Football féminin / Les 5️⃣ choses à savoir sur la saison 2020-2021 de Primera

0

C’est enfin la reprise pour le football féminin espagnol ! La Primera débute ce samedi et, petit événement provoqué par la crise sanitaire, compte 18 clubs. Le Barça est le grand favori à sa succession après son titre obtenu après seulement 21 journées disputées. Parmi les outsiders, l’Atlético de Madrid aux couleurs françaises sera le rival numéro 1, à moins que le Real Madrid réalise un exploit dès sa première saison comme club de futfem à part entière. Voici les 5 choses à savoir sur cette saison 2020-2021 !

1️⃣ Le Barça sans adversaire ?

Demi-finaliste de la Ligue des Champions, battu par Wolfsburg (1-0) sur un coup de billard, le Barça a été déclaré champion au moment du confinement. S’il est vraisemblable que l’Atlético ne serait jamais revenu à leur hauteur, les Blaugranas veulent confirmer leur retour au tout premier plan en Espagne. A 1re vue, l’effectif de Lluís Cortés, nommé parmi les 3 meilleurs coaches de la saison 2019-2020, est le plus fourni. Il est aussi inchangé puisque toutes les cadres sont restées. Il n’est pas impossible de voir des joueuses nées après 2000 gagner du temps de jeu : Cata Coll (2001), Laia Codina (2000), Jana Fernández (2002), Bruna Vilamala (2002), Giovana Queiroz (2003).

2️⃣ C’est l’Atlético de France 🇫🇷 !

Après le départ d’Aurélie Kaci au Tacón (futur Real Madrid), Aïssatou Tounkara était la seule Française dans l’effectif colchonero. Le mercato a été très actif : Pauline Peyraud-Magnin, Grâce Kazadi et Emeline Laurent sont arrivées. Après le départ de Lola Gallardo à l’OL, « PPM » se disputera la place de gardienne titulaire avec la Suédoise Hedvig Lindahl (170 sélections). Kazadi aura fort à faire pour accompagner Tounkara, remarquable contre le Barça en 1/4 de C1, mais la récente blessure longue durée de Carmen Menayo raccourcit les possibilités de rotation de Daniel González. Enfin, Laurent aura une sacrée concurrence devant entre Charlyn Corral, Ludmila da Silva, Toni Duggan, Turid Knaak et Deyna Castellanos.

3️⃣ 18 clubs, une 1re amenée à perdurer ? 

En raison de la crise sanitaire, la Primera s’est arrêtée dès le confinement et n’a pas repris. Valencia et l’Espanyol ont été repêchés tandis que Santa Teresa et Éibar sont montés en vertu du classement de la Segunda au moment de l’arrêt du championnat. C’est la première fois que la Primera réunira 18 clubs dans une poule unique. Un essai qui pourrait se prolonger en fonction du niveau global et des succès de diffusion, ce qui est loin d’être gagné : l’horaire du tout premier « vrai » Clásico a été officialisé jeudi ! Pour l’instant, le site officiel de la Liga n’a pas encore indiqué les chaînes qui proposeront les matches de la 1re journée. En revanche, il est acquis que la RTVE diffusera 18 matches cette saison. Ce samedi, Footters a annoncé que le Clásico sera visible gratuitement sur ses réseaux sociaux.

4️⃣ Le Real Madrid, l’heure de l’envol

Cette fois-ci, c’est le Real Madrid pour de vrai ! Après une saison sous la dénomination « Tacón », l’équipe est désormais officiellement merengue. Le club a envoyé du lourd au mercato avec notamment les arrivées de Kenti Robles (Atlético), Ivana Andrés et Marta Corredera (Levante) ou encore Marta Cardona (Real Sociedad). 10e la saison dernière avec 6 points d’avance sur Valencia 1er relégable, le Tacón a été la pire défense du championnat en 2019-2020 (48 buts encaissés en 21 matches, dont 9 contre le Barça lors de la 1re journée), raison pour laquelle c’est ce secteur qui a été principalement ciblé, l’équipe étant trop faible après la montée en Segunda. Côté français, Aurélie Kaci devrait être un pivot important au milieu pour les Vikingas.

5️⃣ Valencia, sauvé une fois mais pas deux ?

A l’instar de l’équipe masculine, la section féminine navigue à vue. Paula Nicart, Gio Carreras et la légende Mari Paz Vilas ont été priées d’aller voir ailleurs avec un mépris qui défie l’entendement. Avant-dernières au moment du « parón », les Blanquinegras ont changé d’entraîneur en cours de saison puisque José López Bargues a remplacé Irene Ferreras qui n’a pas eu le temps d’imposer ses idées alors que son arrivée était porteuse d’espoirs. Cela n’a pas suffi pour relancer le VCF et sans un miracle, le club serait en Segunda. La situation n’est pas aussi catastrophique que l’Espanyol, sauvé avec seulement 5 points au compteur, et l’arrivée en prêt de la pépite Candela Andújar est très attendue mais il y a de quoi être très dubitatif.

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires