🔥 Liga / El Comandante MVP, 2 Français et Merengue : le 1️⃣1️⃣ de la J1️⃣6️⃣

0
December 29, 2020, Valencia, Valencia, Spain: Jose Luis Morales of Levante UD celebrates a goal during the La Liga Santander mach between Levante and Real Betis at Estadio Ciutat de Valencia on 29 December, 2020 in Valencia, Spain (Credit Image: © Maria Jose Segovia/AFP7 via Zuma Wire/ABACAPRESS.COM) Photo by Icon Sport - Jose Luis MORALES - Estadio Ciudad de Valencia - Valence (Espagne)

La dernière journée de l’année 2020 en Liga a fait la part belle aux profils offensifs. Dans un 3-5-2 créatif avec des briscards qui montrent qu’ils en ont toujours sous les crampons, le XI de la 16e journée montre que le temps n’a pas d’emprise sur le talent. Double buteur et passeur décisif, El Comandante José Luis Morales est notre MVP. 

Rubén Blanco (Celta) : premier relanceur d’un Celta transfiguré par l’arrivée du Chacho Coudet, le gardien a aussi réalisé 5 parades, notamment une capitale dans les arrêts de jeu pendant que Huesca essayait d’arracher le match nul à Balaídos.

Diego Carlos (Sevilla) : clef de voûte de l’édifice défensif palangana, l’ancien Nantais a largement contribué à la portería a cero contre Villarreal. Limiter Gerard Moreno a une seule frappe en 90 minutes n’est pas donné à tout le monde.

Felipe (Atlético) : pas toujours souverain depuis le début de saison, le Colchonero a tenu la boutique contre Getafe. Il s’est efforcé de défendre debout sans tacler et a ajouté 9 dégagements, 3 interceptions, 4 duels aériens, aucune faute et aucune balle perdue à une ligne de stats que n’aurait pas renié Josema Giménez lui-même.

Jawad El Yamiq (Valladolid) : 2 tacles, 4 interceptions, 5 dégagements, 7 duels aériens, 1 seule faute et aucune balle perdue pour le défenseur de Pucela qui a été à l’image de son équipe, solide face à Cádiz, toujours prompt à profiter de chaque erreur de l’adversaire.

Mickaël Malsa (Levante) : 6 tacles, 2 interceptions, 1 seule balle perdue et aucune faute pour le milieu granota. Pour couronner le tout, son sens du placement a permis à Levante d’inscrire le 4e but au Betis au terme d’un contre létal qu’il a initié.

Maxime Gonalons (Granada) : l’ancien Lyonnais a été le fer de lance de la victoire des Nazarís contre Valencia. 77 ballons touchés au milieu, 4 dribbles, 5 tacles, 4 interceptions, 3 duels aériens et une seule faute à la 94e minute : les statistiques ne laissent aucun doute quant au partidazo du Français.

Luka Modric (Real Madrid) : le Benjamin Button de la Liga n’a pas empêché les Madridistas de battre Elche, mais son impact sur le jeu merengue demeure impressionnant. De plus, il est au départ et à la fin de l’action sur l’ouverture du score, à l’affût et auteur d’une tête parfaite.

José Luis Morales (Levante) ⭐ Le MVP de ¡Furia Liga! : auteur d’un doublé exceptionnel en 2 minutes avec une demi-volée du droit suivie d’une volée du gauche, El Comandante a également adressé une passe décisive à Roger Martí pour mettre les Granotas définitivement hors de portée du Betis.

Portu (Real Sociedad) : son but inscrit dès la 5e minute a scellé un Euskal Derbia bien fade remporté par des Txuri-urdinak mieux organisés et plus réalistes que de pâles Leones. Voilà la Real qui repart de l’avant après plusieurs semaines de doute.

Iago Aspas (Celta) : le Mago de Moaña a de nouveau été étincelant contre Huesca. D’abord passeur pour son compère Nolito en 1re période, il s’est ensuite mué en buteur en 2nde. Le totem du Celta est ce qui se fait de mieux en Liga.

Kike García (Éibar) : le capitaine armero a étalé toute son expérience pour martyriser Ronald Araújo et Óscar Mingueza. L’attaquant a provoqué une énorme erreur du central uruguayen qu’il a converti en but au Camp Nou. Un modèle d’abnégation.

Commentaires