📝 Analyse / Les 3️⃣ enseignements de Real Sociedad – FC Barcelone (1-6)

0
Barcelona's French striker Antoine Griezmann (L) celebrates with his teammates after scoring the 0-1 lead during the Spanish LaLiga soccer match between Real Sociedad and FC Barcelona at Reale Arena stadium in San Sebastian, Basque Country, Spain, 21 March 2021. Efe/ABACAPRESS.COM//Javier EtxezarretaPhoto by Icon Sport - Stade Anoeta - Saint Sebastien (Espagne)

Au San Sebastian de la Real Sociedad, le FC Barcelone est venu décrocher sa 9e victoire consécutive à l’extérieur en Liga. Une série qui confirme le retour en forme de l’équipe de Ronald Koeman, et qui permet surtout aux visiteurs de rester au contact de l’Atlético, vainqueur également plus tôt dans la journée. De son côté, la Real aperçoit ses principaux concurrents revenir au classement. Voici 3 enseignements à tirer de ce Real Sociedad – FC Barcelone !

1️⃣ On prend les mêmes et on recommence

Pour cette 28e journée de championnat, Ronald Koeman n’a pas tergiversé bien longtemps. Au vu des récentes performances satisfaisantes de son équipe avec ce 3-4-3 modulable, l’entraîneur néerlandais a titularisé le même onze que contre Huesca, lors de la dernière journée. Une défense à 3 avec Frenkie De Jong central axial, puis les lignes du milieu et de l’attaque habituelles. Et comme depuis le début de l’instauration de ce « nouveau » système, le FC Barcelone a émerveillé le match en offrant un récital. Un dispositif qui permet notamment de biens exploiter les côtés, du fait des placements hauts de Jordi Alba et de Sergiño Dest. Les phases de possession permettant à ces deux latéraux de monter aisément sans prendre beaucoup de risques. Le premier but provient d’ailleurs, comme souvent, d’un appel de Jordi Alba sur son côté. Griezmann marque et s’offre le plus beau des cadeaux d’anniversaire. La mise en avant des joueurs de couloir s’illustre une nouvelle fois sur le second but. Lors d’une phase d’attaque avec Lionel Messi, Dest est bien positionné pour proposer l’appel juste en profondeur sur le côté droit, tel un ailier, et ajuste froidement le gardien, tel un ailier.

Ce système convient également à d’autres joueurs. Mise à part les latéraux dont nous reparlerons par la suite, les cadres du vestiaire retrouvent eux-aussi une forme non négligeable. Sergio Busquets, par exemple qui nous a offert une véritable démonstration. Parfois en difficulté depuis le début de la saison, le milieu espagnol possède désormais des libertés qui lui facilitent le travail et qui mettent en lumière ses qualités propres. 80 ballons touchés, 6 passes en profondeur dont une décisive sur le but du numéro 10 argentin. Une merveille. Lionel Messi justement, auteur d’un doublé, pour changer. La Pulga semble mieux se sentir dans cette équipe, qui ne se repose plus uniquement sur son dos, mais qui propose un football correct en l’intégrant dans la chaîne. L’action collective amenant l’ultime but en est le parfait exemple. Mingueza, Moriba, Messi, Riqui Puig, Alba. Une combinaison 100% Masia qui traduit aussi toute la confiance accordée par Ronald Koeman aux jeunes joueurs du centre de formation. En bref, toutes proportions gardées, ce Barça-là a clairement les armes pour réaliser le doublé.

2️⃣ Une Real Sociedad agressive avant de sombrer

Dès l’entame de match, les consignes d’Imanol Alguacil étaient claires. Empêcher le FC Barcelone de relancer depuis son gardien, en venant presser haut grâce à un marquage individuel bien orchestré, et montrer une certaine agressivité pour intercepter les circuits de passe. Ces efforts répétitifs ont servi les Basques pour récupérer certains ballons assez haut sur le terrain. En première mi-temps, la Real Sociedad s’est d’ailleurs procurée quelques situations en provoquant l’erreur technique dans la relance catalane. Des situations pour Isak notamment qui s’est retrouvé en position de frappe, mais Ter Stegen veillait au grain.

Mais malheureusement pour les Basques, l’opportunité était déjà passée. La situation de la Real s’est dégradée au fil des minutes. En encaissant le but du 2-0 juste avant la pause, les hommes d’Alguacil ont complètement sombré au retour des vestiaires. Trop de libertés laissées aux joueurs visiteurs, les joueurs locaux n’ont été que spectateurs des assauts barcelonais. Ce qui a été une force des Blaugrana a été une carence pour la Real. Et ce notamment sur la gestion des couloirs, espaces largement exploités par le Barça. Les défenseurs de la Real ont été trop friables et attentistes sur les côtés, véritable clé du succès catalan. Comme sur l’action du premier but de Sergiño Dest. 3 joueurs sont présents pour défendre sur Messi, Dembélé et Dest. 3 autres joueurs basques courent pour revenir aider. Le surnombre est clairement du côté Real, et pourtant c’est Martin Merquelanz qui est pris dans son dos par l’appel du latéral américain. Le décalage est trouvé, l’espace est ouvert, l’appel est décisif, le but est inscrit.

3️⃣ Des couloirs au cœur de la tactique

Depuis la nomination de Ronald Koeman sur le banc blaugrana, plusieurs approches ont été testées. Un 4-2-3-1, un 4-3-3, un 3-5-2, un 3-4-3… Chacune de ces approches possède son lot d’avantages et d’inconvénients. Le moins que l’on puisse dire depuis l’installation du 3-4-3, c’est que les rôles de Jordi Alba et de Sergiño Dest relèvent d’une grande importance. Placés très haut sur le terrain lorsque l’équipe a le ballon, ces deux latéraux offrent un éventail de solutions aux offensives du Barça. 4 des 6 buts proviennent de sollicitations sur les côtés, soit à droite, soit à gauche. Barcelone utilise la largeur, et devient par la même occasion assez imprévisible pour les adversaires. Les combinaisons sont bien exécutées, les une-deux sont nombreux, les joueurs comprennent les rôles à adopter, et l’entente générale des coéquipiers est bénéfique sur le terrain.

L’excellente utilisation des couloirs par le FC Barcelone est une des raisons du succès du jeu catalan ces dernières semaines. Le Barça de Koeman joue bien, et c’est sans doute la meilleure nouvelle possible à l’heure de se projeter sur le potentiel doublé de fin de saison. Selon toute vraisemblance, cette équipe possède les cartes en main pour parvenir à renverser le classement. Du moins, l’impression donnée par le jeu des 3 équipes leaders au classement est très hétérogène. Barcelone est celle qui convainc le plus. Au delà de ce dénouement prochain, quand on aperçoit tout le chemin parcouru par ce collectif depuis septembre 2020, on se dit que la reconstruction s’effectue sur des bases saines, et sur un projet de jeu prêt à s’installer sur la durée.

Dorian Faucherand (@DorianFchrd).

Commentaires