🏆 Copa del Rey 2021 / Athletic Club – FC Barcelone : comme un air de déjà vu

0
Pedro Gonzalez Pedri of FC Barcelona and Iker Muniain of Athletic Club during the La Liga match between FC Barcelona played at Camp Nou Stadium on January 31, 2021 in Barcelona, Spain. (Photo by Pressinphoto / Icon Sport) By Icon Sport - Iker MUNIAIN - PEDRI - Camp Nou - Barcelone (Espagne)

Deux semaines après la finale de la Copa del Rey 2020, remportée par la Real Sociedad, c’est au tour de la finale édition 2021 de se disputer. Un nouveau duel entre l’Athletic Club et le FC Barcelone, qui s’étaient déjà affrontés lors d’une finale en janvier dernier : c’était lors de la SuperCopa. Avant d’entamer le sprint final de Liga, c’est une opportunité en or qui se présente pour remporter un titre cette saison, le deuxième potentiel pour les Basques, après la SuperCopa en début d’année. Tout ce qu’il faut savoir, les déclarations et les XI possibles, présentation de cette finale aux airs de déjà vu !

⌚️ Samedi 17 avril à 21h30 / 📺 La chaîne L’ÉQUIPE

• Face au Barça, l’Athletic Club espère satisfaire des supporters plus que déçus de la finale précédente. Une humiliante défaite contre la Real Sociedad (1-0 pour les Txuri Urdin le 3 avril dernier), lors de l’édition 2020 de cette même coupe. Le pénalty victorieux de Mikel Oyarzabal résonne encore dans les têtes basques. La déception fut grande, si bien que depuis l’Athletic n’a toujours pas retrouvé la victoire (2 matchs nuls). Il faut désormais tourner la page, et en ouvrir une autre. La deuxième chance leur tend les bras.

• Pour le FC Barcelone également, le moral n’est pas au beau fixe. Les joueurs catalans digèrent encore le Clásico perdu 2-1 lors de la dernière journée de Liga. Le Barça n’a pas préparé cette finale de la meilleure des façons, mais les hommes de Ronald Koeman se doivent de vite passer à autre chose. Au vu du finish fou qui nous attend en Liga, rien n’est moins sûr à propos du futur champion d’Espagne. Alors, il faut jouer le coup à fond au stade de La Cartuja de Séville, le premier titre de la saison est en jeu.

• C’est donc le quatrième face-à-face de l’année entre ces deux équipes, après les trois confrontations du mois de janvier (match aller et retour en Liga, et finale de SuperCopa). Des rencontres qui nous offrent souvent des buts de part et d’autre : 5 buts inscrits à San Mamés, 5 buts inscrits à nouveau en SuperCopa, et 3 réalisations au Camp Nou. Cette finale a tout pour suivre le même chemin, à la hauteur de l’enjeu qu’elle incarne.

Athletic Club – Laver l’affront pour mieux réarmer

• Les Leones doivent réitérer la finale de janvier dernier. Mais battre le Barça, comme ce fut le cas lors de la finale de la dernière Supercopa (3 buts à 2 après les prolongations), est-il réalisable ? Dani García le dit lui-même, les Catalans sont favoris. « Mais nous avons davantage de motivation » a cependant tenu à rajouter le milieu de terrain. L’Athletic aborde ce match dans une période compliquée, n’ayant pas goûté à la victoire depuis le 7 mars. Il faudra cependant s’en assurer aujourd’hui, pour sauver les angles d’une fin de saison sans réel plan de jeu, et où l’effet Marcelino s’est considérablement dissipé.

• Pour renouer avec la victoire de la meilleure des manières, et espérer retrouver l’Europa League, les Basques devront compter sur leurs joueurs phares. Si Iñaki Williams déçoit en championnat – de nombreux supporters veulent le voir sur le banc au profit de Villalibre –, il ne déçoit pas dans les grands matchs. Sa superbe frappe lors de la finale de janvier dernier avait temporairement fait taire les critiques à son égard. La pantera vasca est donc attendue au tournant, tout comme Raúl García, qui n’a plus trouvé le chemin des filets depuis début mars. La présence de certains cadres est d’ailleurs incertaine. Yuri Berchiche et Yeray se sont en effet blessés à la jambe droite, environ une semaine avant cette rencontre. Peru Nolaskoain sera en revanche bien absent.

• La présence d’Unai Núñez pourrait être problématique. Le défenseur central n’a plus la même prestance qu’il y a deux ans et pourrait pénaliser Unai Simón. Le remplaçant de Yeray est d’ailleurs accusé d’avoir favorisé le but de l’égalisation contre la Real Sociedad (1-1 au début du mois), en affirmant au gardien que le ballon passait à côté des cages. Les Zuri-gorriak viennent pour se racheter et concrétiser une année marquée par trois finales. Les hommes d’Iker Muniain devront également renouer avec leur précision sur coups de pied arrêtés (CPA), qui avait fait très mal aux Blaugranas lors de leurs récentes confrontations. Mais à l’instar de l’agressivité et de l’envie dont ils faisaient preuve, les Leones ont perdu toute dangerosité sur CPA. Ce soir, l’Athletic joue le souvenir de la saison.

 

Barça – Décrocher le premier titre de la saison, et de l’ère Koeman

• Le Clásico perdu face au Real Madrid est venu interrompre la très belle série des Blaugranas, celle de 19 matchs sans défaite en Liga. Un coup d’arrêt assez brusque, tant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, le FC Barcelone a perdu sa deuxième place au classement, au profit justement du rival madrilène. Ces deux équipes suivent toujours l’Atlético de près. Sur la forme, l’ultime occasion d’Ilaix Moriba sur la barre transversale a fait regretter la mauvaise première période des hommes de Ronald Koeman. Le Barça s’était rendu la tâche trop complexe en encaissant deux buts avant la pause. Un Barça touché, mais qui n’a certainement pas oublié l’importance de la finale à venir.

• Décrocher le premier titre de l’ère Ronald Koeman, voilà l’objectif clairement énoncé. Ce potentiel trophée viendrait récompenser un parcours aussi surprenant qu’intéressant. Rappelez-vous. Un 16e de finale remporté en prolongation contre Cornella, après deux (!) pénaltys manqués, il était temps. En 8ème, le Rayo Vallecano avait ouvert le score, le Barça avait dû s’employer pour renverser le match. En quart de finale contre Granada, l’incroyable remontée au score pour arracher les prolongations, et inscrire 3 buts ensuite. Score final 3-5 ! Et enfin, pour poursuivre sur les montagnes russes vécues, le renversement de situation après un match aller perdu 2-0 contre Séville, lors du match retour au Camp Nou, acquis une nouvelle fois en prolongation, elle-même décrochée sur l’ultime action. Bref, le Barça aime se faire peur, et a vécu un parcours invraisemblable. Nous ne serions pas étonnés si un tel scénario se répétait en finale.

• Pour disputer cette finale de Copa, 3 joueurs sont toujours blessés côté catalan : Ansu Fati, Philippe Coutinho et Neto. Gérard Piqué sera bien dans le groupe en espérant quelques minutes de jeu, histoire de monter dans la surface dans les derniers instants du match si nécessaire.

💬 Les déclarations

Marcelino (entraîneur Athletic Club) : « nous nous concentrons sur la finale de demain. Nous sommes très excités, sûrs d’avoir trouvé la cause de ce qui s’est passé il y a quinze jours. Le Barça est une équipe habituée à jouer des finales et à en gagner la plupart, mais personne ne nous enlève l’illusion d’amener la Coupe à Bilbao. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes pour atteindre nos meilleures performances. Le résultat est le produit du jeu. Nous avons joué beaucoup de matchs et avec beaucoup d’exigence. Atteindre la finale a été un grand effort physique pour nous, avec beaucoup de difficultés, dans tous les matchs nous avons dû revenir au score et cela s’est ajouté au championnat. Pour ce match, nous devons avoir le meilleur point de vue physique et mental, avec une exigence maximale dès le coup de sifflet de l’arbitre ».

Ronald Koeman (entraîneur FC Barcelone) : « nous avons besoin que tous les joueurs soient en forme pour demain. En analysant nous en avons certains qui ont joué et gagné de nombreuses finales et qui devraient aider les jeunes joueurs. Pour mûrir, il faut gagner des finales et il faut en perdre, comme cela s’est passé en Supercoupe. Nous n’avons pas besoin de motiver les joueurs avant une finale, ils savent ce qu’ils ont à faire, mais nous devons y mettre beaucoup d’énergie. Lors des deux derniers matchs, nous avons perdu un peu d’énergie sans le ballon. Les coups de pied arrêtés sont une de leurs forces, ils sont forts dans cet aspect, mais nous ne devons pas faire de fautes inutiles dans des zones dangereuses, nous devons apprendre de l’expérience des matchs que nous avons joués contre eux ».

XI probables

Athletic Club

FC Barcelone

 

Dorian Faucherand (@DorianFchrd) et Jérémy Lequatre-Garat (@Euskarade).

Commentaires