📝 Analyse / Les 3️⃣ enseignements de Real Madrid – FC Barcelone (2-1)

0
Real Madrid's Vinicius Jr (R) in action against FC Barcelona's Antoine Griezmann (L) and Pedri (C) during a Spanish LaLiga soccer match between Real Madrid and FC Barcelona at Alfredo di Stefano stadium in Madrid, Spain, 10 April 2021. Efe/ABACAPRESS.COM//JUANJO MARTIN Photo by Icon Sport - Estadio Alfredo di Stefano - Madrid (Espagne)

Le Real Madrid et le FC Barcelone ont offert un Clásico plutôt enthousiasmant, qui s’est soldé par une victoire merengue. Un gros coup réalisé par les hommes de Zinédine Zidane, qui prennent provisoirement la tête du championnat. Pour le Barça, les regrets seront forcément présents, mais la Liga n’a pas encore dit son dernier mot. Voici 3 enseignements à tirer de ce Clásico !

1️⃣ Le Real optimise ses points forts

Dès l’entame de match les deux équipes sont relativement bien entrées dans la rencontre, avec une équipe du FC Barcelone qui commençait à poser le pied sur le ballon et un Real Madrid qui a su parfaitement exploiter les brèches catalanes. Un schéma qui a globalement servi de fil conducteur durant toute la rencontre. La grande force des hommes de Zidane a été visible sur les contres éclairs, menés par les offensifs merengue. Les locaux ont à chaque fois, du moins bien souvent, fait mal au Barça en transition offensive. Les Vinkingos ont profité des espaces laissés par les Blaugrana pour les prendre à revers. Et ce, surtout dans le dos des latéraux : Dest et Alba, placés assez haut lors des phases de possession. Naturellement, dès que le Barça perdait le contrôle du ballon, il s’exposait en contre, et à l’excellente qualité du Real pour sortir du pressing, et filer droit au but.

Les transitions du Real Madrid ont été décisives, tranchantes. Le premier but intervient justement après une percée de Valverde, qui décale le jeu dans le couloir droit, avant que Benzema ne fasse parler sa technique dans la surface pour ouvrir le score dans ce Clásico. Sur le deuxième but, l’action qui amène le coup franc de Toni Kroos est presque similaire. Un contre rondement mené, pour lancer Vinicius dans la profondeur et lui permettre de semer la panique dans la défense barcelonaise. Action identique sur le poteau de Valverde : attaque rapidement jouée, optimisation des points forts de Vinicus lancé à pleine vitesse pour faire mal sur les transitions éclaires. C’est simple, le Real a obtenu 3 contre-attaques en première mi-temps, et a marqué à deux reprises. Une ligne défensive prise à défaut trop facilement, et le Barça perdait déjà 2-0 à la pause.

2️⃣ La réaction barcelonaise au retour des vestiaires 

La première période du FC Barcelone fut largement controversée. Le ballon circulait, circulait même très bien : un total de 707 passes, pour 69% de possession. Une domination nette et sans bavure dans la manipulation du ballon, mais trop stérile et peu dangereuse. Des maux déjà bien présents les saisons précédentes. Peu de prises d’initiatives offensivement, et une faiblesse prononcée sur les transitions défensives. Certaines individualités ont eu du mal à s’exprimer, du fait de la bonne adaptation madrilène. C’est le cas d’Ousmane Dembélé par exemple, auteur de 45 premières minutes difficiles. En cause, un placement d’attaquant axial qui ne lui correspond logiquement pas. De plus, les montées des latéraux catalans, atout indéniable du Barça de Koeman, étaient bien bloquées.

Alors, un changement de Ronald Koeman était attendu au retour des vestiaires. Il ne s’est pas fait attendre : Antoine Griezmann est venu remplacer Dest. Un ajustement qui a quelque peu porté ses fruits, Dembélé se retrouvant dans ses zones préférentielles (les couloirs), et Griezmann venant occuper une position plus axiale. Le jeu du Barça s’est alors nettement amélioré, et l’équipe a montré un autre visage en deuxième période. Tout cela bien aidé par la sortie de Fede Valverde coté merengue, très précieux jusque-là pour bloquer la relation privilégiée Alba-Messi qui a pu ressurgir par la suite, pour le plus grand bien des offensives des visiteurs. Comme souvent, une action collective sur le côté de Jordi Alba est venue redonner espoir dans ce match, grâce à un but plein de rage d’Oscar Mingueza. Le suspens a tenu son rang jusqu’au bout, et Barcelone s’est créé des occasions franches. Les joueurs de Koeman y ont cru jusque dans les arrêts de jeu, sur une ultime frappe sur la transversale d’Ilaix Moriba. Un Barça a réaction donc qui a aussi profité de la sortie prématurée de Karim Benzema, Vinicius et Toni Kroos à 20 minutes de la fin en vue du quart de finale retour de la Ligue des Champions

3️⃣ Et maintenant ?

Le gros coup du soir a été réalisé par le Real Madrid. Une place de leader provisoire, en attendant le match de l’Atlético de Madrid. Cette semaine côté Merengue allait être un élément clé de la saison, et force est de constater que Zinédine Zidane s’en est sorti indemne. Des victoires face à Liverpool et au Barça : tout roule dans la capitale. Le Real est donc encore en course pour réaliser un doublé, le tout avec une infirmerie souvent pleine à craquer, et des absences dues au Covid marquantes. Chapeau Monsieur Zidane.

Pour le FC Barcelone, la déception est grande mais les espoirs encore bien présents. Déjà, la finale de la Coupe du Roi qui se profile contre l’Athletic permettra peut-être au club catalan de décrocher un titre. En championnat il reste 8 journées et vu les dynamiques à rebondissements connues cette saison, rien n’est encore acquis en tête de Liga. L’état d’esprit montré en fin de match est celui à adopter, si le FC Barcelone souhaite croire à une fin heureuse.

Dorian Faucherand (@DorianFchrd).

Commentaires