🗳 Élections Barça / 🎙 Interview exclusive – Pere Riera : « Il a manquĂ© beaucoup de transparence »

0

Pere Riera a dĂ©clarĂ© sa prĂ©-candidature Ă  la prĂ©sidence du Barça la semaine passĂ©e. Favorable lui aussi Ă  la motion de censure, il a acceptĂ© de rĂ©pondre aux questions de ÂĄFuria Liga! sur le crĂ©puscule de l’Ăšre Bartomeu, la situation Ă©conomique du club, le rĂŽle de la Masia, l’importance de Lionel Messi et le basculement technologique qui constituera un dĂ©fi majeur pour le club blaugrana. 

En préambule, pour les lecteurs qui vous découvrent, pourriez-vous vous présenter ? 

Je suis Pere Riera, mariĂ©, pĂšre de 2 enfants et chef d’entreprise. Je suis socio du Barça, j’ai jouĂ© au football jusqu’Ă  mes 28 ans et je me suis toujours intĂ©ressĂ© au sport. Mes enfants ont Ă©galement jouĂ© au football, c’est une passion qui se transmet et ne s’arrĂȘte jamais. J’ai fait acte de prĂ©-candidature car je connais beaucoup de personnes dans le milieu du sport. J’ai aussi des liens directs avec le FC Barcelone parce que j’ai la chance qu’un de mes fils a jouĂ© dans les catĂ©gories infĂ©rieures du club. On m’a donc suggĂ©rĂ© d’ĂȘtre la figure de proue de ce projet.

Plusieurs prĂ©-candidats ont eu un passĂ© politique, ce n’est pas votre cas ?

Effectivement, je n’ai jamais Ă©tĂ© liĂ© Ă  aucun parti politique et je n’ai jamais eu de charge politique non plus, mĂȘme si j’ai des liens avec certaines mairies grĂące Ă  mon activitĂ© professionnelle. Cela ne m’a jamais attirĂ©. Pas parce que la politique ne m’intĂ©resse pas mais plutĂŽt parce que j’en ai eu ni le temps ni l’envie. Et puis, je ne crois pas avoir un profil de politique (rires).

Quel bilan peut-on tirer de l’Ăšre Bartomeu qui prend fin avec quelques mois d’anticipation en raison de la motion de censure qui l’a poussĂ© Ă  la dĂ©mission ? 

Au dĂ©part, Josep MarĂ­a Bartomeu n’a pas Ă©tĂ© un prĂ©sident Ă©lu par une Ă©lection. Il a simplement pris la place de Sandro Rosell qui a dĂ» quitter son poste aprĂšs ses dĂ©mĂȘlĂ©s avec la justice. Il a remportĂ© les Ă©lections ensuite et il faut respecter ce rĂ©sultat. Mais rien n’est allĂ©. Si on analyse tous les aspects du club pendant son mandat, aucun dĂ©partement n’est content. Je suppose que quand on en arrive lĂ , c’est que ça ne s’est pas bien passĂ©. Cette assemblĂ©e des dirigeants a rĂ©cemment donnĂ© beaucoup d’explications, comme si tout Ă©tait positif et que tout avait des solutions. Mais si on avait continuĂ© ainsi, je ne sais pas comment cela se serait terminĂ©.

La motion de censure a-t-elle bĂ©nĂ©ficiĂ© de la couverture mĂ©diatique qu’elle aurait pu ou dĂ» avoir de la part des grands media catalans ? 

Il fallait s’y attendre. Ce n’est pas simple de valider une motion de censure. Alors quand on pense que cette motion ne va pas rĂ©ussir, tu te places du cĂŽtĂ© de celui qui a thĂ©oriquement le pouvoir car le puissant reste le puissant. Mais il y a parfois des surprises ! En tant que socio moi-mĂȘme et avec toute une famille de socios, j’ai constatĂ© qu’il avait une ambiance qui laissait prĂ©sager que le nombre de signatures serait atteint. Nous sommes toujours trĂšs exigeants, mĂȘme quand on a fait le sextuplĂ©, nous avions peur avant les matches. Alors imaginez aujourd’hui ! On ne parle que des problĂšmes, la joie s’est perdue. Il a fallu que PiquĂ© dĂ©fende le club Ă  la place des dirigeants ! C’est lamentable. Pour que PiquĂ©, qui est une rĂ©fĂ©rence mondiale, une personne avec une grande Ă©ducation et des principes en arrive lĂ , et mĂȘme si c’est un capitaine, c’est qu’il a endurĂ© trop de choses. Je ne trouve pas cela normal.

« la dĂ©cision sur le futur de Messi, c’est avant tout celle de Messi »

Sur la plan Ă©conomique, le FC Barcelone serait dans un moment critique. Qu’envisagez-vous pour redresser la barre ? 

La situation me fait vraiment de la peine car le club a fait appel Ă  des crĂ©anciers. A propos du financier, nous avons peu d’informations, les seules sources que nous avons, c’est ce que la direction affirme. Le rĂ©sultat Ă©conomique exact et les motifs, c’est trĂšs difficile de le savoir et donc de les analyser. Nous disposons d’un service juridique et financier qui cherche actuellement Ă  comprendre d’oĂč vient la dette, si elle provient des actifs avec le nouveau stade ou si des fonds ont Ă©tĂ© dĂ©tournĂ©s. Tant que nous n’avons pas de preuve, je ne m’hasarderais pas Ă  accuser qui que ce soit. C’est vrai que la situation financiĂšre du club nous surprend Ă©normĂ©ment car au-delĂ  de ses socios, le Barça est mondialement connu avec plus de 800 millions de suiveurs partout dans le monde. Notre candidature Ă©tudiera Ă  fond ce qui s’est passĂ©, notamment avec les crĂ©anciers, et nous prĂ©senterons nos conclusions Ă  un notaire pour que chacun puisse avoir connaissance de la situation Ă©conomique du Barça. Nous le ferons de la maniĂšre la plus humble et honnĂȘte possible. Le FC Barcelone est un club complexe mais il a toujours Ă©tĂ© honnĂȘte, travailleur, Ă©conome, avec une bonne image.

Comment se fait-il qu’un club comme le FC Barcelone, avec autant de socios et de supporters, puisse arriver Ă  un point oĂč on ne sait pas ce qui se passe au niveau Ă©conomique ?

Ces derniĂšres annĂ©es, il y a eu beaucoup de demandes d’explication au FC Barcelone. On nous a prĂ©sentĂ© des chiffres lors de l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale mais c’est une compilation dans un Powerpoint. Mais nous, nous sommes des socios. Donc ces rĂ©sultats, tu y crois ou tu n’y crois pas. Il faut savoir que la moyenne d’Ăąge des socios est de 58 ans, c’est-Ă -dire des gens qui sont plus prĂ©occupĂ©s par le football, les joueurs, les transferts, aller au stade et voir gagner l’Ă©quipe. Expliquer des chiffres est trĂšs difficile et il est trĂšs facile de tromper.

La crainte actuelle serait-elle de basculer dans un systĂšme de sociĂ©tĂ© anonyme en raison d’une dette qui, avec l’Espai Barça, pourrait atteindre le milliard d’euros ?

Bien sĂ»r que c’en est une. Nous sommes un club qui appartient Ă  ses socios et, de ce que nous en savons, Goldman Sachs est un groupe qui propose des prĂȘts en Ă©change d’achat d’actions. Alors si les choses sont ainsi, c’est trĂšs clair.

A l’image d’autres candidats, vous souhaitez un retour au premier plan de la Masia. Quel est votre Ă©tat des lieux d’une institution qui reprĂ©sente l’ADN du FC Barcelone ?

J’ai la chance d’avoir connu la Masia de l’intĂ©rieur. Le travail qui s’y fait avec les enfants de toutes les catĂ©gories, des prĂ©-benjamins au niveau quasi-professionnel, je doute qu’on puisse le critiquer. Cependant, le problĂšme est que nous n’avons pas su maintenir cette base pour arriver jusqu’Ă  l’Ă©quipe premiĂšre. A l’Ă©poque oĂč nous avons fait le sextuplĂ©, nous avions entre 8 et 9 joueurs sortis de la Masia dans l’Ă©quipe. La SelecciĂłn qui a remportĂ© le Mondial avait aussi 8 ou 9 joueurs du Barça dans ses rangs. Ça, c’est l’ADN ! Et que s’est-il passĂ© ces derniĂšres annĂ©es ? Il a manquĂ© beaucoup de transparence car il y a des joueurs en Juvenil qui n’ont pas intĂ©grĂ© le Barça B, au profit de recrues. DĂšs son origine, quand elle Ă©tait Ă  cĂŽtĂ© du Camp Nou, la Masia Ă©tait, comme son nom l’indique en catalan, une maison. Elle fait partie de notre histoire, de nos fondations. On connaĂźt tous ses succĂšs mais maintenant on parle aussi de ses Ă©checs car l’Ă©poque oĂč on sortait des Xavi, Puyol, Busquets, Iniesta est rĂ©volue, nous n’y parvenons plus.

Sujet Ă  la fois sportif et Ă©conomique : Lionel Messi. Tous les prĂ©-candidats seront confrontĂ©s Ă  son Ă©ventuelle prolongation et la possibilitĂ© pour lui de signer oĂč il le souhaite dĂšs le 1er janvier prochain. Comme comptez-vous procĂ©der pour le convaincre de rester ? 

C’est un thĂšme trĂšs dĂ©licat et il n’est pas si aisĂ© d’y rĂ©pondre. Cela fait 20 ans que Messi est au club et il aime beaucoup le Barça. Je ne le connais pas personnellement et nous n’avons pas encore Ă©tĂ© en contacts. Si quelqu’un doute de Messi, il faut vraiment qu’il me l’explique ! Je suppose que tout cela est dĂ» Ă  ce qui s’est passĂ© entre lui et l’ancienne direction. Qu’une personne comme lui ait optĂ© pour une dĂ©cision aussi extrĂȘme, cela a surpris tout le Barcelonisme. Quand je l’Ă©coute parler du Barça, de la ville de Barcelone, de sa famille, de ses enfants qui vont Ă  l’Ă©cole, et aussi quand on sait qu’il a repoussĂ© des offres incroyables pour rester, son dĂ©part n’aurait aucun sens. La premiĂšre chose Ă  faire, c’est garder Messi, parler avec lui comme un homme du club. Messi nous a beaucoup apportĂ© et le Barça a beaucoup apportĂ© Ă  Messi en retour, notamment en Ă©voluant avec les meilleurs joueurs de la Masia qu’il connaĂźt depuis toujours. Il faut arriver Ă  un accord car il est impensable qu’il parte par la porte de derriĂšre. Mais ce n’est pas si simple non plus car cela aura des consĂ©quences, positives et nĂ©gatives. Je m’assoirais avec Messi pour voir ce qu’il y a de mieux pour le club, pour le projet de la Masia dont il serait un rĂ©fĂ©rent mais aussi ce qu’il y a de mieux pour lui et sa famille Ă  ce moment-lĂ , car la dĂ©cision sur le futur de Messi, c’est avant tout celle de Messi.

Vous avez évoqué un projet technologique pour faire grandir tout le club, pouvez-vous nous en dire davantage ?

Nous sommes entrĂ©s en contacts avec plusieurs personnes, dont je ne peux pas encore citer les noms car je ne veux pas parler Ă  leur place, pour envisager toutes les facettes du club, que cela soit pour le sportif, le financier, la communication. En l’espĂšce, nous sommes avec un entrepreneur qui est vraiment bien prĂ©parĂ©, qui vit entre Barcelone, les États-Unis et d’autres grandes villes du monde. Son Ă©quipe a des capacitĂ©s d’information. Notre objectif est de transmettre plus de tranquillitĂ©, de paix, d’harmonie et pas toutes les choses qui se passent actuellement car ce n’est pas comme cela que doit fonctionner le club. Ce qui importe, c’est le changement gĂ©nĂ©rationnel et technologique. La question est savoir comment arriver Ă  toucher des supporters qui ne vivent pas dans les mĂȘmes fuseaux horaires et qui ne vont pas au stade. Il faut ĂȘtre en mesure de leur proposer une vision des matches comme s’ils Ă©taient au Camp Nou, mĂȘme si la sensation d’ĂȘtre en tribune restera toujours incomparable. Nous pouvons dĂ©sormais organiser des tours et diffuser les matches dans une excellente qualitĂ© et, Ă  partir de lĂ , faire la promotion du musĂ©e entre autres pour que les supporters et les socios qui ne sont pas Ă  Barcelone mais par exemple aux États-Unis ou au Japon puissent Ă©galement en profiter.

« Il y a ceux qui votent en faveur d’un projet dans lequel ils ont confiance et ceux qui le font en fonction du renom du candidat et de ses cercles de pouvoir »

N’y a-t-il pas un risque de dispersion des voix pour les programmes que l’on appellera « cruyffistes » ?

Il y a de nombreuses histoires concernant les succĂšs du Barça. Le modĂšle qui a fonctionnĂ©, et ce ne sont pas uniquement les socios du Barça qui le disent car cela fait l’unanimitĂ©, a Ă©tĂ© repris par de nombreux centres de formation partout dans le monde. Je dis toujours que si une grande entreprise me recrutait, je m’efforcerais de conserver ce qui fonctionne. Évidemment, rien ne peut ĂȘtre parfait et il est vrai que le FC Barcelone n’est pas dans son meilleur moment. Cependant, nous sommes un club fondĂ© en 1899 et nous continuerons de rĂ©ussir. C’est tout Ă  fait normal que de nombreux prĂ©-candidats se disent Cruyffistes parce que Cruyff nous a offert une Ă©poque de gloire, que cela soit comme joueur et comme instigateur du modĂšle Barça.

Pensez-vous obtenir les 2278 signatures nécessaires ou seriez-vous éventuellement favorable à une alliance ? 

J’ai pris ma dĂ©cision la semaine derniĂšre. Bien Ă©videmment, j’avais dĂ©jĂ  travaillĂ© en amont avec cette Ă©quipe. Il y a d’un cĂŽtĂ© ceux qui votent en faveur d’un projet dans lequel ils ont confiance et de l’autre ceux qui le font en fonction du renom du candidat et de ses cercles de pouvoir. C’est comme si une grande recrue arrivait en comparaison d’un joueur qui monte petit Ă  petit. Je suis dans cette situation Ă  l’heure actuelle.

La question du catalanisme est toujours prĂ©sente quand il s’agit du Barça. Quelle est votre position sur le sujet ?

Je suis Catalan, ma famille est catalane depuis plusieurs gĂ©nĂ©rations, je suis nĂ© Ă  Poble Nou Ă  Barcelone. Mes grands-parents Ă©taient des paysans et nous ont transmis cette Ă©ducation et cette culture. Je le dis sans vouloir offenser quiconque : le FC Barcelone fait partie de l’histoire de la ville et c’est le club qui reprĂ©sente la Catalogne et les Catalans. Dans le mĂȘme temps, il reprĂ©sente aussi 800 millions de supporters, sans oublier ceux qui sont partout en Espagne, dans les penyas. Les dirigeants du club doivent ĂȘtre trĂšs prudents quant au mĂ©lange des genres avec des thĂšmes extra-sportifs, tout en restant attentifs Ă  ce qui se dĂ©roule. A titre personnel, je veux que les problĂšmes politiques actuels trouvent vraiment une solution.

Vous avez intĂ©grĂ© Ă  votre Ă©quipe l’ancien arbitre Sergi Albert. Dans quel but ?

Sergi est un Barcelonista qui a Ă©tĂ© liĂ© toute sa vie au monde du football (il a voulu se prĂ©senter contre Javier Tebas Ă  la prĂ©sidence de LaLiga en 2019 sans parvenir Ă  obtenir les parrainages nĂ©cessaires, ndlr) et il est Ă©galement consultant pour TV3. Avec tout ce qui se passe avec la VAR et l’arbitrage, nous pensons qu’une telle personne pourrait assurer la communication entre le collĂšge des arbitres et le FC Barcelone si un prĂ©judice Ă©tait portĂ© au club comme ce qui est arrivĂ© rĂ©cemment.

Quelle est votre opinion sur la Superligue européenne ? Josep María Bartomeu a semble-t-il profité de ses derniers jours de présidence pour appuyer cette création.

Garder une Ă©quipe de haut niveau avec les meilleurs joueurs, c’est loin d’ĂȘtre facile et il faudra peser le pour et le contre. Une Superliga europĂ©enne rĂ©unirait les clubs les plus puissants mais c’est dĂ©jĂ  le cas avec la Ligue des Champions. On affronterait les mĂȘmes Ă©quipes. Il faudrait tout de mĂȘme davantage d’informations relatives Ă  son organisation car cela fait des annĂ©es que ce projet est Ă©voquĂ©. En Espagne, on dit qu’un dĂ©part Ă  temps est une victoire. Je pense que Josep MarĂ­a Bartomeu a pris des dĂ©cisions qu’il aurait dĂ» mĂ»rir davantage.

Propos suscités et traduits par Tracy Rodrigo et François-Miguel Boudet

Commentaires