🗳 Élections Barça / 🎙Interview exclusive – Xavi Vilajoana : « S’il y a une personne qui a l’ADN Barça, c’est bien moi ! »

0
Crédits : Candidatura Xavi Vilajoana/Joan Monfort

Unique joueur du FC Barcelone Ă  avoir Ă©voluĂ© au sein de la section football puis de la section futsal, Xavi Vilajoana a Ă©galement travaillĂ© depuis 2003 avec Joan Laporta, Sandro Rosell et Josep MarĂ­a Bartomeu. PrĂŽnant la cohĂ©rence, il refuse l’Ă©tiquette de candidat continuiste et met en avant ses rĂ©ussites sportives au sein de la Masia et du Barça FemenĂ­. En exclusivitĂ© pour ÂĄFuria Liga!, il dĂ©taille en français les grandes lignes de son programme prĂ©sidentiel. 

Pour commencer, et afin que les lecteurs puissent mieux vous connaßtre, pourriez-vous vous présenter ?

J’ai une trĂšs longue histoire avec le Barça. Mon pĂšre a Ă©tĂ© dirigeant du club pendant 18 ans Ă  l’Ă©poque de Josep LluĂ­s NĂșñez. J’ai jouĂ© Ă  la Masia de 17 Ă  21 ans et j’ai intĂ©grĂ© le Barça C, une Ă©quipe qui a disparu il y a quelques annĂ©es. J’ai ensuite jouĂ© Ă  L’Hospitalet, en Segunda B. J’ai ensuite effectuĂ© un changement de ma pratique : je suis le seul joueur du Barça Ă  avoir Ă©voluĂ© au football et au futsal oĂč j’ai jouĂ© 4 saisons et portĂ© le brassard de capitaine. J’ai par la suite entraĂźnĂ© une Ă©quipe de jeunes de futsal. En 2003, le prĂ©sident Joan Laporta m’a appelĂ© pour professionnaliser la section de futsal car Ă  l’Ă©poque elle Ă©tait seulement semi-professionnelle. En 2010, Sandro Rosell m’a Ă©galement demandĂ© de collaborer avec lui. En 2011, Josep MarĂ­a Bartomeu m’a aussi demandĂ© de lui donner un coup de main pour la Masia, le fĂștbol base et le Barça fĂ©minin. S’il y a bien une personne qui a l’ADN Barça, c’est bien moi ! Je porte le Barça dans mon cƓur. Le club est dans un moment complexe, notamment avec la pandĂ©mie, et il faut quelqu’un qui connaisse le club. Il faut prendre des dĂ©cisions dĂšs Ă  prĂ©sent. On ne peut pas attendre 6 mois de plus. Je pense qu’il est trĂšs important de dĂ©cider dĂšs le premier jour. Pour cela, il faut aimer le club, le connaĂźtre, avoir de l’expĂ©rience aussi bien Ă  l’intĂ©rieur du club qu’Ă  l’extĂ©rieur. Ma candidature est bĂątie par des gens trĂšs professionnels en ce qui concerne le Barça et qui sont en relation avec le football, comme cela est mon cas. J’ai aussi 4 diplĂŽmes universitaires, car j’ai toujours combinĂ© ma carriĂšre de joueur avec ma carriĂšre professionnelle et il est rare de trouver ce genre de profil. Dans l’imaginaire populaire, on est soit l’un soit l’autre. Cette dualitĂ© n’est pas trĂšs courante dans la direction des clubs sportifs. Je pense que c’est une valeur ajoutĂ©e trĂšs importante.

« Pep Segura croyait qu’avec des joueurs plus forts et plus physiques, on avait la possibilitĂ© de produire le mĂȘme modĂšle de jeu. Et ça, c’est impossible »

Entrons dans le vif du sujet : comment expliquez-vous ces 49 contrats avec le Barça B sous la direction de Josep MarĂ­a Bartomeu avec l’impression que le club ne formait plus pour son Ă©quipe premiĂšre ?

Lors des 3 premiĂšres annĂ©es, la direction sportive exĂ©cutive de ce champ de compĂ©tences a Ă©tĂ© absolument ratĂ©e. Les joueurs continuaient de monter dans notre systĂšme spĂ©cifique de formation jusqu’au Juvenil. Or, ils voyaient bien qu’il n’y avait plus de progression, notamment dans le sens et la maniĂšre de faire les entraĂźnements. Du coup, ils partaient. J’ai eu de nombreuses batailles avec le responsable technique Ă  ce moment-lĂ  car cela devenait problĂ©matique. On faisait tout pour que les joueurs restent et progressent au club mais le secrĂ©tariat technique, surtout Pep Segura, pensait que des joueurs diffĂ©rents pouvaient tout aussi bien jouer comme nous le voulions. Pep Segura croyait qu’avec des joueurs plus forts et plus physiques, on avait la possibilitĂ© de produire le mĂȘme modĂšle de jeu. Et ça, c’est impossible. On a fini par lui retirer sa responsabilitĂ© sur le fĂștbol base. Pour moi, le centre de formation est un actif du club. Maintenant, les joueurs voient qu’on leur fait confiance. A titre d’exemple, cette saison, nous avons le Barça B et le Juvenil A les plus jeunes de l’Histoire. Nous avons Ă©galement pu prolonger 95% de la gĂ©nĂ©ration 2004 qui va passer de cadete Ă  juvenil alors que c’Ă©tait Ă  cette cĂ©sure que nous avions beaucoup de joueurs qui partaient. On a fait du trĂšs bon travail.

A LIRE : Pep Segura, l’homme au coeur du changement de philosophie au Barça

Vous avez dĂ©clarĂ© que vous souhaiteriez voir rapidement l’effectif du Barça avec au moins 50% de joueurs issus de la Masia. Comment faire et avec quels hommes ?

C’est trĂšs facile : on les a dĂ©jĂ  ! Si on prend la gĂ©nĂ©ration 2004, 6 joueurs sont dĂ©jĂ  montĂ©s avec les Juvenil A et nous ferons en sorte que le Barça B incorpore d’ici 3 Ă  4 ans de trĂšs jeunes Ă©lĂ©ments. Il y a un joueur qui fait quasiment partie de l’Ă©quipe A, c’est Óscar Mingueza. Il y a aussi Konrad de la Fuente. Je suis sĂ»r que, si j’Ă©cris 11 noms sur un papier et qu’on l’ouvre dans quelques annĂ©es, au moins 8 sortiront du lot. Il est Ă©galement trĂšs important de renforcer la figure de l’entraĂźneur. Il doit avoir l’appui du prĂ©sident dans le sens oĂč nous ne jugerons pas son pari de s’appuyer sur la Masia. A la fin de chaque saison, il faut lui dire « tu as 15 joueurs professionnels mais parmi les autres places disponibles, tu dois choisir entre 7 et 9 joueurs que nous connaissons et que nous avons vu progresser ». Ça, c’est renforcer cette politique sportive. Une fois cette dĂ©cision prise, ce sont aux joueurs de gagner leur place pour jouer, devenir titulaire grĂące Ă  l’enseignement de la Masia mais aussi par leur travail au quotidien.

Retrouvez l’intĂ©gralitĂ© de nos interviews « Élections Barça » en cliquant sur ce lien

Comment avez-vous vĂ©cu la motion de censure Ă  titre personnel ? Certes, c’Ă©tait la figure de Josep MarĂ­a Bartomeu qui Ă©tait visĂ©e mais cela a finalement englobĂ© toute la direction et donc vous par la mĂȘme occasion.

La motion est un aspect lĂ©gal dans les statuts de notre club. Les socios ont la possibilitĂ© de la provoquer et de la signer. Cela dit, lancer une motion seulement pour avancer les Ă©lections de 2 mois, je ne sais pas si c’est le meilleur moment. Mais il faut respecter l’avis des 20.000 socios qui l’ont dĂ©cidĂ©. Au cours de cette prĂ©sidence, il y a eu de bonnes choses, d’autres moins bonnes, comme partout. Dans l’histoire du FC Barcelone, aucun prĂ©sident n’a soit tout bien fait, soit tout ratĂ©. Alors, il faut prolonger les projets positifs et rectifier les autres.

Vous l’avez expliquĂ© dans votre prĂ©sentation : vous n’ĂȘtes pas un novice. Mais avoir fait partie de la direction Bartomeu est un avantage ou un inconvĂ©nient ?

Au niveau personnel, je crois que faire partie de la direction du club est toujours positif car cela donne la possibilitĂ© de constater par soi-mĂȘme et d’agir. Je suis quelqu’un qui regarde toujours devant lui. Il faut apprendre, analyser, mettre en valeur tout ce qu’on a fait par le passĂ©. Si j’avais regardĂ© en arriĂšre, je n’aurais jamais continuĂ© au sein du club et je n’aurais pas acceptĂ© les propositions de ces 3 prĂ©sidents. Je veux convaincre que je peux faire et apporter. Moi, je suis un homme du Barça et chaque fois qu’on m’a demandĂ©, j’Ă©tais lĂ . Le moment est venu pour moi de faire ce dernier pas en avant afin de devenir prĂ©sident. J’espĂšre que les socios le valoriseront.

Eu Ă©gard votre cursus au sein du club et aussi l’hĂ©ritage de votre pĂšre, est-ce que vous vous dĂ©finiriez comme continuiste ou nuñiste ?

Je me considĂšre comme un candidat co-hĂ©-rent ! (il insiste sur chaque syllabe). Pas continuiste mais cohĂ©rent. Quand on est dirigeant du Barça, on consacre de son temps sans rien gagner car on le fait par amour et par conviction. C’est pour ça que je dis que je suis cohĂ©rent. Quand on a fait appel Ă  moi, je suis venu pour assumer, apporter mon expĂ©rience, mes connaissances. Maintenant, si je veux concrĂ©tiser les projets de la Masia et faire monter des joueurs au sein de la premiĂšre Ă©quipe, il faut que je sois prĂ©sident. Ça, c’est cohĂ©rent, pas continuiste.

Quand nous l’avons interrogĂ©, Jordi FarrĂ© a dit que les plus grands succĂšs du Barça sous l’Ăšre Bartomeu Ă©tait le fĂștbol sala et la section fĂ©minine car il ne s’en Ă©tait pas du tout occupĂ© et qu’il avait mis quelqu’un de compĂ©tent.

Peut-ĂȘtre qu’il se rĂ©fĂšre Ă  moi (rires). C’est important de parler du Barça fĂ©minin car, quand on commence un projet, il faut d’abord penser Ă  la base, aux fondations. Il ne faut pas se dire qu’on va payer pour avoir les meilleures joueuses. Aujourd’hui, 12 joueuses du Barça FemenĂ­ sont sorties de la Masia. Avec ma restructuration et avec la mĂ©thodologie de la section fĂ©minine, cela rend service Ă  toute la Masia, aussi bien pour les Ă©quipes fĂ©minines que pour les Ă©quipes masculines. Tous les entraĂźneurs du fĂștbol base enseignent les mĂȘmes choses. Les joueuses peuvent monter et intĂ©grer trĂšs tĂŽt l’effectif de la premiĂšre Ă©quipe. Ça, c’est la consĂ©quence d’un processus dĂ©butĂ© en amont. Mais il ne faut pas croire que les rĂ©sultats seront immĂ©diats. Y croire c’est se tromper complĂštement.

« Je suis trĂšs content de voir Mingueza bien jouer, car j’ai bataillĂ© avec certains entraĂźneurs du fĂștbol base pour leur dire qu’on doit croire en lui, ĂȘtre patient car il a des caractĂ©ristiques qui sont propres au Barça »

Peut-on dire qu’actuellement, c’est le Barça FemenĂ­ qui montre la voie au Barça masculin ?

Les Ă©quipes fĂ©minines sont plus jeunes, en termes historiques. Du coup, leur style de jeu est plus « puriste » car il y a moins d’influences extĂ©rieures. C’est l’idĂ©al du modĂšle et ça se voit quand on regarde le Barça FemenĂ­. C’est quelque chose qu’on doit travailler dans la section masculine. J’insiste : il n’y a pas de diffĂ©rence. L’entraĂźneur de la premiĂšre Ă©quipe doit avoir le courage de le faire. Mais je crois que Ronald Koeman a ça. Je suis trĂšs content de voir Mingueza bien jouer, car j’ai bataillĂ© avec certains entraĂźneurs du fĂștbol base pour leur dire qu’on doit croire en lui, ĂȘtre patient car il a des caractĂ©ristiques qui sont propres au Barça. C’est un joueur qui ne se rĂ©vĂšlera pas en Segunda B car c’est une division trĂšs ingrate, fondĂ©e sur la force et oĂč le ballon est plus souvent dans les airs qu’au sol. C’est un joueur qui aura un meilleur rendement Ă  un Ă©chelon plus Ă©levĂ©. C’est difficile de convaincre. Parfois, il faut dire Ă  GarcĂ­a Pimenta d’oublier le rĂ©sultat. Être premier de Segunda B, ce n’est pas lĂ  l’important. Ce qui compte, c’est que le joueur progresse et qu’il soit prĂ©parĂ© Ă  intĂ©grer l’Ă©quipe premiĂšre. Ce n’est pas simple pour un entraĂźneur de se mettre Ă  la place du formateur.

A LIRE – Pourquoi l’Ă©quipe fĂ©minine du Barça est la seule section du club Ă  ne pas ĂȘtre dĂ©ficitaire ?

A l’heure actuelle, l’entraĂźneur qui reprĂ©sente le mieux l’esprit Barça avec les rĂ©sultats en prime, c’est LluĂ­s CortĂ©s. Est-ce que son profil pourrait correspondre pour devenir coach de la section masculine ?

En principe, il n’y a pas de diffĂ©rences entre les formateurs des sections masculine et fĂ©minine. En revanche, au niveau de l’Ă©quipe professionnelle, il y a la gestion du vestiaire et, en la matiĂšre, ce n’est pas la mĂȘme chose. Il faut avoir quelque chose en plus que les connaissances, le professionnalisme car, tout simplement d’un cĂŽtĂ© il y a des femmes et de l’autre des hommes. Ça ne veut pas dire que les uns sont mieux et pas les autres mais c’est une diffĂ©rence anthropologique. Pour l’heure, je pense que nous avons les deux meilleurs entraĂźneurs, chacun dans sa section

Nous allons entrer dans une pĂ©riode de campagne Ă©lectorale et donc de promesses. Certains candidats ont dĂ©jĂ  avancĂ© des noms, notamment Neymar, alors que d’autres trouvent irresponsable de s’avancer de la sorte. Quelle est votre position ?

La situation Ă©conomique ne peut pas ĂȘtre prioritaire face aux dĂ©cisions sportives. Ceux qui pensent qu’il est terrible d’organiser les Ă©lections le 24 janvier parce qu’il n’y aura pas de temps pour recruter, je leur rĂ©ponds que le marchĂ© pour les jeunes joueurs de la Masia ne ferme pas le 31 janvier. Il est ouvert toute la saison ! Alors, je ne comprends ni les uns ni les autres. Ne pas pouvoir recruter un joueur face Ă  la rĂ©alitĂ© Ă©conomique et la date des Ă©lections ne sont pas des excuses.

Un retour de Neymar serait-il possible pour vous par exemple ?  

Non, parce que je suis un amoureux du collectif. On doit revenir au collectif, Ă  notre modĂšle de jeu. AprĂšs si tu as ce petit plus du joueur qui fait la diffĂ©rence, c’est parfait. Mais dans notre histoire, le collectif a Ă©tĂ© la base de notre jeu, de nos succĂšs et de nos titres. C’est cela que nous devons retrouver : le beau jeu.

Vous Ă©tiez au club il y a encore quelques semaines en tant que membre de la direction. Qu’en est-il rĂ©ellement de la situation Ă©conomique qui inquiĂšte ? Est-elle si catastrophique ?

La catastrophe, c’est que les revenus ont chutĂ© de 40%. Si on n’était pas dans une pandĂ©mie, on aurait pu discuter si la masse salariale est trop Ă©levĂ©e et on serait sĂ»rement tombĂ© d’accord car nous avons fait des prolongations excessives. Mais nous n’aurions eu aucun problĂšme sans la pandĂ©mie. Ça c’est certain. Maintenant tu dois t’arranger, demander des avances pour couvrir ce manque de trĂ©sorerie. C’est la mĂȘme chose pour toutes les entreprises qui dĂ©pendent principalement du secteur des services, du tourisme. Evidemment, il faut corriger le reste, notamment la ligne des dĂ©penses. Avec ma politique de confiance envers la Masia et mon souhait de ne pas offrir de prolongation au-delĂ  de 31 ans par exemple, car Ă  cet Ăąge, la rĂ©tribution doit davantage s’effectuer en variables qu’en fixe, tu peux le corriger. Cependant, il ne faut pas oublier que tant que la ligne des revenus restera dans la normalitĂ©, la situation compliquĂ©e du Barça se rĂšglera.

Quel est votre opinion sur Leo Messi ? Faut-il faire tout tenter pour le prolonger ?

Si les socios votent pour moi, nous aurons un trĂšs beau futur. Avec Messi ou sans Messi, parce que le futur ne dĂ©pend pas que d’un seul joueur.

D’ailleurs, aprĂšs la dĂ©claration de Neymar aprĂšs Manchester United-PSG, Leo Messi est annoncĂ© au PSG avec certitude par des journalistes en France !  

(Rires) Ah bon ?! DĂ©jĂ  ?! Les rĂ©sultats de la politique Ă©conomique dĂ©coulent de la politique sportive. Il faut parler avec Leo Messi, lui exposer ta maniĂšre de penser, ton projet. Tu dois lui expliquer son rĂŽle Ă  venir par rapport Ă  son Ăąge et c’est normal dans une carriĂšre sportive. Par exemple, lui demander de se prĂ©server pour ĂȘtre dĂ©cisif quand il le faut, d’ĂȘtre celui qui va intĂ©grer et aider les jeunes. Tu dois lui expliquer, lui montrer quelle est ton ambition et aussi l’Ă©couter, car c’est un aspect trĂšs important. Les motivations d’un joueur pour rester dans un club sont cruciales. Il n’y a rien de pire dans une Ă©quipe que d’avoir un joueur qui n’est pas motivĂ©. Il faut analyser tout ça et on le fera en tĂȘte Ă  tĂȘte.

Vous l’avez fait ou vous le ferez ?

Je le ferai si je suis président.

Quel est l’avenir de l’Espai Barça au niveau institutionnel ? Faut-il faire Ă  nouveau faire voter les socios et les impliquer davantage dans le processus ? 

Il est logique de redemander aux socios, parce que l’approbation a eu lieu il y a plusieurs annĂ©es et le projet n’est plus exactement le mĂȘme. En plus, je connais le sujet car c’est mon mĂ©tier (il est diplĂŽmĂ© en immobilier et urbanisme, ndlr) et quand tu commences un projet dans un quartier, tu entres dans des nĂ©gociations avec la ville, la Generalitat et mĂȘme si le projet global ne change pas, dans l’écriture du projet, il y a des choses qui changent. Ce projet est prioritaire parce que c’est ce qui sera le moteur des revenus du club. Il est donc important de le reprendre. Et il ne faut pas oublier les autres dossiers associĂ©s Ă  l’Espai Barça. Il faut repenser tout ça pour les optimiser, quand commencer avec les ressources que l’on a. Ça reste un projet du club, ce n’est pas le projet d’un prĂ©sident. Il a Ă©tĂ© pensĂ© depuis longtemps et je crois que tous les socios souhaitent sa rĂ©ussite.

Le but est de dĂ©velopper les revenus en B2C mais aussi en B2B avec les partenaires, les sponsors et les entreprises qui voudront ĂȘtre associĂ©es Ă  ce nouveau stade ?

Les revenus de ce stade seront les loges VIP, la billetterie, le naming Ă©ventuellement mais aussi des nouveaux actifs qui vont se crĂ©er, le nouveau musĂ©e et la nouvelle boutique. Ce sera la principale masse de revenus du club qui se crĂ©era uniquement avec le futur Camp Nou. AprĂšs, il y aura aussi le nouveau Palau Blaugrana. C’est tout le quartier de Les Corts qui est impliquĂ©. Le nouveau Camp Nou doit ĂȘtre le centre nĂ©vralgique de tous les amoureux du Barça parce qu’il va rester ouvert 365 jours par an. Il doit ĂȘtre notre prioritĂ©.

Quand vous évoquez de nouveaux actifs, est-ce en référence au développement du media Barça ?

Non, je parle d’actifs physiques, par exemple avec la prĂ©sence de marques chaque week-end les jours de matchs, des zones qui crĂ©eront de nouvelles ressources pour le club.

Le Barça dispose dĂ©jĂ  d’un grand espace au Camp Nou, contrairement Ă  la majoritĂ© des clubs en Espagne. Le dĂ©velopper renforcera le lien entre le club et la ville de Barcelone ? 

GrĂące aux accords avec la ville, nous allons crĂ©er un espace trĂšs ouvert avec de la vĂ©gĂ©tation. On ne va pas fermer, ce sera toujours ouvert et cela va dynamiser le quartier de Les Corts. Je sais avec certitude que les personnes qui vivent dans ce quartier sont trĂšs trĂšs contents du projet. Moi, si j’étais eux et que j’habitais Ă  Les Corts, je serais trĂšs heureux aussi (rires).

Deux projets sont en discussion dans la lignĂ©e de la modernisation du football, c’est la SuperLigue europĂ©enne et une rĂ©forme du format de la Ligue des Champions avec avec 32 ou 36 Ă©quipes. Qu’en pensez-vous ?

Cette SuperLigue est trĂšs embryonnaire. Il s’agit de discussions afin d’analyser le souhait de tous les clubs. Je crois que c’est trĂšs tĂŽt pour savoir rĂ©ellement si ça peut devenir une rĂ©alitĂ©. Il faut bien sĂ»r discuter avec les fĂ©dĂ©rations de tous les pays parce que l’aboutissement de ces projets aurait de grandes consĂ©quences.

Propos suscités par Tracy Rodrigo et François Miguel Boudet

Commentaires