Huesca : Javi Galán, la latéral gauche qui challenge Messi

0
Crédits : Iconsport

Javi Galán est un nom qui monte en Liga. Le latéral est pourtant embourbé dans une opération maintien mal embarquée avec Huesca, situation qu’il a déjà connu avec les Aragonais en 2018-2019. Cependant, le gaucher est en train de se révéler en Liga après avoir mis tout le monde d’accord en Segunda. Présentation d’un garçon déjà bien courtisé. 

Deuxième joueur avec la plus haute moyenne de dribbles tentés par match juste derrière Messi (avec un meilleur pourcentage de réussite), Javi Galaán est un latéral gauche assez offensif. Celui que l’on appelait Rooney plus jeune pour son physique trapu ressemble plus à Marcelo dans le jeu. La surprise ? Proposer un football aussi intéressant en étant latéral gauche d’une équipe qui ferme la marche en championnat.

Une progression linéaire 

Natif de Badajoz en Extremadura, Javi Galán commence logiquement dans le club le plus important de sa ville natale. Il va gravir tranquillement les échelons. En 2013-2014 il évolue en Regional, l’équivalent de la D5, une catégorie qui ressemble à la DH en France avec des niveaux très disparates. Il connaît une montée en Tercera cette même saison et rejoint Córdoba ensuite, un club de plus grande importance.

Là encore, il commence d’abord avec la B, en D4 puis en D3. En 2016-2017, il fait la bascule et rallie l’équipe fanion en Segunda. Galán a 22 ans et devient un joueur pro à part entière. L’année suivante, toujours en D2, il réalise une saison excellente. Titulaire indiscutable, il joue plus de 3000 minutes en 40 matchs, alterne entre le poste d’ailier et celui de latéral gauche. Il trouve le chemin des filets deux fois et fait étalage de son bagage technique en étant un des joueurs avec le plus de dribbles tentés par match du championnat, déjà.

Cette forme et ce style en font un joueur courtisé. Durant l’été 2018, aucun club n’arrive à le verrouiller. Il continue donc en Segunda avec Córdoba et continue d’étaler ses facilités. On se dit que ce championnat est vraiment trop petit pour lui et qu’il mérite plus haut. À l’hiver 2019, la SD Huesca officialise son arrivée. Le club vit sa première saison en Liga, est dans le dur, a changé plusieurs fois d’entraineurs, mais propose un football intéressant avec Chimy Avila en tête d’affiche. Le début d’une belle histoire pour le latéral.

Huesca, pour confirmer son talent 

Javi Galán signe à Huesca pour 1M€. À cette époque, la SD a recruté à tour de bras pour espérer rester en Liga, a tenté des coups et est mené par Leo Franco qui a remplacé Rubi, l’homme de la montée, pui Francisco. L’équipe qui a vécu une première partie de saison difficile, réussit quelques coups, essaie de jouer mais sans réussir à accrocher un maintien. L’équipe a découvert le très haut niveau, Galán joue 16 matchs, et s’installe comme un titulaire indiscutable.

De retour en Segunda, il joue un peu moins. L’équipe se restructure, les transferts sont encore nombreux. Michel, la légende du Rayo qui a déjà fait monter les Madrilènes, est nommé. Huesca a profité de son passage en Liga pour se structurer mais la remontée immédiate est particulièrement complexe à réaliser. La saison est longue, Galán joue plus de 1800 minutes tout de même. Malgré l’arrêt COVID, Huesca est sacré champion et remonte directement en Liga.

Crédits : Iconsport

Pour cette saison 2020-2021, on se dit que la dynamique sera différente pour les Aragonais. Michel est confirmé, l’équipe n’a pas perdu de talents et peu espérer lutter longtemps pour le maintien. Cependant, même si les premières sorties sont encourageantes, rapidement la spirale négative apparaît. Javi Galán fait tout de même grande impression dans les 4231 ou 433 mis en place par le technicien. Huesca remporte son premier match de championnat mi-décembre; un mois plus tard, Michel est remplacé par Pacheta et les Aragonais sont derniers.

L’écosystème que va mettre en place l’ancien coach d’Elche maximise les qualités du latéral. Dans sa quête de verticalité et pour réveiller l’équipe, Pacheta donne sa chance à des tricards sous Michel et surtout met en place un 532. Galán a maintenant l’ensemble du couloir à sa disposition et peut donc faire parler sa qualité technique pour apporter offensivement. Le natif de Badajoz marque un superbe but face au Real Madrid. Huesca est toujours dernier, mais est dans une dynamique très intéressante et le latéral est encore l’un des meilleurs de son équipe.

Et maintenant ? 

Troisième joueur avec le plus de dribbles réussis d’Europe et celui avec le plus haut taux de réussite, Javi Galán attire logiquement les convoitises. Il est aussi dans le top 10 des joueurs de Liga en ce qui concerne le nombre de centres réussis et le nombre de passes dans la surface complétées. Cependant, ce n’est pas qu’offensivement qu’il pèse. Il est aussi bien placé en ce qui concerne le travail sans le ballon. Il est très bien placé sur des segments comme le nombre de duels non aériens remportés, le nombre de passes interceptées ou encore sur le nombre de tacles par rencontre.

En plus de son excellent niveau et de sa très bonne production dans un secteur où les joueurs capables de performer offensivement et défensivement sont rares, Javi Galán dispose d’une clause libératoire assez basse : 8M€. Alors que Huesca n’est plus qu’à deux points de sortir de la zone rouge, l’Estrémègne est sur les tablettes du Séville FC notamment. Lui restera en Liga la saison prochaine, c’est certain mais savoir s’il pourra faire partie de l’équipe qui réussit à maintenir Huesca au sein de l’élite pour la première fois de son histoire peut être le premier gros accomplissement de sa carrière. Javi Galán fera encore parler de lui. Mais sous quel maillot ? Réponse cet été.

Benjamin Chahine
@BenjaminB_13

Commentaires