📝Analyse / Les 3 enseignements de FC Barcelone – Villarreal CF (4-0)

0
Crédits : Iconsport

Pour son premier match de Liga, le FC Barcelone a merveilleusement bien débuté sa saison. Une victoire nette et sans bavure 4 à 0 contre le Villarreal de Unai Emery. La première de Ronald Koeman sur le banc catalan, avec son système en 4-2-3-1, a été une réussite. Côté visiteur, le sous-marin jaune a payé sa mauvaise organisation, et ses trop grands espaces entre les lignes. Voici notre analyse en 3 points du Partidazo de cette troisième journée. 

  • Ansu Fati, 17 ans mais déjà aux premiers rôles 

La jeune pépite de La Masia, révélée la saison passée, n’a pas tardé à se montrer dans ce nouvel exercice 2020-2021. Positionné sur l’aile gauche, Ansu Fati a été le référent de l’attaque barcelonaise. Un doublé (15ème et 19ème minute) et un pénalty provoqué, sont venus renforcer tous les espoirs placés en ce gamin de 17 ans, déjà si talentueux. Que ce soit en recevant le ballon dans les pieds pour venir provoquer la défense, ou que ce soit un appel en profondeur tranchant, Ansu Fati a été décisif et important sur tous les plans. Il possède cette capacité à occuper pleinement le flanc gauche de l’attaque, pour étirer la ligne défensive adverse, pour ensuite être servi sur un plateau en profondeur, à l’image de son deuxième but, sur une passe intelligente de Coutinho. Le jeune Masian comprend également quand permuter avec son latéral Jordi Alba. Sur le premier but, c’est grâce à un appel intérieur dans la surface que le jeune espagnol parvienne à reprendre le bon centre de Jordi Alba. Une frappe plat du pied en direction de la lucarne d’Asenjo. Si le FC Barcelone a su utiliser le côté gauche 47% du temps (27% au milieu de terrain et 26% côté droit), c’est évidemment grâce au travail d’Ansu Fati, qui donne véritablement vie à cette partie du terrain. 

  • Une doublette offensive trop esseulée côté Villarreal

C’est un des points négatifs que l’on peut adresser à Villarreal sur ce match, c’est la difficulté à lier le milieu de terrain à l’attaque. Le système en 4-4-2 proposé par Unai Emery, avec la fameuse doublette offensive Paco Alcacer – Gerard Moreno, n’a pas porté ses fruits. Nous en parlions dans la présentation d’avant match, les deux attaquants de Villarreal ont marqué 3 buts sur les deux premières rencontres. Mais malheureusement pour Emery, son équipe et notamment son milieu de terrain, n’a pas su donner suffisamment de ballons à ses attaquants. Pour preuve, Gerard Moreno n’a touché que 40 ballons face au Barça pour 1 tir. Contre Eibar, il touchait 65 ballons pour 5 tirs, et 73 ballons touchés et 6 tirs face à Huesca. Les chiffres sont là. Le constat est sensiblement identique pour Paco Alcacer. 2 tirs par match contre Huesca et Eibar, contre aucun hier soir. Le manque de liaison avec ces deux joueurs offensifs est un facteur parmi d’autres qui explique la mauvaise prestation du sous-marin jaune. 

  • Des entrants intéressants 

Pour le Barça, c’est une bonne nouvelle. Contrairement aux saisons sous Valverde et Setién, où les changements et les entrants étaient assez prévisibles et peu efficaces, nous sentons cette fois une réelle profondeur de banc. Les changements apportés par Ronald Koeman ont eu du sens, et ont permis de faire tourner l’effectif quand le score était acquis. Dès la 70ème minute de jeu, Ansu Fati (auteur d’un excellent match) laissait sa place à Ousmane Dembélé, revenu à la compétition. Dans le même temps, c’est Coutinho (lui aussi très bon) qui rejoignait le banc de touche, remplacé par le jeune Pedri, qui faisait ses débuts sous son nouveau maillot. Quelques minutes plus tard, Koeman permettait aux deux autres recrues, Trincao et Pjanic, de fouler la pelouse du Camp Nou pour la première fois.

Ces changements rentrent dans une logique sportive, suivant la physionomie du déroulement du match. Avec un score large acquis assez tôt, les trois recrues ont pu disputer des minutes de jeu. Que ce soit Dembélé, Pedri et Trincao, nous avons senti une réelle envie sur le terrain, un engagement de la part de ces joueurs qui veulent montrer leur football. L’entrée de Trincao a sans doute été la plus flagrante. En effet, le côté droit étant très peu utilisé en première mi-temps, du fait du manque d’apport offensif de Sergi Roberto et du placement douteux de Griezmann, c’est bel et bien le jeune portugais qui est venu donner vie au flanc droit de l’attaque. Miralem Pjanic a également été très à l’aise pour sa première. Du côté de Villarreal, c’est notamment Takefusa Kubo qui s’est le plus montré parmi les entrants. En un peu moins de 20 minutes, il rappelle parfaitement pourquoi il est un jeune joueur apprécié par les adeptes de Liga. 

Dorian Faucherand (@DorianFchrd)

 

Commentaires