Liga – Atlético de Madrid : Angel Correa, l’éternelle interrogation

0
(Photo by Pressinphoto/Icon Sport) - Estadio Wanda Metropolitano - Madrid (Espagne)

De bon joueur bankable sur le départ l’été dernier, à homme providentiel dans les rencontres accrochées cette année, Angel Correa est passé par tous les statuts au sein du club Madrilène cette saison. Et malgré sa très belle saison statistiquement parlant, il ne parvient toujours pas à pleinement convaincre l’ensemble des fans et du staff, presque victime des aléas. Son cas continue de diviser, questionner, et on a l’impression que l’inévitable fin de la belle histoire avec les Colchoneros, même s’il essaie tant bien que mal de la repousser, semble sur le point d’arriver…

Un départ avorté…

Les résultats mitigés de l’exercice 2019, triste à bien des égards, ont entrainé de nombreux départs dans l’équipe et notamment ceux de titulaires vers des clubs plus huppés. Se retrouvant avec un effectif chamboulé et des idées ayant besoin d’un bon coup de frais, Simeone essaye tant bien que mal de tirer le meilleur de cette situation compliquée afin de rebâtir son effectif, comme à son habitude. Avec la volonté de recruter des bons joueurs de ballon capables de provoquer, éliminer et organiser le jeu pour pratiquer un football plus offensif et dangereux plutôt que des ailiers pour jouer les contres, Correa se voit logiquement sacrifié au profit de Felix, Vitolo ou Lemar. On peut noter que cette situation n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’organisation adoptée en 2014, qui a couronné de succès le Cholo et son équipe avec le titre en Liga, lorsque Arda et Koke étaient alignés en tant que meneurs excentrés.

Tantôt décrié, tantôt loué, Angel Correa divise au sein même du club Rojiblanco et n’a que très rarement été un choix de premier plan pour le Cholo ces dernières années même si le coach Argentin lui porte énormément d’affection et a pleinement confiance en lui. Souvent qualifié de bon joueur en sortie de banc à cause de son manque de régularité ou à cause de ses performances parfois peu convaincantes lorsque l’il se frotte au gratin du football Européen, Correa était sur la sellette lors du mercato estival 2019. Bénéficiant en plus d’une belle côte sur le marché, et surtout auprès des clubs italiens, le transfert d’Angelito a très sérieusement été envisagé par le board Madrilène. D’autant plus que l’Argentin n’avait pas coûté grand-chose à son arrivée et que la balance financière aurait donc été très largement positive pour une direction de plus en plus gourmande. Aussi, une partie de l’indemnité aurait sans doute été réinvestie pour s’attacher les services de James Rodriguez, avec qui les contacts étaient très avancés, dans cette même optique de contrôler le ballon en camps adverse. La presse faisait même état d’un transfert quasiment bouclé vers le Milan AC pour un montant avoisinant les 40 millions d’euros avant de capoter au dernier moment.

… Pour briller !

Finalement, le mercato est terminé et Angelito est toujours là, à nouveau fidèle au club qui lui a tout donné, après les nombreux obstacles que la vie lui a semé pour en arriver jusque là. Le crack Argentin a notamment été très tôt confronté à la drogue et les violences liées aux guerre de gang dans sa ville natale de Rosario mais aussi à la perte de son père et l’un de ses 10 frères et sœurs. Et quand il pensait enfin être sorti de cette vision d’horreur en trouvant sa voie dans le football en intégrant la formation du club de San Lorenzo et en attirant toutes les convoitises des clubs Européens grâce à ses performances remarquées sur les terrains, il se retrouve encore une fois face à une terrible épreuve à surmonter. Alors que son transfert pour Madrid était acté, on lui découvre une tumeur cardiaque lors de la traditionnelle visite médiale obligeant une intervention chirurgicale d’urgence. Et quand tout le monde pensait que sa carrière allait se terminer brutalement après cet épisode, le club l’a finalement accompagné tout au long de sa convalescence, en lui faisant confiance, jusqu’à son retour sur les terrains pour un match de Liga un an plus tard lors duquel il inscrit directement son premier but sous ses nouvelles couleurs.

« Angelito est un joueur avec un GRAnd coeur, IL est importantissime pour nous »       (Diego simeone)

Le chemin a été long pour l’Argentin afin de jouer pour le club de sa vie… Et après toutes ces épreuves, il ne compte évidemment pas s’arrêter là, même s’il ne joue pas les premiers rôles… Redevable en quelque sorte, habité par l’esprit Colchonero aussi, Correa continuera à tout donner tant qu’il portera la Rojiblanca. Angelito est donc prêt à aborder une autre saison en tant que super-sub pour bonifier le jeu de son équipe sur chacune de ses entrées en jeu… Du moins c’est ce que la plupart des suiveurs de l’Atleti pensaient avant d’entamer cet exercice 2019/2020… Malheureusement, les débuts en Liga sont compliqués pour les hommes du Cholo qui se cherchent encore sur le terrain, n’arrivant pas à mettre en place l’animation souhaitée offensivement et faisant preuve d’une fragilité criante derrière. La triste défaite face à la Réal 2-0 lors de la 4ème journée de championnat va d’ailleurs marquer un point de non-retour dans la saison des Madrilènes. Cette situation grandissante d’inconfort et d’immaturité dans les idées et les schémas va vite pousser Simeone à revenir à une approche plus conservative et défensive, et donc par la force des choses propulser Correa titulaire car il offre d’autres alternatives.

Photo by Icon Sport – Estadio Wanda Metropolitano – Madrid (Espagne)

Toujours très précieux quand il s’agit d’attaquer la profondeur dans le dos des centraux adverses ou le long de la ligne de touche dans son couloir droit avec sa belle point de vitesse, Correa a l’avantage d’exister même lorsque l’équipe est dépossédée du ballon. Facile pour conserver le ballon en camps adverse et obtenir une faute grâce à son petit gabarit, il permet au bloc de remonter de 30-40 mètres et de se soulager de la pression adverse. Son centre de gravité assez bas et ses quelques éclairs de génie balle au pied lui permettent en plus de faire des différences dans des zones clés du dernier tiers pour se retrouver en situation de frappe. Et lorsque les occasions se font rares, chaque source de danger et bonne à prendre et ça, le Cholo l’a bien compris… De plus en plus concerné donc, Angelito arrive à prendre l’ascendant sur Vitolo et Lemar dans la hiérarchie des excentrés, à nouveau incapables de prouver lorsqu’on leur donne leur chance. Très vite, l’Argentin se montre même indispensable dans ce registre pour allumer une mèche tant l’équipe a de mal avec le ballon pour se procurer des situations. Et c’est d’autant plus le cas lorsque Joao Felix n’est pas sur le terrain à cause de blessures entre novembre et décembre ou que Koke n’est pas bien dans ses crampons sur cette même période.

« il nous offre de la verticalité et un changement de rythme que peu de joueurs ont »   (diego simeone)

Et c’est sur cette dynamique revancharde impulsée par Correa que l’Atleti construit ses premières belles victoires au début de l’année 2020 et par exemple celle face au Barça en Supercoupe, notamment grâce à un but et à une passe décisive de l’Argentin. Dans tous les bons coups et sur tous les ballons qu’il peut se mettre sous la dent (même s’ils sont peu nombreux), Correa fait un bien fou devant. Il n’hésite pas non plus à partir au charbon pour gratter quelques ballons en position haute, quitte à réaliser des efforts superflus, pour faire briller ses partenaires. Le déclic était là, l’état d’esprit était retrouvé et les résultats positifs commençaient enfin à arriver. Et sans surprise, les Rojiblancos ont ensuite enchainé des performances collectives cohérentes et convaincantes jusqu’à la trêve liée au virus, en témoigne leur belle remontée au classement et leur exploit face au champion d’Europe en titre. Correa était d’ailleurs l’homme le plus décisif de l’effectif avec 6 passes décisives et 5 buts marqués toutes compétitions confondues à ce moment là, soit plus que Morata ou encore Joao Felix, à savoir les éléments offensifs sensés être les plus prolifiques. Pas mal pour quelqu’un sur qui l’on ne comptait pas au début de la saison…

Et être victime de ses efforts…

Mais cet exploit en huitième de LDC qui semblait pourtant si beau pour tous les Colchoneros et qui symbolisait la réussite de tout un groupe après les troubles de la saison passée et les déroutes du début de championnat a enfaite sonné le déclin de Correa jusqu’à la fin de l’exercice 2019/2020. L’explosion inattendue de Marcos Llorente, dont la performance a tout bonnement été exceptionnelle ce soir là, a, en plus de propulser l’Atletico dans une dans autre dimension jusqu’à devenir l’équipe la plus séduisante et en forme de Liga post-confinement, aussi poussé petit à petit l’Argentin sur le banc. Dans un nouveau registre à l’Atleti en tant que deuxième pointe ou ailier droit, l’Espagnol se (re)découvre des qualités de percussion et de finition qu’il n’avait plus exploité depuis ses années en Juvenil. Alors relayé au second plan par la force des choses, Correa est sur le point de retourner à la case départ malgré tous ses efforts et ses bonnes performances, lui sans qui la dynamique aurait pu ne pas être relancée et donc sans qui le reste de la saison n’aurait peut-être pas été possible…

Touché, l’Argentin déjoue… Plus aussi impliqué, plus forcément en jambes et plus généralement caricatural de ses défauts, Correa perd peu à peu le fil : mauvais choix, rushs solistes jusqu’à s’empaler sur les défenses adverses ou imprécision techniques, plus rien ne va ou presque. Et malgré des performances très moyennes, le Cholo lui offre tout de même des opportunités. D’une part grâce au crédit accordé pour sa première partie de saison et d’autre part à cause de l’enchainement infernal des matchs en fin d’exercice pour clôturer le championnat, mais il n’arrivera plus à en saisir aucune. N’inscrivant plus un seul but ou ne délivrant plus une seule passe décisive malgré une petite dizaine d’apparitions dont certaines en tant que titulaire, l’Argentin déçoit à nouveau et ne semble pas forcément en mesure d’inverser la tendance. En plus, il n’aura même pas eu l’occasion de se rassurer, mais aussi de rassurer l’ensemble du staff, lors du final 8 de LDC (dont la prestation de l’équipe à été catastrophique soit dit en passant) à cause d’un test PCR positif au Covid qui lui a empêché d’être du voyage pour Lisbonne. Une fin de saison au goût amère donc pour l’Argentin qui avance désormais dans le flou après avoir illuminé la saison de son abnégation et de son talent…

Finalement, Angel Correa sera passé de pompier de service à temps plein pour éteindre les nombreux départs d’incendies en début de saison à pompier réserviste uniquement là pour dépanner lorsque la situation le demande… Et ce saut peut légitimement paraitre brutal et injuste pour quelqu’un qui a tant accompli pour cette équipe… L’Argentin devra donc être fort mentalement pour se relever d’une nouvelle désillusion personnelle mais pour ça, on peut lui faire confiance. Toutes ces épreuves surmontées l’ont forcément rendu plus fort et on peut être sûr qu’il saura tirer du positif de cette situation particulière. En revanche, il semble évident qu’Angelito est à l’aube d’un choix très important pour le reste de sa carrière : sera-t-il muté vers une autre caserne où il aura un poste plus important à assumer et digne de son statut, ou bien enfilera-t-il le même uniforme pour s’engager dans une mission similaire, aussi ingrate et compliquée à vivre soit-elle?

Julien @TorresismoATM

Commentaires