Segunda / Mehdi Nafti, le coach franco-tunisien qui fait flamber Lugo

0

Avec 10 entraîneurs et 5 directeurs sportifs qui se sont succédé depuis 2015, le CD Lugo n’est pas exactement la définition d’un club stable. Après la destitution de Juanfran, artisan du maintien, après la 5e journée, le club galicien a nommé Mehdi Nafti qui s’est transformé en homme providentiel, au point que les Albivermellos se prennent à rêver d’une montée historique en Liga.

Difficile de suivre les traces de Quique Setién ! Avant de se révéler en Liga avec l’UD Las Palmas, le technicien cantabre a entraîné le CD Lugo pendant 6 ans, de 2009 à 2015. Sous ses ordres, le club galicien est monté en Segunda en 2012. Depuis lors, c’est la valse des entraîneurs et des directeurs sportifs. Arrivé à la tête du club l’année du départ de Setién, Tino Saqués n’a jamais trouvé la stabilité. Quand Luis César Sampedro a hissé les Albivermellos à une 9e place historique en 2017, il n’a pas réussi à se mettre d’accord avec les dirigeants pour prolonger l’aventure et a préféré mettre le cap sur Valladolid. La saison suivante, Francisco a contribué à placer le club sur la plus haute marche lors de la 12e journée… avant de glisser irrémédiablement jusqu’à une 12e place finale, à 10 points de la zone des barrages d’accession. Lui non plus n’a pas tenté de 2e saison.

Instabilité chronique

Depuis 2 ans, le banc du CD Lugo est monté sur ressors. Javi López (11 matches), Monteagudo (24), Eloy Jiménez (28 matches répartis sur 2 saisons : 7+21), Curro Torres (15) et Juanfran (11 matches sur 2 saisons) ont tous voltigé. 18e à 2 points de la descente en 2019, 16e à 1 point de la zone rouge en 2020 : le Luguiño est toujours plus proche de basculer en Segunda B. Le début de saison 2020-2021 était inquiétant et le président Saqués a saqué Juanfran après une défaite à domicile contre Mallorca lors de la 5e journée (0-1).

Pour relancer l’équipe, plusieurs noms ont fuité, listé par Marca : Guti, Álvaro Benito, Juan Antonio Anquela, Manolo Díaz, Juan Ramón López Muñiz, Víctor Valdés, Luis César Sampedro, Asier Garitano, José Luis Oltra, Carlos Gurpegui. Finalement, Lugo a engagé Mehdi Nafti. International tunisien formé à Toulouse, sa ville natale, l’Aigle de Carthage, champion d’Afrique en 2004, connaît très bien l’Espagne puisqu’il a joué au Racing Santander, à Valladolid, à Murcia et à Cádiz où il a arrêté sa carrière en 2014. Comme manager, il a connu le fútbol modesto sur les bancs de Marbella, Mérida et Badajoz. Sa signature en Galice est intervenue dans des conditions rocambolesques puisqu’il s’était engagé avec l’Étoile du Sahel le 8 octobre… avant de faire volte-face pour des raisons familiales et de signer chez les Albivermellos 5 jours plus tard. Ça n’augurait rien de bon…

Un miracle nommé Mehdi Nafti

Et pourtant ! Depuis un mois, le CD Lugo est inarrêtable. Sous les ordres de Mehdi Nafti, l’équipe a engrangé 13 points sur 15 possibles, inscrit 9 buts et encaissé seulement 3 (dont 2 penalties). Castellón (1-0), Girona (3-0), Logroñés (3-2) et le Rayo Vallecano (1-0) ont perdu contre les Galiciens et seul Tenerife a obtenu le match nul (1-1) lors de la 9e journée. 20e au soir de la 5e journée, le Luguiño est désormais 6e et peut s’enorgueillir d’être la meilleure équipe de Segunda lors des 5 derniers matches.

Surtout, c’est la transformation de la mentalité de l’équipe qui impressionne. 8 des 9 buts ont été marqués en 2e période. Contre Castellón, la victoire s’est dessinée à la 94e minute. Contre le Logroñés, les Albivermellos étaient menés à la pause avant de renverser la tendance. Contre Tenerife, ils ont joué plus de 80 minutes à 10 mais ont égalisé à la 95e !

Cette sérénité nouvelle est-elle amenée à perdurer ? S’il est toujours trop tôt pour affirmer que le CD Lugo fait désormais partie des outsiders à la montée, il est devenu un nouveau concurrent pour les barrages d’accession alors qu’il n’était a priori pas invité à la bataille. Samedi soir (21h) au RCDE Espanyol, les Galiciens affronteront l’Espanyol, leader de la categoría de plata. Un véritable test pour Mehdi Nafti et ses hommes qui n’ont tremblé ni contre Girona ni le Rayo Vallecano, deux candidats déclarés à l’accession en Liga. L’enchaînement des journées de Segunda perpétue cette dynamique positive que personne jusqu’alors ne pouvait soupçonner. Dans une période difficile pour le football galicien, cette éclaircie redonne des couleurs au Finisterre.

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires