📈 Décryptage : Oyarzabal et Gerard Moreno, deux ailiers très prolifiques

0

Mikel Oyarzabal est un ailier gauche qui monte depuis un long moment en Espagne et toujours bien placé au classement des buteurs. Gerard Moreno approche de la trentaine, attaquant polyvalent et prolifique, il est devenu un ailier droit pour donner du corps à la formation d’Unai Emery. Derrière Messi, Benzema ou encore Suarez, les deux joueurs sont des valeurs sûres en Liga lorsqu’il s’agit de trouver les filets adverses. Décryptage de leur jeu et de leur apport avec l’aide de @DunkTheData.

La Real Sociedad est 5e avec 38 points, Villarreal 6e avec 36 points. Leur deux meilleurs buteurs sont des ailiers. Dans le contenu, la Real a un jeu plus vertical et fait de prises de risques quand Villarreal cherche avant tout l’équilibre et attaque avec patience. Mais comment fait-on pour marquer autant quand on est positionné théoriquement loin de la cage adverse ? Tentative de réponse.

Deux occupations similaires 

Real Sociedad et Villarreal abordent les matchs en 4-3-3. Les Basques jouent avec Isak souvent en pointe, Villarreal dispose de Paco Alcacer en tant que titulaire même si Fer Niño impressionne. Ce qui fait que Oyarzabal et Gerard Moreno utilisent chacun un couloir, opposé en prime. Ils ont tous les deux une interprétation assez classique de leur position. Ils sont assez libres et touchent le ballon un peu partout sur le terrain, mais restent tout de même cantonnés à leur couloir, en analysant de façon brute leur heatmap.

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, quand on regarde l’endroit où les deux joueurs touchent la majorité de leur ballon, on peut mieux percevoir leur importance dans le jeu de leur équipe respective. On remarque bien que ce ne sont pas des joueurs de couloir qui ne font que coller la ligne. Oyarzabal à une zone d’influence plus grande, mais dans les faits les deux joueurs attaquent cette fameuse zone dans le cÅ“ur du jeu, aux abords de la surface adverse. Un secteur où tout se joue mais où il est difficile de bien y jouer. Pour beaucoup, Gerard Moreno est probablement l’un des meilleurs joueurs d’Espagne pour comprendre cette zone et ce que le jeu exige à cet endroit.

 

 

 

 

 

 

 

Moreno et Oyarzabal ont des déplacements et des zones d’influence assez similaires, ce qui rapproche le fait que Real et Villarreal ont des stats semblables dans de nombreux secteurs. Pourtant, les deux équipes ont des styles assez éloignés dans leur manière d’appréhender les matchs mais elles ont connu les mêmes soucis. Par exemple, Villarreal est 5e sur la possession moyenne, la Real 6e. En termes de tirs cadrés par 90 minutes, la Real est 5e de Liga, Villarreal 7e.

Des productions similaires 

Villarreal tire en moyenne 10 fois au but par match, la Real fait mieux avec un tir de plus. Des statistiques qui restent faibles mais qui permettent tout de même aux deux formations d’être dans le haut du classement dans ce domaine et en général. Oyarzabal et Moreno représentent un tiers de cette production, avec un avantage pour Gerard en ce qui concerne les buts marqués pour son équipe.

Quand on creuse encore, Mikel Oyarzabal est parmi les meilleurs de Liga en ce qui concerne les touches dans la surface et les tirs en 90 minutes. Ce qui montre bien, que même s’il se concentre sur son rôle de playmaker, autour de l’arc de cercle de la surface adverse, l’ailier gauche sait se projeter et faire le bon déplacement pour toucher le cuir dans la zone de vérité. Gerard Moreno là encore a des stats assez similaires, lui qui a toujours beaucoup marqué.

Là où son passif d’attaquant le différencie de son collègue ailier c’est dans l’apport défensif. Moreno n’est pas très actif à la perte, mais est une cible en sortie de balle et sait jouer des coudes pour attraper les ballons de la tête. Oyarzabal n’est pas très bon de la tête mais exerce un pressing à la perte. Ce qui colle avec l’attitude sans le ballon des deux formations. La Real est adepte d’un pressing consistant quand Villarreal cherche surtout à se replier et à coulisser.

Des différences dans l’utilisation du ballon 

Malgré des stats assez semblables en termes de production offensive et d’occupation du terrain, Mikel Oyarzabal et Gerard Moreno sont des joueurs bien différents. Le premier, ailier de formation, est tonique, il court, provoque, frappe fort et aime rentrer dans l’axe. Il sait s’associer mais ce n’est pas sa force première. On le remarque, il n’est que rarement à l’origine d’une passe qui amènera à une frappe. La production dans ce domaine est bien plus importante pour Gerard Moreno, que cela soit en termes de variété, de zones trouvées ou de lignes de passes recherchées. Pourtant les deux ont le même pourcentage de passes progressives, donc qui font gagner des mètres par exemple.

C’est là où le style de Gerard Moreno, plus associatif et intelligent dans le déplacement lui donne une importance bien plus grande dans le jeu de son équipe. Oyarzabal est un danger par le déplacement mais surtout par le danger qu’il génère dans une équipe tonique, Moreno sait être dangereux de lui-même ou générer le danger par la passe dans une équipe patiente et qui ne provoque que rarement le déséquilibre.

 

 

 

 

 

 

 

Pour conclure, Mikel Oyarzabal et Gerard Moreno ont un rôle similaire et surtout la même zone d’influence dans deux équipes semblables aux niveaux des attentes en fin de saison, mais différentes en matière de style. Là où Gerard Moreno tire son épingle du jeu c’est dans la qualité de ses situations, il n’en a pas plus mais elles sont en moyenne plus dangereuses, ses xGoal par 90 minutes le montrent le tout avec un pourcentage plus faible de touches dans le dernier tiers. Avec seulement 3 petits buts de plus, l’ancien de l’Espanyol représente 43% des buts de son équipe, ce qui rend sa présence très importante pour son équipe, le poids des buts d’Oyarzabal étant bien plus faible.

Oyarzabal et Moreno sont impliqués dans 14 et 15 buts en Liga, pourtant les deux ont un poids différent. Dans une équipe offensive avec de la rotation et une variété de profil, Mikel Oyarzabal est primordial, mais pas central. Imanol Alguacil tente de maximiser le talent de chacun tout en limitant sa dépendance à un joueur. Tout le contraire d’Unai Emery qui repose beaucoup de choses sur le talent et la compréhension du jeu de Gerard Moreno. Finalement, la présence des deux joueurs fait quand même beaucoup dans la production de leur équipe. Quand une équipe qui veut jouer la surprise dispose de tels joueurs dans son effectif, ils ont logiquement un impact fort sur les résultats.

Benjamin Chahine

@BenjaminB_13

Commentaires