📝 Analyse / Les 3️⃣ enseignements de FC Barcelone – Juventus (0-3)

0
BARCELONA, SPAIN - December 08, 2020: Lionel Messi of FC Barcelona looks dejected during the UEFA Champions League Group G football match between FC Barcelona and Juventus. Juventus FC won 3-0 over FC Barcelona. (Photo by Nicolò Campo/Sipa USA)Photo by Icon Sport - Lionel MESSI - Camp Nou - Barcelone (Espagne)

Au Camp Nou, la Juventus s’est nettement imposée (3-0) contre le FC Barcelone pour arracher la 1re place du groupe G. Une victoire plus que méritée car, dans le jeu, nul doute que les hommes d’Andrea Pirlo ont gagné la bataille tactique face au Barça. De leur côté, les Culés continuent d’inquiéter contre les grandes équipes et devront se déplacer pour les 1/8 de finale retour. Voici 3 enseignements à tirer de cette petite correction.

1️⃣ Une première période insipide

C’est sans doute ce qui a valu le score plutôt lourd de ce duel entre le Barça et la Juve : la première mi-temps catastrophique des locaux. Dès le coup d’envoi, le match a été à sens unique. Les 30 premières minutes notamment ont été complètement dominées par les hommes d’Andrea Pirlo. Une Juventus dans tous les bons coups, omniprésente dans le camp barcelonais et se créant beaucoup d’occasions. Les deux buts interviennent d’ailleurs assez tôt dans la rencontre. Dès la 13e minute, Ronald Araújo a commis une faute sur Cristiano Ronaldo suivie d’un pénalty, évidemment transformé par le Portugais. Par la suite, le temps fort italien a continué de se mettre en œuvre, avec à la baguette Juan Cuadrado et sa qualité de centre, déposant parfaitement le ballon sur Weston McKennie qui ne s’est pas posé la moindre question sur sa reprise de volée. A la 20e minute, le Barça avait déjà la tête sous l’eau.

Durant cette mi-temps, absolument rien de positif n’est à retenir pour les Blaugranas, en constante difficulté. C’est aussi et surtout les transitions offensives rapides des Italiens qui ont posé tant d’ennuis au Barça. Pour apporter quelques chiffres, sur les 19 tirs du FC Barcelone, seulement 6 sont intervenus lors du premier acte. La possession de balle des Catalans est passée de 54% en première période, à 64% en seconde. Des chiffres assez révélateurs de l’absence totale d’idées de jeu dans ces 45 premières minutes. Comme depuis le début de saison, la charnière centrale (peu importe les hommes qui la composent) a été mise à mal et largement coupable sur la majorité des occasions subies. C’est sans doute pour cela que Ronald Araújo et Clément Lenglet ont laissé leur place en seconde période.

Le réveil des joueurs du Barça a doucement commencé vers la 35e minute, avec en tête de gondole Lionel Messi (qui d’autre ?). Jusqu’à la mi-temps et pendant 10 minutes donc, les locaux se sont repris en main et ont enfin posé le pied sur le ballon. Barcelone s’est même permis de tirer au but. Ils ont failli réduire l’écart, mais c’était sans compter sur l’excellent Gianluigi Buffon qui a sorti bon nombre d’arrêts. Globalement en seconde période, le jeu s’est équilibré, mais le FC Barcelone n’est tout de même pas parvenu à ouvrir son compteur. Un collectif brouillon et en difficulté sur les transitions, des joueurs en grande méforme : le Barça ne fera donc pas partie des équipes ayant gagné les 6 matchs de groupe cette année.

Photo by Icon Sport – Cristiano RONALDO – Lionel MESSI – Camp Nou – Barcelone (Espagne)

2️⃣ Clément Lenglet, un match à oublier

La saison 2018/2019 du défenseur central français semble désormais bien loin derrière lui. Une première année au FC Barcelone qui nous promettait un avenir radieux pour le joueur. Seulement, la saison 2020-2021 de ce même Clément Lenglet est étonnamment décevante, au vu du niveau de jeu montré 2 ans auparavant. Les mauvais matchs s’enchaînent pour l’international français, auteur d’innombrables fautes depuis le début de saison. Un carton rouge reçu contre le Celta  de Vigo, un pénalty concédé lors du Clásico, une incompréhension grotesque avec Jordi Alba et Marc-André Ter Stegen sur le 2e but de Cadix le weekend dernier et un nouveau pénalty concédé contre la Juventus. Clément Lenglet commence à inquiéter de par son niveau de jeu et de par sa confiance qui semble logiquement s’amoindrir de jour en jour. Une méforme dans un secteur déjà à la peine dans ce club, puisque Gérard Piqué n’était guère plus rassurant avant sa blessure.

Ce match contre la Juventus sera à oublier pour lui qui a confirmé sa méforme actuelle. Sans cesse mis en difficulté sur les transitions italiennes, le défenseur central en a bavé, comme son équipe ceci dit. En plus de son rendement discutable tout au long du match, il faut rajouter à cela les nombreuses erreurs de placement, les inattentions régulières et les fautes de main grossières, à l’image du 3e but. Ces temps-ci, un Clément Lenglet qui défend dans la surface est un Clément Lenglet en difficulté. Chacune de ses prises de balle en défense ne rassure pas forcément et les attaquants adverses ont bien compris tout l’intérêt d’aller presser sur ce joueur. Bref, auteur d’une rencontre à l’image de son début de saison, Clément Lenglet a été invité à sortir à la 55e minute de jeu.

📌 LDC / Les notes de FC Barcelone – Juventus (0-3)

3️⃣ Lionel Messi – Riqui Puig, deux éclaircies dans un ciel gris

Alors que le collectif barcelonais est à juste titre pointé du doigt, il faut tout de même souligner la volonté de quelques joueurs de relever techniquement et tactiquement le niveau de leur équipe. Ce fut le cas avec Lionel Messi et l’entrée de Riqui Puig. Si l’entrée de Riqui Puig peut paraître étonnante au vu de la physionomie du match, elle a été une nouvelle fois bénéfique. A chaque apparition du jeune Masian, il montre sur le terrain tout ce qu’un milieu du Barça doit fournir : un apport créatif, du dynamisme pour l’équipe qui en avait particulièrement besoin, de la mobilité pour toujours se rendre disponible, un pressing en harcelant le porteur de balle et un jeu entre les lignes adverses si caractéristique de ce joueur. Dans un rôle que Ronald Koeman lui a rarement accordé, celui de meneur de jeu, Riqui Puig a joué 24 minutes de fort belle manière. En si peu de temps, ses 50 touches de balle et ses 2 passes clés nous prouvent que le canterano mériterait parfois une place de titulaire.

Si le score du match et le nom des buteurs ne plaident pas en la faveur de Lionel Messi, il serait maladroit de mettre le numéro 10 blaugrana dans le même sac que certains de ses coéquipiers. L’Argentin a fait son match et même s’il n’est pas parvenu à marquer, il a été l’un des seuls à essayer. Pas vraiment aidé par son collectif, son match est à l’image de son apport au FC Barcelone depuis plusieurs années : un joueur qui doit multiplier les dépassements de fonction pour tirer son équipe vers le haut ou du moins vers le moins ridicule possible. 125 touches et auteur de 3 passes clés, il est celui qui a initié toutes les occasions catalanes. Lorsque le milieu de terrain peinait à ressortir des ballons, c’est bien lui qui décrochait pour organiser le jeu. Mais être à la construction et à la finition, le tout depuis des années, cela n’aide pas réellement le numéro 10. Un chiffre qui est rapidement ressorti dès le coup de sifflet final : les 7 tirs cadrés du FC Barcelone sont tous l’œuvre de Lionel Messi. Le symbole une nouvelle fois de la dépendance d’une équipe envers son joueur phare.

Finalement, le FC Barcelone se retrouve à la deuxième place du classement du groupe G. Les potentiels adversaires seront donc logiquement plus forts. En effet pour les huitièmes de finale, le Barça pourrait affronter le Bayern, Manchester City, Liverpool, Chelsea et Dortmund. Les Catalans ont 2 mois pour colmater toutes leurs brèches pour espérer aller plus loin dans la compétition. C’est loin d’être gagné.

Dorian Faucherand (@DorianFchrd)

Commentaires