Real Madrid : Que faire de Martin Odegaard ?

0
Crédits : Iconsport

Le chemin fut tortueux mais Martin Odegaard est officiellement un joueur de l’effectif professionnel du Real Madrid. Après un prêt très réussi à la Real Sociedad, la Casa Blanca a rapatrié le Norvégien plus tôt que prévu pour renforcer la créativité de l’effectif merengue. Les maux de tête arrivent pour Zinedine Zidane avec cette question : comment faire jouer le milieu de terrain ? Décryptage.

Martín Odegaard fait partie de cette classe de footballeurs encore jeunes mais qu’on regarde et suit depuis plusieurs saisons. Le Norvégien a même connu Zinedine Zidane lorsqu’il était encore coach du Castilla. Une époque si proche mais qui, eu égard leurs parcours respectifs, semble être une éternité . A bientôt 22 ans, Odegaard a connu beaucoup de clubs, de coachs, de systèmes et de postes. Désormais plus mâture et un peu plus « fini » footballistiquement parlant, le milieu de terrain est rentré à Madrid, avec un an d’avance. A présent, il entre dans un autre monde et sa place au sein de l’effectif merengue fait débat quant à son utilisation.

A LIRE – Où en est Martin Ødegaard, tiraillé entre l’Ajax et la Maison Blanche ?

Ce n’est pas son niveau de jeu qui est remis en question. Ce serait plutôt l’inverse même. Sa saison 2019-2020 avec la Real Sociedad a marqué les suiveurs de la Liga et plus particulièrement l’État-major des Vikingos. Dans Diario AS, Agustín Martín rapporte comment Zinedine Zidane est souvent dithyrambique et les « Bien, Martin, bien » résonnent régulièrement à Valdebebas. En conférence de presse, le double Z enfonce le clou : « Martin a changé car sa carrière a été phénoménale et chaque année il a grandi. C’est un meilleur joueur« . Le regard de Zidane sur Odegaard a changé. Le Norvégien était frêle et perdu au milieu d’une multitude de talent. Désormais, il semble taillé pour être un titulaire à part entière. Pourtant, il n’est pas si facile de bien faire jouer Martin Odegaard, en tous cas d’en tirer le maximum.

Un joueur (trop ?) complet

Tantôt ailier, tantôt relayeur, souvent meneur mais toujours protagoniste, on a vu évoluer Martin Odegaard dans des systèmes et à des postes différents. Une polyvalence qu’il a travaillé loin de Madrid pour devenir un joueur capable de jouer partout ou presque sur le front de l’attaque des Vikingos. Un style qui a tout pour lui servir mais qui, paradoxalement, pourrait le desservir. Où doit jouer Odegaard pour qu’il soit le meilleur ?

C’est le problème quand des joueurs aussi polyvalents arrivent dans des effectifs très étoffés : on a tendance à les ménager pour s’en servir comme des joueurs de complément plus que comme des titulaires indiscutables. Odegaard ne peut évidemment pas encore postuler à un statut d’intouchable chez les Vikingos. Pour l’heure, il est surtout une énigme car il est à l’aise partout.

Crédits : Iconsport

Face à la Real Sociedad lors de la 2e journée de Liga (la première pour le Real Madrid), Martin Odegaard a retrouvé Anoeta avec un autre maillot que le txuri-urdin, positionné pointe haute d’un trivote complété par Toni Kroos et Luka Modric. Pas de révolution mais pas loin tout de même : Zidane a ménagé Casemiro pour introniser un joueur bien plus offensif. Martin Odegaard a tenu sa place, a été (très) studieux et sobre. Pas d’étincelles mais du sérieux. Il a tout de même claqué quelques passes intéressantes et a été protagoniste lors de la bonne première demi-heure du Real Madrid avant de rentrer dans le rang. Son abattage défensif a fait du bien, souvent au marquage d’un central ou de la sentinelle pour bloquer la relance basque. Inversement, il a été bien cerné par ses anciens coéquipiers.

Une première qui a laissé du monde sur sa faim. El País l’a qualifié de passager presque clandestin de l’équipe merengue. Lui s’est confié à Movistar + après le coup de sifflet final. Il a parlé de son entente balbutiante avec Modric et Kroos : « Je les comprends bien mais c’est toujours difficile au départ« . Il a aussi parlé de ce que Zidane lui avait demandé : « aider l’équipe, provoquer des occasions et des buts, être entre les lignes et attaquer« . Dans ce système conçu essentiellement ou presque pour le mettre en valeur, il n’a pas encore fait l’unanimité.

A LIRE – Les 3 enseignements de Real Sociedad – Real Madrid (0-0)

Remarqué sur un côté aux Pays-Bas ou relayeur droit avec la Real Sociedad, Martin Odegaard a un volume de jeu conséquent tout en étant un joueur impactant sur le résultat des matchs. Capable de récupérer un ballon, de bien le donner puis de roder autour de la surface pour faire trembler les filets ou faire une passe décisive, il peut décider du sort d’un match quand il prend feu. Au Vitesse, où il était plus haut sur le terrain, il a marqué 8 fois et fait 10 passes en 31 matchs de championnat. Plus en retrait avec la Real Sociedad, il a tout de même eu de belles stats avec 4 buts et 6 passes en 31 matchs de Liga. Mais où Zidane le positionnera-t-il pour en tirer le meilleur ?

Plutôt successeur de Gareth Bale que remplaçant de Luka Modric ?

Il est difficile de voir Zinedine Zidane reconduire de manière régulière son 4-2-3-1 tant il semble peu maitrisé et surtout peu travaillé. Par ailleurs, la présence de Casemiro est vitale pour assurer l’abattage à la perte du ballon. Dès lors que faire de Martin Odegaard ? A droite, la place semble libre ou en tous cas vacante. Marco Asensio n’est pas pleinement de retour et son niveau interroge après une si longue absence, tout en n’étant pas un spécialiste du poste. Vinicius est tendre à gauche. Rodrygo, malgré quelques bonnes sorties, n’a pas les épaules pour être le titulaire sur la droite de l’attaque des Vikingos. Reste Lucas Vázquez, blessé et loin de son meilleur niveau.

A cet endroit, Martin Odegaard a surtout évolué dans un 4-4-2, où il était l’un des joueurs offensifs les plus en vue et recherché de son équipe, notamment aux Pays-Bas. C’est là qu’il a pris de l’assurance et une dimension différente, en étant capable de rendre une action anodine en occasion de but. Même s’il est à l’aise lancé, Martin Odegaard est davantage un passeur qu’un joueur de rupture. Il est peu probable de le voir manger la ligne et se retrouver régulièrement dans la boite en attente d’une passe. Un style qui peut faire doublon avec un Luka Modric habitué à jouer du même côté mais qui peut magnifier les courses sans ballon d’un Fede Valverde ou peut permettre de voir plus régulièrement la qualité de centre de Dani Carvajal.

Odegaard face au Cultural Leonesa en 2016. Crédits : Iconsport

A ce poste d’axe droit, Luka Modric est indiscutable lors des gros matchs. L’émergence de Fede Valverde, qui stabilise le milieu, soulage Casemiro du travail défensif tout en étant intéressant sans ballon. Cela relègue Martin Odegaard un peu loin dans la hiérarchie. C’est pourtant à ce poste qu’il a été remarqué par le Real Madrid et qu’il a acquis la possibilité d’intégrer le groupe. Cependant, son association avec Toni Kroos paraît intéressante sur le papier mais son volume de jeu est-il suffisant pour ne pas mettre en difficulté les transitions défensives ?

A LIRE – Martin Odegaard, futur prince du Bernabeu et successeur de Luka Modric ?

Avec Martin Odegaard, le Real Madrid se rajoute un problème de riche. La polyvalence du Norvégien peut  en faire un complément parfait pour Zinedine Zidane, à la fois pour pallier diverses baisses de forme, mais aussi pour s’adapter aux adversaires et forcer la décision avec davantage de créativité. Le Marseillais a semblé enclin à faire évoluer son XI et son style de jeu. Odegaard fait donc partie de sa réflexion, au même titre qu’Isco, ce qui n’est pas un mince exploit.

Les perspectives sont intéressantes pour le Real Madrid mais le plus beau crâne de Madrid peut aussi se prendre les pieds dans le tapis. Tirer le maximum d’un tel joueur est un vrai défi. Après la défaite face à Manchester City en Ligue des Champions, Zidane avait affirmé que « 95% de ce que nous avons fait cette année a été excellent« . Martin Odegaard contribuera-t-il à se rapprocher des 100% ?

Benjamin Chahine
@BenjaminB_13

Commentaires