🔥 Previa Roja / Portugal 🇵🇹 – Espagne 🇪🇸 : bousculer les 1res certitudes

0

Après un match nul arraché en Allemagne et une victoire convaincante contre l’Ukraine, la Roja de Luis Enrique est plus certaine de ses forces qu’il y a encore quelques semaines. Pour cette 2e fenêtre internationale de la saison, le sélectionneur dispose de 3 matches pour consolider son socle de travail. Pour cette rencontre amicale contre le Portugal, l’Asturien pourrait proposer une équipe mixte, quitte à bousculer ses propres certitudes. 

Pour son grand retour aux affaires en septembre dernier, Luis Enrique s’en est admirablement sorti. Alors que le football espagnol avait été ébranlé en Ligue des Champions, avec notamment l’historique 8-2 entre le Bayern et FC Barcelone, la Roja abordait cette Ligue des Nations avec plus de doutes que de certitudes. Après le match nul acquis à la dernière seconde contre l’Allemagne (1-1) et la goleada contre l’Ukraine (4-0), la Selección s’est offert de la sérénité pour poursuivre son renouvellement de cycle.

Pour le triptyque à venir (Portugal, Suisse et Ukraine), Luis Enrique doit se passer de Thiago Alcantara et Fabián Ruíz, positifs à la COVID-19, ainsi que de Dani Carvajal, blessé pour au moins 2 mois. Pour compenser le forfait du latéral droit du Real Madrid, le sélectionneur a rappelé Sergi Roberto, sans que l’on sache s’il était vraiment sérieux. Au rang des nouveautés, José Campaña est appelé pour la 1re fois et devient le 2e international de l’Histoire de Levante. Une récompense méritée.

Petit à petit se dessine l’ossature de la Roja pour l’Euro 2021. Jordi Alba, Íñigo Martínez, Koke Resurrección, Saúl Ñíguez, Dani Parejo, Isco, Álvaro Morata et Iago Aspas sont en situation très délicate.

Luis Enrique envisage d’utiliser ce match amical contre le Portugal pour proposer une équipe « mixte » pour donner du temps de jeu à tous les joueurs. Certains jouent gros, comme Dani Ceballos qui se voit accorder une nouvelle chance. Si David de Gea a été le grand vainqueur de la précédente fenêtre internationale, Kepa Arrizabalaga, en grande délicatesse à Chelsea, est annoncé titulaire. La charnière pourrait évoluer, tout comme la ligne d’attaque avec, possiblement, la toute 1re sélection (et titularisation) d’Adama Traoré avec la Roja.

1️⃣ Sergio Ramos – Pau Torres : charnière consolidée ? 

Gerard Piqué était certainement très critiqué, principalement sur des critères extra-sportifs, mais au moins sa présence réglait un problème essentiel : la composition de la charnière centrale. Lui à droite, Sergio Ramos à gauche, c’était carré. Depuis la retraite internationale du Catalan, le capitaine de la Roja a disputé 16 matches et eu 6 binômes : Íñigo Martínez (5 fois), Raúl Albiol, Mario Hermoso et Nacho Fernández (3 fois), Pau Torres (2 fois) et Diego Llorente (1 fois).

Convoqué pour la 1re fois par Robert Moreno, Pau Torres  (23 ans) a semble-t-il fait la différence lors de la dernière fenêtre internationale en disputant 180 minutes au côté du Merengue. Même si cela contraint Sergio Ramos d’évoluer axe droit, Luis Enrique a manifestement décidé de les installer durablement. Pau Torres est une révélation dans un secteur de jeu où l’Espagne ne parvient à faire émerger une relève fiable au très haut niveau (Jesús Vallejo, Jorge Meré, Diego Llorente, Mario Hermoso). Indéboulonnable à Villarreal, il a disputé les 5 premières journées en intégralité. Cette continuité en club est un vrai luxe pour le sélectionneur qui le place dans sa position préférentielle. Preuve qu’il a convaincu : la naturalisation de Gabriel Paulista n’est plus évoquée dans la presse.

Pour ce match certes amical mais de gala tout de même, Luis Enrique pourrait cependant bousculer sa nouvelle hiérarchie. Nouvel arrivé à Leeds où il a retrouvé Rodrigo Moreno, Diego Llorente pourrait être de nouveau testé. Selon les bruits de couloir, il serait mieux placé qu’Eric García qui n’a disputé que 90 minutes en Premier League, lors de la déroute à domicile de Manchester City contre Leicester (2-5), et qui n’a plus rejoué ce match, le 27 septembre dernier.

2️⃣ Mikel Merino pour remplacer Thiago Alcantara ?

Positif à la COVID-19, Thiago Alcantara est absent de la convocation. Une perte notoire pour Luis Enrique car, peut-être pour la 1re fois avec la Roja, le nouveaux joueur de Liverpool a pris clairement les commandes du jeu espagnol. Était-ce parce qu’il a démarré sa préparation physique plus tôt avec le Bayern pour disputer le Final 8 de la Ligue des Champions ou parce qu’il a enfin pris le leadership, à 29 ans ? Avec 124 ballons touchés contre l’Allemagne en étant positionné à gauche dans le 4-3-3 et 111 contre l’Ukraine en étant placé à droite cette fois-ci, Thiago a été le meneur du jeu.

Dès lors, qui pour le remplacer contre le Portugal ? En l’absence de Fabián Ruíz, également positif au coronavirus, tout semble indiquer que c’est Mikel Merino qui s’occupera de cette tâche d’ampleur. Le milieu de terrain est très en forme avec la Real Sociedad et, après avoir été titularisé contre l’Ukraine, il ne serait pas surprenant de le voir reconduit.

Avec un but lors de la dernière journée de Liga (MVP de ¡Furia Liga!) avant la trêve et 2 passes décisives en 5 matches, « El Conde » a disputé l’intégralité des rencontres de la Sociedad et WhoScored lui attribue une note moyenne de 8.11/10. Des performances qui le placent en position idéale pour débuter cette rencontre contre les Quinas.

3️⃣ Ansu Fati déjà indispensable ? 

Très à son avantage depuis le début de saison avec le FC Barcelone, Ansu Fati a déjà réussi ses débuts avec la Roja (45 minutes contre l’Allemagne, 90 minutes et 1 but contre l’Ukraine). De quoi d’ores et déjà lui offrir un poste de titulaire ? Luis Enrique a calmé les ardeurs en conférence de presse : « il n’est pas là pour que l’on fasse un système pour lui. L’équipe est au-dessus de tout. Nous ne lui rendrions pas service si nous pensons qu’il va résoudre tous les matches. Il a besoin de calme autour de lui pour grandir comme personne et comme joueur ». 

Pour remplacer le Blaugrana côté gauche, 2 favoris se détachent : Mikel Oyarzabal et Ferran Torres. A l’image de son coéquipier Mikel Merino, le capitaine de la Real Sociedad est en très grande forme. Titulaire contre l’Allemagne, remplaçant mais buteur contre l’Ukraine, Ferran Torres a disputé 99 minutes en 3 matches Premier League avec Manchester City et a même été titulaire contre Leeds samedi dernier (1-1). L’ancien Valencianista s’était référé aux responsabilités du Txuri-urdin dans son club pour justifier ses desiderata hors de propos lors des négociations de prolongation chez les Blanquinegros. Il pourrait être son rival numéro 1 avec la Selección.

XI possible

 

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires