📝 Analyse / Les 3️⃣ enseignements de FC Barcelone – Valencia CF (2-2) !

0
Crédits : Iconsport

Cette saison, le FC Barcelone n’est toujours pas parvenu à obtenir 3 victoires consécutives en Liga. Nouvel accrochage dans ce championnat, cette fois-ci contre Valence qui de son côté, comme lors de la précédente journée, concède un match nul sur le score de 2 buts partout. Un Barça qui rechute un petit peu dans le doute, et qui commet les mêmes erreurs que lors de ses précédentes contre-performances. Voici 3 enseignements à tirer du Partidazo entre le Barça et Valencia !

1️⃣ Ronald Araújo, rendre à César ce qui est à César

Dans un match où le FC Barcelone a une nouvelle fois faibli et commis des erreurs lui coûtant la victoire, il faut tout de même rendre à César ce qui est à César. Si par définition il est juste de reconnaître la responsabilité d’un acte, le match de Ronald Araújo va ainsi dans ce sens. Ce fut la deuxième fois que la paire Araújo – Oscar Mingueza débutait une rencontre en équipe première du Barça. Dans la lignée de leur bonne performance contre la Real Sociedad, la prestation des deux centraux reste convenable. Après un choc subi en première période et quelques secondes au sol, le défenseur uruguayen a heureusement pu reprendre son match. Heureusement, car Araújo a été le seul sur l’action du second but à ne pas hésiter à prendre sa chance. Une reprise de volée bien placée qui rappelle la gestuelle d’un certain Luis Suarez. Auteur de 61 touches de balle, 3 duels au sol remportés et 4 aériens, l’international uruguayen a été l’une des pièces positives de son équipe, en plus de son but bien évidemment. Malgré quelques appréhensions balle au pied, et un certain manque de prise de risque, il est légitime de louer une prestation globalement aboutie pour Ronald Araújo.

Concernant l’autre moitié de cette charnière centrale, Oscar Mingueza ressort de cette rencontre avec d’autres qualités. L’Espagnol a semblé plus en difficulté que son compère face à Valence. Et notamment sur le second but inscrit par les visiteurs. Sur un centre Gayà, c’est bien Mingueza qui se fait devancer par Maximiliano Gómez pour reprendre ce ballon. L’appel intelligent de l’attaquant uruguayen dans le dos du défenseur a fait la différence. Nous pouvons également noter une hésitation lors des duels, mais une relance très utile pour son équipe. En revanche, il ne faut pas oublier que Oscar Mingueza dispute sa toute première saison avec l’équipe première du Barça. Dans un secteur de jeu où le FC Barcelone est à la peine (Lenglet, Piqué, Umtiti), l’évolution de ces deux jeunes joueurs est encourageante. Cette association peut nourrir des ambitions, au vu de leur jeune âge, de leur plein apprentissage du haut-niveau. Un contexte important à définir avant de porter quelconque jugement sur cette défense centrale expérimentale.

2️⃣ Valencia, maître des transitions offensives

Globalement sur ce match, Valence a été contraint de défendre en attendant que le Barça veuille bien s’organiser. 28% de possession sur l’ensemble de la rencontre, les joueurs de Javi Gracia ont su en revanche apporter du danger dans la surface adverse de par les transitions offensives, véritables armes sur cette confrontation. Dès la récupération du ballon, les projections des joueurs de Valence pour venir prêter main forte au porteur de balle ont été la clé. Le collectif a ainsi profité des 125 pertes de balle du Barça pour crucifier son adversaire en contre-attaque. 33 longs ballons distribués, symbole également de chercher loin pour prendre à défaut la défense catalane.

Les deux buts du Valencia CF proviennent d’ailleurs de maux récurrents pour le Barça. Le premier est issu d’une perte de balle. Perte de balle qui provoque ensuite un corner pour les visiteurs, et qui trouve la tête complètement esseulée de Mouctar Diakhaby devant le but de Ter Stegen. Le défenseur français s’est retrouvé seul en raison du mauvais marquage au début de l’action d’un autre français : Antoine Griezmann. Une perte de balle, et une erreur défensive, une association bien connue des mauvais résultats du Barça cette saison. Une nouvelle illustration des transitions maîtrisées de Valence, sur le deuxième but. En quelques passes, le club Che se retrouve dans la surface des Barcelonais, et parvient à trouver la faille. Une action Guedes – Gayà – Gómez remarquable, et des transitions qui ont fait du bien à Valence.

3️⃣ Énième interrogation autour de Ronald Koeman

Si le système que doit adopter le FC Barcelone est encore flou depuis le début de saison, les choix du technicien néerlandais le sont également. Cela fait désormais pas mal de fois que l’attitude de Koeman est remise en cause, son approche de la rencontre, ses choix de départ et ceux au fil du match. Face au 4-4-2 du Valencia CF, Ronald Koeman a fait le choix de titulariser à nouveau le trio Messi – Griezmann – Coutinho. Des profils qui pénalisent pourtant le Barça contre des équipes bien regroupées. Et l’animation de la rencontre n’a pas dérogé à la règle. Des situations offensives vides de sens, surtout en première période. De plus, la volonté de placer Martin Braithwaite dans un couloir ne correspond pas vraiment aux qualités du joueur. Si l’apport du Danois a été bénéfique en tant que numéro 9 lors des précédents matchs, celui en tant que joueur de couloir devient logiquement plus restreint.

C’est en seconde mi-temps que les 4 changements de Ronald Koeman sont intervenus. Frenkie De Jong tout d’abord, entré à la place de Sergio Busquets, malheureusement en difficulté. Puis les 3 choix suivants seront loin d’êtres légitimes pour tous les observateurs. Faire sortir Antoine Griezmann (73ème) et Philippe Coutinho (79ème) aussi tardivement dans la rencontre peut interroger, au vu de leur prestation assez insipide. L’entrée de Francisco Trincão également, pas aidé par la physionomie du match, qui était pour le moins compliquée. Le fait de remplacer un joueur offensif (Coutinho) par un défenseur (Lenglet) peut aussi paraître étrange, étant donné l’obligation du FC Barcelone de repasser devant au score à ce moment-là du match. À l’inverse, des joueurs qui auraient certainement pu aider l’équipe en cette fin de match n’ont pas été utilisés. Si Miralem Pjanic n’a bénéficié que de 5 petites minutes, des joueurs comme Riqui Puig, Carles Aleñá, et Konrad De La Fuente continuent d’attendre leur tour sur le banc de touche. Des choix discutables, mais qui au final s’avèrent sans conséquences importantes, grâce notamment à un excellent Ter Stegen. Valence avait l’occasion de remporter ce match face à ce Barça-là, mais leurs incompréhensions offensives et le bon match du gardien en face en ont décidé autrement. En somme, toutes les conclusions ne peuvent pas être tirées, tant que Ronald Koeman n’aura pas tout essayé sur le banc du FC Barcelone.

Dorian Faucherand (@DorianFchrd)

Commentaires