📝Analyse / Les 3ïžâƒŁ enseignements de Real Madrid – AtlĂ©tico de Madrid (2-0)

100% Liga Accueil Actu Analyse Articles Atlético En avant Liga Santander Liveactu Real Madrid

L’eterno derbi a souri au Real Madrid, trĂšs au-dessus collectivement d’un AtlĂ©tico de Madrid sans mordant et complĂštement dĂ©passĂ© par la dĂ©termination merengue. Avec ce succĂšs, la Casa Blanca relance le suspense en Liga tandis que les Colchoneros ont Ă©tĂ© renvoyĂ©s Ă  leurs chĂšres Ă©tudes. Voici les 3 points Ă  retenir de ce duel fratricide.

1ïžâƒŁ Carvajal – VĂĄzquez : diabolique cĂŽtĂ© droit

Le match contre le Borussia Mönchengladbach en milieu de semaine n’a pas Ă©tĂ© rĂ©dhibitoire pour Lucas VĂĄzquez. S’il Ă©tait couru d’avance que Dani Carvajal serait titulaire contre l’AtlĂ©tico mĂȘme sans avoir rejouĂ© depuis sa blessure, les bonnes performances de l’ailier reconverti ont Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©es par Zinedine Zidane qui l’a alignĂ© Ă  son poste de prĂ©dilection. Le rĂ©sultat a Ă©tĂ© excellent. L’intelligence tactique de ce cĂŽtĂ© droit merengue, en plus de leurs aptitudes aussi bien en dĂ©fense qu’en contre-attaque, ont annihilĂ© les vellĂ©itĂ©s colchoneras. En premiĂšre pĂ©riode, Mario Hermoso s’est cantonnĂ© Ă  amortir les assauts des Vikingos, et Yannick Carrasco n’a eu strictement aucun rendement, constamment pris en tenaille et sorti Ă  la pause.

Carvajal et VĂĄzquez sont des cadres discrets mais toujours au rendez-vous des grands matches. Le retour du latĂ©ral s’est ressenti dans tous les compartiments du jeu, y compris au tableau d’affichage avec cette demi-volĂ©e laser qui a ricochĂ© dans le dos de Jan Oblak. Le triangle formĂ© avec Luka Modric a Ă©touffĂ© les Indios qui n’ont jamais pu se trouver entre les lignes, d’autant que Casemiro a jouĂ© les chiens de garde devant ses centraux.

2ïžâƒŁ Simeone a eu tout faux

Le Real Madrid n’est pas le FC Barcelone de cette saison. Contre les Vikingos, les largesses sont absolument prohibĂ©es car eux ne pardonnent pas. Alors quand 3 changements sont opĂ©rĂ©s Ă  la pause, c’est l’aveu Ă©vident que la composition de dĂ©part a Ă©tĂ© un Ă©chec. Diego Simeone l’a admis aprĂšs le match : son plan n’Ă©tait pas adĂ©quat. Mis sur le banc, SaĂșl Ñíguez a assistĂ© au sombrage d’HĂ©ctor Herrera. PositionnĂ© au cĂŽtĂ© de Koke ResurrecciĂłn, le Mexicain a Ă©tĂ© tout simplement catastrophique, postĂ©risĂ© par Casemiro sur l’ouverture du score, essorĂ© par le milieu merengue. ExpĂ©diĂ© en tribunes Ă  la mi-temps en compagnie de Yannick Carrasco et Felipe, il a personnifiĂ© la faillite colchonera dans ce 3-5-2 pas encore assez rodĂ© pour un tel partidazo. Le retour au 4-4-2 et donc aux basiques a permis aux Indios de mieux s’en sortir lors du second acte mais la finition n’a pas suivi, que cela soit Thomas Lemar alors que le score Ă©tait encore de 1-0 ou SaĂșl Ă  la 80e minute quand il a Ă©tĂ© mis en Ă©chec par Thibaut Courtois.

« ils nous ont Ă©tĂ© supĂ©rieurs, ça s’est vu. Nous ne pouvons pas raconter quelque chose qui ne s’est pas vu. Ont-ils Ă©tĂ© totalement supĂ©rieurs dans le jeu ? Peut-ĂȘtre pas. Mais oui, ils ont Ă©tĂ© plus prĂ©cis et tranchants ». Diego Simeone

Le Cholo a procĂ©dĂ© ensuite Ă  des changements dĂ©routants. Joao FĂ©lix, l’un des rares capables Ă  rĂ©aliser des diffĂ©rences balle au pied, a Ă©tĂ© remplacĂ© avant l’heure de jeu et n’a pas manquĂ© d’exprimer son Ă©nervement. Luis SuĂĄrez a Ă©galement esquissĂ© un sourire narquois aprĂšs avoir Ă©tĂ© inutile, l’Uruguayen Ă©tant dans l’impossibilitĂ© de courir plus de 10 mĂštres dans la profondeur.

Au bout du compte, c’est le 3-5-2, principale innovation cette saison, qui pourrait ĂȘtre remis en question. Cependant, son abandon aprĂšs un match ratĂ© serait un aveu d’impuissance du Cholo. C’est au contraire Ă  travers de tels matches que son dispositif se raffermira, avec toujours le 4-4-2, plus rassurant, comme porte de sortie. Cette dĂ©faite peut devenir la charniĂšre de la saison 2020-2021 de l’AtlĂ©tico.

3ïžâƒŁ Kroos ne connaĂźt pas la crise

Il Ă©tait le meilleur sur la pelouse contre SĂ©ville la semaine derniĂšre, il Ă©tait encore excellent contre Gladbach en Ligue des Champions, il a de nouveau Ă©tĂ© superlatif lors de cet eterno derbi. Toni Kroos Ă©tait en rĂ©cital contre l’AtlĂ©tico. Pointe intĂ©rieure du triangle composĂ© Ă  gauche avec Ferland Mendy et Vinicius Jr (cantonnĂ© exclusivement aux tĂąches dĂ©fensives samedi soir), le mĂ©tronome allemand a Ă©tĂ© d’une acuitĂ© sans Ă©gale, lovĂ© dans ce milieu de terrain madridista Ă©tanche aux assauts colchoneros. « Lors de la 1re pĂ©riode, le numĂ©ro 8 merengue a Ă©tĂ© indĂ©tectable pour le systĂšme dĂ©fensif de l’AtlĂ©tico acculĂ© par dĂ©faut qui n’a pas trouvĂ© le moyen de l’attraper, Ă©crit Lorenzo Calonge dans les colonnes d’El PaĂ­s. Au milieu des cris de quasiment tous les joueurs, des cents pas de l’infatigable Simeone, de la voix grave de Luis SuĂĄrez et des ordres de Sergio Ramos, Toni Kroos n’a pas Ă©levĂ© la voix; juste son football ». Avec 87 passes rĂ©ussies dont 12 longue-distance, l’Allemand a survolĂ© ce derbi dans les grandes largeurs.

François Miguel Boudet

Commentaires