📌 Les notes de Séville FC – Borussia Dormund (2-3)

0
17 February 2021, Spain, Sevilla: Football: Champions League, knockout round, round of 16, first leg Sevilla FC - Borussia Dortmund at Estadio Ramon Sanchez Pizjuan. Dortmund's Erling Haaland (M) scores the goal to make it 1:3 against Sevilla goalkeeper Yassine Bounou "Bono" (l). Photo: Daniel Gonzalez Acuna/dpa By Icon Sport - Ramón Sánchez-Pizjuán - Seville (Espagne)

Les temps sont durs pour les clubs de Liga en Ligue des Champions… Après le Barça, c’est au tour de Séville d’être vaincu à domicile. Le Borussia Dortmund d’un Erling Haaland XXL a eu raison de Nervión qui a malgré tout eu le mérite de réduire l’écart et de croire encore en une qualification en Allemagne. Voici nos notes. 

Séville FC

Borussia Dortmund

El MVP : Erling Haaland

Passeur décisif sur l’égalisation du BVB, double buteur ensuite : le Norvégien a été tout bonnement monstrueux en 1re période, terrassant Séville par ses prises de balle, sa protection, ses courses et son instinct de Killer. A l’image de son équipe, il a été moins en vue par la suite mais son match reste un partidazo.

El Patrón : Jadon Sancho

On était pressé de voir ce que l’ailier anglais pourrait donner dans un tel match. D’entrée de jeu, ses accélérations ont fait mal à Nervión. Sa passe décisive sur le 1er but d’Haaland est vrai petit bijou de timing et précision. Tout proche d’inscrire un 4e but en fin de match qui aurait quasiment valu une qualification.

La Buena Sorpresa : Mahmoud Dahoud

Edin Terzic a voulu densifier son milieu de terrain dès le coup d’envoi pour empêcher les Palanganas de respirer. Excellente décision ! Car son atout se nomme Mahmoud Dahoud et, en plus d’avoir égalisé d’un zapatazo lumineux, il a permis de contenir la pression adverse en distribuant et en accélérant le jeu.

La Mala Sorpresa : la 1re période de Séville

La Liga n’est pas la Ligue des Champions et Séville a mis 45 minutes à le comprendre. Défense larguée, milieu de terrain dépassée, attaque absente, heureusement que Suso a eu cet éclair en début de match pour ouvrir le score et prendre à froid le BVB. Le second acte a été bien plus maîtrisé et laisse de l’espoir pour le match retour en Allemagne, même s’il faudra marquer au moins 2 fois pour se qualifier.

La Decepción : Ivan Rakitic

Sans influence, sans souffle, sans leadership, le Croate ne peut pas faire illusion quand le niveau augmente. En Liga, cela peut tenir mais pas en Coupe d’Europe. Sorti à la pause par Julen Lopetegui, ce match est-il un point d’inflexion ? Oliver Torres propose plus de vivacité et de créativité à sa place et Nervión a été au niveau de l’enjeu après l’entrée de l’ancien Portiste.

Commentaires