📝Analyse / Les 3️⃣ enseignements de Borussia Mönchengladbach – Real Madrid (2-2)

0
Photo by Icon Sport - Borussia-Park - Monchengladbach (Allemagne)

Défait lors de la 1re journée, le Real Madrid devait s’imposer au Borussia Park, sous peine de se mettre en réel danger dans une poule relevée. En confiance après leur victoire lors du Clásico le week-dernier, les hommes de Zidane se sont faits surprendre par une sérieuse équipe de Gladbach. Les Merengues repartent finalement avec le point du match nul grâce à un but dans les ultimes instants de Casemiro. Trois enseignements peuvent être tirés de cette rencontre européenne du Real Madrid.

1️⃣ Un Real Madrid généreux dans la difficulté 

Mené de deux buts d’écart jusqu’à la 87ème minute, le Real Madrid n’a jamais montré de signes de résignation. Pourtant, il pouvait se montrer frustré par le tableau d’affichage alors que le contenu de jeu proposé était plus que satisfaisant. Au coup d’envoi, Zinedine Zidane avait choisi de reconduire le même XI que lors du Clásico, à l’exception de Lucas Vázquez qui remplaçait Nacho Fernández, blessé.

Moins bien physiquement en 2nde mi-temps de ce fait, les Madridistas ont néanmoins montré qu’ils étaient de nouveau capable de renverser une situation mal embarquée. Le coaching quoique tardif de l’entraîneur français, avec les entrées de Luka Modric et Eden Hazard, a donné le coup de pouce à une équipe en manque de réalisme malgré des initiatives très intéressantes. Impulsés par leur emblématique capitaine Sergio Ramos, les Merengues ont tout donné pour revenir au score, n’hésitant pas à dépasser leur fonction à l’image de Casemiro, buteur dans les derniers instants. Ce Real Madrid-là, jugé décevant avec à sa tête un Zidane sous pression, a montré qu’il ne lâcherait pas. A lui maintenant de prouver qu’il peut définitivement lancer sa saison en allant chercher des points chez son concurrent interiste lors des prochaines journées de Ligue des Champions.

27 October 2020, North Rhine-Westphalia, Mˆnchengladbach: Football: Champions League, Group stage, Group B, 2nd matchday, Borussia Mˆnchengladbach – Real Madrid at the stadium in Borussia-Park. Jonas Hofmann from Mˆnchengladbach and Sergio Ramos (l) from Madrid fight for the ball. Photo: Marius Becker/dpa
Photo by Icon Sport – Borussia-Park – Monchengladbach (Allemagne)

2️⃣ Les transitions défensives : le mal récurrent merengue 

On l’a encore vu contre le Borussia Mönchegladbach, les joueurs du Real Madrid n’aiment pas défendre en reculant. Souvent pris dans le dos ou dépassée par des transitions offensives adverses rapides, la défense madridista souffre constamment quand il s’agit de basculer en phase défensive. Face au club allemand, les Vikingos ont décidé de contrer le pressing adverse par un bloc haut capable d’aller contester les relances, nais aussi par la volonté d’imposer leur jeu avec plusieurs joueurs devant le ballon pour faire reculer au maximum le bloc adverse.

Cependant, face à une équipe à l’aise techniquement et sur de sa force, il suffit de deux, trois passes dans les intervalles pour éliminer plusieurs joueurs merengues de l’équation. Cela ne fonctionne pas toujours grâce à la vigilance de Casemiro, encore énorme, ou de Fede Valverde, valeureux dans l’effort, mais les quelques fois où le bloc madridista est aspiré suffisent à apporter un réel danger devant la cage de Thibaut Courtois. Et ça, Marcus Thuram l’avait bien compris. Plusieurs fois il a demandé le ballon dans le dos des latéraux du Real Madrid, montés pour apporter leur soutien lors des offensives de leur équipe. Ce déséquilibre est d’autant plus dangereux qu’on perçoit parfois un manque de rigueur défensive dans le marquage traduisant peut-être un excès de confiance. Il s’agirait donc de prendre moins de risques pour les latéraux ou d’effectuer un repli défensif plus intense pour éviter de créer des opportunités trop facilement à ses adversaires souvent en supériorité numérique lors des contre-attaques.

3️⃣ Un manque de réalisme dangereux en Champion’s 

Contre le Borussia Mönchengladbach, les joueurs de Zinedine Zidane ont proposé un jeu en mouvement avec de nombreux dédoublements de passes dans les intervalles et des projections vers l’avant. Tous les joueurs se sentaient concernés et offraient plusieurs solutions au porteur de balle. On pensait alors les Madridistas capables de faire très tôt la différence et de s’assurer une victoire logique.

Mais comme trop souvent cette saison, les Vikingos pêchent dans la finition, à l’image d’un Marco Asensio et d’un Karim Benzema qui ont tenté de nombreuses fois leur chance devant les cages allemandes, le Real Madrid n’arrive pas à marquer sur les nombreuses occasions qu’il se crée. Quand on sait que les transitions défensives sont mal gérées et permettent aux adversaires de scorer sur un nombre restreint d’opportunités, cela accentue d’autant plus cette carence offensive. Il a fallu attendre la toute fin de match et le surnombre dans la surface adverse pour enfin faire trembler les filets. Avec seulement 1 point en 2 journées de Ligue des Champions, le bilan comptable est donc loin d’être satisfaisant et s’explique en partie par ce manque de réalisme offensif. Le retour d’Eden Hazard à la compétition devra impulser une nouvelle dynamique et stimuler ses partenaires pour alimenter à nouveau la feuille de statistiques merengue.

Melvil Chirouze
@iamxmelvil

Commentaires