ils parviennent √† optimiser leur rendement.

A quoi peut-on s’attendre contre l’Espagne pour ce premier match de groupe ? Dans les deux camps, il y a eu des cas de COVID-19 et la pr√©paration a √©t√© tronqu√©e.¬†

Il y a beaucoup d’incertitudes et √ßa s’annonce serr√©. Avec tous les impond√©rables qu’il y a eu r√©cemment, y compris lors de la pr√©paration des matches amicaux, tout peut se passer. Mais on peut envisager que chaque √©quipe comptera sur son propre style, aussi bien l’Espagne avec sa qualit√© technique et sa capacit√© √† se connecter pour des possessions tr√®s rapides acc√©l√©r√©es par de grosses individualit√©s, et de l’autre un collectif compact qui devra mettre √† profit les quelques occasions qu’il se procurera.

Comment un analyste espagnol travaillant en Su√®de per√ßoit l’√©tat de la Selecci√≥n ? Est-ce aussi faible que pr√©sag√© ?¬†

Le niveau des joueurs est tr√®s bon mais c’est vrai aussi qu’il sera tr√®s difficile de retrouver la g√©n√©ration dor√©e qui a tout gagn√©. Pour autant, la Selecci√≥n a toujours √©t√© comp√©titive. Et dans ce tournoi, sur un seul match, tu peux te qualifier pour le prochain tour. L’Espagne a tout √† fait le potentiel pour le faire.

Et puis le groupe n’est pas aussi relev√© que celui de la France par exemple.¬†

C’est vrai mais je ne suis pas un grand fan du concept des favoris d’une comp√©tition. Dans un tournoi tr√®s court, il peut tout se passer. Et il n’y a pas besoin de regarder loin en arri√®re pour se rappeler de plusieurs surprises en demi, en finale ou m√™me vainqueur. On peut terminer 3e de son groupe et ensuite gagner, le Portugal l’a montr√© en 2016. Tu peux terminer 1er mais affronter un equipazo dans un 1/8 aux airs de finale et tu es dehors. Et puis, il y a √©galement la notion de dynamique √† prendre en compte, c’est dans les difficult√©s que se forme un groupe et cela na√ģt pendant le tournoi.

Propos suscités par François Miguel Boudet

 

Commentaires