🔴🟡 Previa Roja / Pays-Bas 🇳🇱 – 🇪🇸 Espagne : Trouver de la continuité… en faisant tourner ?

0
Partido de la UEFA Nations Cup disputado entre Ucrania y España. En la imagen, Luis Enrique.UEFA Nations Cup match played between Ukraine and Spain. In this picture, Luis Enrique. By Icon Sport - Luis ENRIQUE - NSC Olimpiyskiy Stadium - Kiev (Ukraine)

Battue par l’Ukraine pour conclure la dernière fenêtre internationale, la Roja inquiète quelque peu. Ce mercredi, elle affronte les Pays-Bas qui ont récemment changé de sélectionneur. Si Luis Enrique a fait ses choix en défense, il tarde en revanche à trouver de la continuité en attaque. Pour ce match amical, il doit une nouvelle fois procéder à de nouveaux essais alors que le temps lui est compté avant l’Euro.

Depuis septembre et le grand retour de Luis Enrique sur le banc, la Selección est irrégulière, capable d’accrocher le nul contre l’Allemagne (1-1) et le Portugal (0-0), de gagner contre la Suisse (1-0) et l’Ukraine (4-0) mais aussi de perdre après avoir dominé sans trouver la faille comme contre l’Ukraine lors du dernier match disputé à Kiev (1-0). Si le choix des hommes en défense est établi, malgré les absences de Dani Carvajal et Jesús Navas, tous deux blessés, l’animation offensive est incertaine. Thiago Alcantara est blessé et de nouveau forfait, Rodrigo Moreno est positif à la COVID-19 et Ansu Fati s’est blessé contre le Betis et sera éloigné des terrains au moins 4 mois. A la recherche d’un point d’ancrage, le sélectionneur a rappelé Álvaro Morata qui bénéficie d’une nouvelle chance pour s’imposer.

Match entre deux équipes en petite forme

La Roja doute et les Pays-Bas… aussi. Le départ de Ronald Koeman au Barça, remplacé par Frank de Boer, n’a pas été digéré. Les Bataves n’ont remporté qu’une seule de leurs 5 dernières rencontres et c’était en septembre. Depuis, des matchs moyens et une attaque en berne. Dans une situation peu ou prou similaire, la Roja doit profiter de cette rencontre amicale pour travailler ses automatismes en attaque, en dépit des absences. Si on a apprécié le jeu vertical et rapide des hommes de Luis Enrique face au Portugal, voir Sergio Ramos être le seul capable à générer du danger lors de la défaite face à l’Ukraine inquiète beaucoup.

La principale question est de savoir si le sélectionneur privilégiera des essais car il s’agit d’un match amical, en gardant en réserve ses meilleurs éléments pour la Ligue des Nations ? L’entente Dani Olmo-Sergio Canales, aperçue face à la Selecçao, demande à être de nouveau essayée. Adama Traoré semble avoir un boulevard au vu de son profil, si différent et qui peut faire énormément de bien à une Roja qui a encore un peu de mal à attaquer des espaces et à en créer quand ils ne sont pas présents. Encore faut-il qu’il puisse sortir de son rôle de déménageur de piano, lui qui n’est jamais qualifié de footballeur par la presse espagnole… Le poste de buteur pose aussi question. Álvaro Morata est de retour et dans une forme incroyable avec la Juventus. Peut-il enfin s’imposer au plus haut niveau, lui qui a renoncé au Real Madrid et à l’Atlético de Madrid ? Au milieu, Mikel Merino, en démonstration depuis le début de saison avec la Real Sociedad, devrait avoir du temps de jeu, tout comme son coéquipier txuri-urdin Mikel Oyarzabal, élu meilleur joueur du mois d’octobre en Liga. Sur le papier, Luis Enrique a des possibilités pour proposer une équipe cohérente mais le rendu offensif n’est pas au rendez-vous pour le moment.

Un manque de profondeur criant en défense

L’Asturien ne roule pas sur l’or et le manque de profondeur en défense se fait ressentir. Certes, l’association Pau Torres-Sergio Ramos semble avoir ses faveurs, même si cela contraint le capitaine à évoluer axe droit. Le défenseur de Villarreal a encore des lacunes mais il les comble à chaque sortie. Mais Íñigo Martínez pourrait composer une charnière plus expérimentée.  José Gayà et Sergio Reguilón alternent à gauche, même si le Valencien semble avoir une longueur d’avance sur le néo-Spur en termes de niveau et de caractère. Mais cette 3e fenêtre internationale de la saison a mis en lumière le gouffre qui existe au poste de latéral droit. En l’absence de Dani Carvajal et Jesús Navas, Luis Enrique a appelé Sergi Roberto et Héctor Bellerín ! Le Blaugrana n’a jamais convaincu à ce poste et le Gunner est présent peut-être parce qu’Andoni Gorosabel (Real Sociedad) est lui aussi sur le flanc et aurait mérité une première convocation, ou bien parce que Mario Gaspar, trentenaire le 24 novembre prochain, n’incarne pas la jeunesse en dépit de belles prestations avec Villarreal. Et c’est évidemment sans parler des gardiens de but, entre David de Gea qui est beaucoup trop rarement décisif avec la Roja, Kepa Arrizabalag qui a été mis sur le banc par Edouard Mendy à Chelsea et Unai Simón, titulaire dans un Athletic à la dérive.

Les XI possibles

Pays-Bas

Espagne

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

 

Commentaires