🔥 Golazo J1️⃣8️⃣/ Le jeu sans ballon d’Aleña accélère le rythme offensif de Getafe pour dérégler le bloc d’Elche

0
Getafe's Marc Cucurella (L) celebrates with teammates after scoring the 1-1 tier during a Spanish LaLiga soccer match between Elche CF and Getafe at Martin Valero stadium in Elche, eastern Spain, 11 January 2021. Efe/ABACAPRESS.COM// Ramon By Icon Sport - Marc CUCURELLA - Stade Martínez Valero - Elche (Espagne)

Et si l’arrivée de Carles Aleña changeait la face du Getafe de José Bordalás ? Positionné devant le double pivot azulón, il apporte de la créativité et du surnombre offensif, y compris lorsqu’il ne touche pas le ballon. Illustration avec l’égalisation des Azulones contre Elche : placé entre les lignes, l’ancien joueur du Barça focalise l’attention des Ilicitanos pour mieux libérer des espaces pour ses coéquipiers. Analyse en images du cabezazo de Marc Cucurella.

Getafe récupère le ballon dans son camp après une passe verticale trop profonde d’Elche. Erick Cabaco est en couverture. Il dispose de plusieurs possibilités vers l’avant : renverser côté droit sur Francisco Portillo, jouer intérieur sur Marc Cucurella qui peut laisser à Carles Aleña, glisser à Mathías Olivera côté gauche malgré la pression de Fidel.

Cabaco avance balle au pied et parvient à donner le ballon à Olivera. Getafe dispose de 4 éléments dans le camp ilicitano. Mauro Arambarri est dans le rond central prêt à se projeter.

Les Azulones sont en nombre dans le camp d’Elche. Jaime Mata est en position de hors-jeu mais il met la pression sur Gonzalo Verdú. Olivera joue le un contre un face à Iván Marcone pendant que Cucurella, Aleña et Portillo suivent son initiative. Dans le rond central, Arambarri a avancé de quelques pas.

Olivera est passé et a cassé le premier rideau défensif. Dès lors, Getafe est en position de force. Mata focalise l’attention d’Antonio Barragán et Verdú sur le côté droit. Cucurella réclame le ballon, Aleña est dans l’axe de passe pour seconder son collègue de la Masia. Le nouveau venu est absolument seul dans l’axe du terrain. Au milieu, Arambarri peut progresser et franchir la ligne médiane. Plutôt que de passer, Olivera fait du dépassement de fonctions : il progresse balle au pied pour fixer davantage la défense d’Elche.

Cucurella marche sur les pieds d’Olivera mais celui-ci a gagné des mètres et créé des brèches à la fois côté fermé avec Mata à gauche et côté ouvert avec Francisco Portillo à droite. La solution Aleña dans l’axe est également envisageable quoique plus risquée. Cependant, sa position contraint le bloc d’Elche de se resserrer autour de lui pour l’empêcher d’avoir le temps de trouver des solutions de passes ou une ouverture de frappe. Arambarri accourt apporter du surnombre dans l’axe. Il n’est toujours pas suivi.

Plutôt que chercher à jouer vers l’avant, Olivera choisit la passe en retrait pour mieux avancer. Le placement d’Aleña a ouvert une possibilité d’accélérer le jeu en libérant à la fois de l’espace pour Arambarri en retrait mais aussi à Portillo, complètement seul sur le côté droit vu que Josema s’est placé dans l’axe par crainte d’une passe pour l’ancien Blaugrana.

Le contrôle d’Arambarri est approximatif. Diego González et surtout Josema montent sur lui. Le ballon est à l’entrée de la surface de réparation. Le bloc d’Elche est complètement déséquilibré avec 8 joueurs dans l’axe et un premier rideau désordonné.

Arambarri s’arrache pour transmettre le ballon à Portillo. Les Azulones sont en surnombre dans la surface avec 4 joueurs (Mata, Aleña, Cucurella, Olivera) pour seulement 3 Ilicitanos.

À ce surnombre s’ajoute Arambarri qui se place axe gauche de la défense d’Elche entre deux axiaux. Portillo a du temps pour armer son centre et choisir sa cible.

Les Ilicitanos sont focalisés sur le ballon et pas sur le surnombre de Getafe. 8 joueurs dans le même périmètre sont tournés vers Portillo. Dans ce triangle, il n’y a que 2 Azulones alors que 3 autres sont totalement seuls. Un 9e joueur est présent dans la surface mais il ne cherche pas à au moins perturber le surnombre au second poteau.

Portillo sert Cucurella sur un plateau. L’ancien Blaugrana a tout le temps pour son impulsion et n’est pas gêné dans son élan. Il catapulte le ballon dans la lucarne gauche d’Edgar Badia, impuissant face à l’apathie de ses coéquipiers.

On était impatient de savoir si l’arrivée de Carles Aleña aurait un impact sur le jeu de Getafe. Habitué du 4-4-2 à plat, José Bordalás a décidé d’innover avec un 4-2-3-1 bien plus offensif et créatif. Elche était un excellent adverse pour s’étalonner. Ce but est riche d’enseignements sur les aptitudes des Azulones à se projeter plus efficacement sur le but adversaire avec un double pivot qui se projette véritablement en soutien du meneur de jeu axial. Et si le Geta faisait sa révolution ?

François Miguel Boudet

Commentaires