📌 Les notes d’Athletic Club – FC Barcelone (0-4)

Accueil Actu Athletic Club Barça En avant

Face à un Athletic ridicule, le FC Barcelone a puni la tactique ultra-défensive de Marcelino en éparpillant les Leones en 15 minutes. Emmené par un Lionel Messi somptueux, le Barça remporte la Copa del Rey (0-4), le 1er trophée de la nouvelle Úre Laporta. Voici nos notes. 

Athletic Club 

FC Barcelone

El MVP : Lionel Messi

Le seul, l’unique. PrĂ©sent sur tous les buts, soit Ă  l’origine de l’action, soit buteur, la Pulga a fait exploser le 4-4-2 mortifĂšre de l’Athletic. Immense.

El Patrón : Gérard Piqué

De retour de blessure et sous infiltration, l’homme qui a offert la prolongation en demi-finale a Ă©tĂ© Ă©norme en premiĂšre pĂ©riode. PrĂ©sent dans les duels, il a Ă©teint les rares accĂ©lĂ©rations d’Iñaki Williams en le contraignant Ă  l’aller sur son pied gauche pour contrĂŽler ses dĂ©bordements. Geri a Ă©tĂ© tout en contrĂŽle.

La buena sorpresa : jouer la défense à 1000% ne paie pas

Évoluer bloc bas pour faire dĂ©jouer le favori, c’est difficile Ă  tenir sur la durĂ©e, d’autant plus si le ballon n’intĂ©resse mĂȘme pas lors des rares possibilitĂ©s de contres. La dĂ©bauche d’Ă©nergie, physique et mentale, est quasiment impossible Ă  maintenir, surtout face au Barça. L’Athletic a jouĂ© cette carte avec un effectif bien trop tendre et limitĂ© techniquement pour rĂ©ussir son braquage. Le pire, c’est que l’ouverture du score est l’Ɠuvre d’une attaque rapide, quelques secondes aprĂšs une incursion -trĂšs timide- dans le camp adverse. Une bonne leçon et peut-ĂȘtre le marqueur d’un changement de mentalitĂ© en Liga aprĂšs plusieurs annĂ©es de retour Ă  la rigueur dĂ©fensive.

La mala sorpresa : Marcelino

AprĂšs une finale contre la Real Sociedad manquĂ©e, on attendait bien plus de l’Athletic pour ce second acte. Las, Marcelino a proposĂ© le minimum du minimum, comptant essentiellement sur un repli mĂ©thodique, sans pressing actif pour faire dĂ©jouer le Barça. Cela pourrait ĂȘtre l’Ă©bauche d’un plan intelligent si les sorties de balle et les contres avaient Ă©tĂ© travaillĂ©s. La sortie Ă  la pause d’Iker Muniain sur blessure, remplacĂ© par ĂĂ±igo Lekue puis l’entrĂ©e de Mikel Vesga Ă  la place d’Álex Berenguer ont confirmĂ© ce que les intentions du technicien asturien oscillaient entre le rien et le nĂ©ant. Et Ă  force de refuser le jeu, l’Athletic a Ă©tĂ© justement puni. Le verrou a sautĂ© Ă  l’heure de jeu et les Leones ont sombrĂ©. Marcelino a eu absolument tout faux.

Commentaires