🔥 Golazo J🔟 / Le triangle Berchiche-Berenguer-Muniain (Athletic) plus rapide que la défense du Betis

0
Yuri Berchiche a été une pièce maîtresse de la victoire de l'Athletic [Photo de Icon Sport]

L’Athletic devait impérativement battre le Betis pour s’éloigner de la zone rouge et, accessoirement, sauver la place de Gaizka Garitano. A San Mamés, les Leones ont gagné avec la manière (4-0). Le golazo de cette 10e journée met en avant la volonté retrouvée de jouer vers l’avant, y compris quand la victoire est acquise. Les trois acteurs sur l’affiche sont Yuri Berchiche, Iker Muniain et Álex Berenguer. Explication en images.

Coup franc en faveur de l’Athletic consécutif à une faute de Guido Rodríguez sur Iker Muniain. Les Leones mènent 3-0 mais 8 d’entre eux sont dans le camp du Betis.

Yuri Berchiche joue sur Álex Berenguer qui lui remet. Joaquín monte sur Yuri Berchiche pour intercepter le ballon. Iker Muniain, la 3e pointe du triangle, s’est positionné entre deux Béticos.

Yuri Berchiche efface Joaquín avec une louche. Álex Berenguer est lancé et attaque la surface de réparation verdiblanca. L’ancien Parisien quant à lui dédouble à gauche. Iker Muniain est toujours entre 2 Béticos.

Álex Berenguer a 3 options : Yuri Berchiche à gauche, Mikel Vesga en retrait et Iker Muniain qui est cette fois-ci entre les lignes au milieu de 4 adversaires trop espacés.

Álex Berenguer joue sur Iker Muniain qui attirer toute la défense manquepiedra, ce qui a le mérite de laisser Yuri Berchiche absolument et de permettre à Álex Berenguer de se positionner dans la surface.

Yuri Berchiche est dans une position préférentielle : il a du temps pour centrer et il dispose de 4 options, toutes atteignables. Iñaki Williams peut plonger au 1er poteau ou rester entre les 2 centraux, Asier Villalibre peut rester dans l’axe ou aller vers le 2nd poteau, Álex Berenguer au niveau du point de penalty.

Álex Berenguer est laissé seul par toute la défense verdiblanca. Yuri Berchiche opte pour cette solution, certainement la plus évidente et la plus simple pour trouver un coéquipier.

Il y a 8 Béticos dans la surface mais aucun n’est suffisamment bien placé pour intercepter le centre. Le placement et la technique d’Álex Berenguer font le reste : il frappe sans contrôle du gauche dans le petit filet de Claudio Bravo qui ne peut compenser le flottement de sa défense.

Avec seulement 3 joueurs qui touchent le ballon et avec l’appui des 2 attaquants qui mobilisent l’axe et proposent plusieurs solutions comme autant de fausses pistes, l’Athletic a débordé le Betis dans son propre camp et à partir d’une phase arrêtée. Quand les Leones veulent être offensifs, ils y parviennent et le font avec la rapidité et la manière.

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires