Previa Roja / Espagne 🇪🇸 – Suisse 🇨🇭 : Retour des cadres et nouveautés offensives

0

Après le match nul ramené du Portugal (0-0), l’Espagne retrouve les joies de la Ligue des Nations en recevant la Suisse au stade Alfredo di Stéfano de Madrid. Si le socle défensif est déjà déterminé, l’animation offensive sera de nouveau scrutée de près par Luis Enrique qui devrait titularisé un nouveau duo créatif. Toutes les infos, les déclas et les XI possibles : c’est la Previa Roja !

Espagne – Suisse, voilà une affiche qui rappelle la 1re marche (loupée) de la Roja lors du Mondial 2010 ! Cette fois-ci, la rencontre a moins de clinquant, la Ligue des Nations étant une compétition mineure mise en place par Michel Platini pour s’assurer des votes des fédérations européennes mineures lors de l’élection présidentielle à la FIFA (loupée).

La dernière fois que la Roja a croisé la route de la Nati, c’était en match amical en 2018 à Villarreal (1-1) juste avant le Mondial (loupé… décidément) en Russie. Alors, hors de question de prendre ce match par dessus la jambe pour Luis Enrique qui, pour l’anecdote, a inscrit son premier but avec la Roja contre la Suisse lors du Mondial 94 aux États-Unis. Déjà, parce que ce n’est pas le genre de la maison. Ensuite, parce qu’il faut chasser les doutes concernant le réalisme offensif. Si la nette victoire contre l’Ukraine (4-0) le mois dernier a pu dissiper quelques inquiétudes, l’opposition n’était pas assez forte pour s’assurer de la résolution des problèmes de finition. L’Allemagne et le Portugal, bien plus consistants, ont montré que la Selección n’avait pas encore trouvé la bonne formule pour pallier le manque de 9 qui dure depuis 8 ans et la dernière victoire à l’Euro 2012.

« depuis que la sélection espagnole a cessé de gouverner les grands rendez-vous, chaque match s’est transformé en revalidation, avec toujours l’ombre lointaine de ces joueurs et de ces temps glorieux »
Ladislao j.moñino dans el país

Confirmation de la défense titulaire

Si la rencontre contre le Portugal était un match de gala, il n’en demeure pas pas moins qu’il s’agissait d’un amical. Après avoir effectué plusieurs tests, Luis Enrique se remet en mode compétition et devrait aligner de nouveau sa défense type avec David De Gea dans les cages, Pau Torres-Sergio Ramos en charnière, José Luis Gayà en latéral gauche et l’inusable Jesús Navas en latéral droit. A ce quintet, il convient d’ajouter Sergio Busquets, inamovible au milieu de terrain.

Ceballos et Merino à l’animation ?

C’est surtout le secteur offensif qui sera scruté. En l’absence de Thiago Alcantara, positif à la COVID-19 et forfait, Luis Enrique doit confier les clefs de l’animation à de nouveaux profils, ce qui est loin d’être superflu, la Roja ayant rarement brillé par la qualité de ses plans B tactiques.

Titulaire contre le Portugal mais sorti à la pause à la place de José Campaña, Dani Ceballos serait reconduit selon Diario AS et Marca qui annoncent le même XI de départ ce soir. En conférence de presse, le Gunner s’est déclaré ravi du jeu proposé par la Selección, impulsé en partie par une nouvelle génération dont il est l’un des étendards : « ce que nous produisons n’est pas le fruit du hasard. Nous avons des joueurs avec un rendement immédiat, qui jouent dans les clubs, qui se battent pour gagner la Premier League ou la Liga, qui sont utiles ». S’il n’était pas le nom le plus évident à deviner de la liste de Luis Enrique, l’ancien joueur du Betis développe de nouvelles aptitudes à Arsenal sous les ordres d’un coach espagnol, ancien milieu de terrain qui plus est : « on dit toujours que la première saison en Premier League est une saison de transition. Après le confinement et avec l’arrivée de Mikel Arteta, j’ai trouvé une position inconnue pour moi. Je me suis amélioré physiquement et je suis très heureux de continuer un an de plus à Arsenal ».

Entré à la pause contre le Portugal à la place de Rodrigo Moreno, Mikel Merino devrait occuper le flanc droit du milieu du 4-3-3 de Luis Enrique. Titularisé lors de la goleada contre l’Ukraine, le Txuri-urdin est un novice avec la Selección mais le contenu de ses matches en Liga avec la Real Sociedad font de lui un incontournable des convocations de la Roja. Créateur et influent, il dispose d’une belle occasion pour confirmer les espoirs placés en lui depuis son retour en Liga il y a 2 ans.

Rodrigo Moreno placé en pointe

Moreno Gerard ou Moreno Rodrigo : qui sera le 9 de la Roja dans les mois à venir ? Contre le Portugal, les deux ont été titularisés avec Gerard en pointe et Rodrigo sur un côté. La tentative n’a duré qu’une mi-temps. Ce soir, c’est Rodrigo qui est annoncé en pointe, tandis que Gerard serait relégué sur le banc. C’est toujours le même casse-tête depuis 8 ans : il n’y a pas de relève de très haut niveau dans la surface adverse. Il s’agit davantage de 9 et demi, de vrais bons joueurs de ballon qui combinent et sentent le jeu mais de purs « killers ». Alors, chaque sortie de la Selección doit servir à compenser cette absence. En conférence de presse, Luis Enrique a affirmé privilégier des attaquants collectifs qui œuvrent pour le collectif, garantie que ne lui offrirait pas un buteur isolé : « je préfère avoir cette équipe plutôt qu’un joueur qui peut me conditionner certaines choses comme le travail défensif. C’est seulement mon opinion. Je suis ravi de ce que nous avons et je le défends de tout cœur ». Néanmoins, on imagine qu’il ne renâclerait pas sur un profil à la David Villa ou Fernando Torres…

Enfin, malgré tout le battage médiatique, Adama Traoré ne devrait pas être dans le XI. Ansu Fati à gauche et Ferran Torres à droite sont annoncés mais il est acquis que le bulldozer de Wolverhampton entrera en jeu, a priori à droite pour évaluer la compatibilité avec le Blaugrana.

Les XI possibles

Espagne

Suisse

Commentaires