🔥Liga / Le mur de la Real Sociedad, la légende Aspas et Gerard Moreno le magicien : El once de Furialiga (J2)

0

Dans une journée marquée par le début de championnat du Real Madrid, écœuré par la Real Sociedad, ils sont nombreux à s’être montrés sous leur meilleur jour. Retour sur les performances individuelles qui ont marqué cette 2e journée. Voici notre Once !

Álex Remiro (Real Sociedad) : Solide dans le partidazo face au Real Madrid, l’ancien gardien de l’Athletic n’a pas tremblé face aux Vikingos. Rassurant sur les quelques tentatives des hommes de Zidane (4 parades), il a surtout fait parler son jeu long pour casser le pressing de la Maison bBlanche. Un excellent match pour un gardien en progression constante.

Aihen Muñoz (Real Sociedad) : Habitué à être le remplaçant de Nacho Monreal, Aihen a enchainé une seconde titularisation avec la Real Sociedad. Hargneux et volontaire, le latéral gauche a parfaitement tenu son couloir et n’a pas facilité le travail des offensifs madridistas. Un second couteau fiable qui permet à Imanol Alguacil de pallier à de nombreuses absences.

Djené Dakonam (Getafe) : Pour sa rentrée en Liga avec Getafe, Djené a fait du Djené. Toujours en recherche de profondeur dès qu’il touche le ballon, le Togolais a été dur sur l’homme et solide dans les duels. Leader d’une des équipes les plus cohérentes de Liga, le défenseur central est un fier soldat du Bordalismo.

Notre MVP ⭐ Aritz Elustondo (Real Sociedad) : Après une saison 2019-2020 difficile au niveau des blessures, Aritz affiche un excellent niveau sur ses deux premières sorties. Face au Real Madrid, il a été très solide avec Le Normand. Parfait dans les duels, jamais mis à défaut et toujours prompt à revenir pour contrer un tir merengue, le défenseur central a été un mur à Anoeta. Et s’il devenait une option pour Luis Enrique ?

Isaac Carcelén (Cádiz) : Dans le plan minimaliste qui a permis à Cadiz de faire tomber Huesca, Carcelén a été déterminant. Utile pour bloquer les joueurs de couloirs aragonais souvent décisifs, il n’a laissé que des miettes à ses adversaires directs. Peu ou voire pas porté vers l’avant, il a œuvré pour garder une ligne de 4 cohérente. Pas le plus beau des footballs mais ça permet aux Gaditanos de prendre leurs 3 premiers points.

William Carvalho (Betis) : Le Portugais ne fait toujours pas l’unanimité au Betis. Souvent bon mais aussi régulièrement raillé pour sa vitesse de pointe proche de celle d’un randonneur du dimanche, Carvalho va pourtant bien mieux lors de deux premières journées. Face à Valladolid, il a marqué un magnifique but pour faire le break et assurer une victoire aux siens. Plus à l’aise sous Pellegrini, le milieu semble mieux utilisé.

Luis Milla (Granada) : De nouveau titulaire lors de cette J2, Luis Milla a confirmé son excellente intégration à Granada. Inspiré, travailleur et surtout intéressant pour remonter et ressortir le ballon, il a de nouveau été précieux dans l’entrejeu nazarí. Son duo avec Herrera fait déjà des étincelles et promet beaucoup.

Darwin Machis (Granada) : Il est de cette caste d’ailier dribbleur attiré par le but. Face à Alavés, c’est lui qui marque le second but lors de la victoire 2-1 de Granada. Toujours aussi inspiré et surtout disponible, le Vénézuélien est parfait pour animer les couloirs des Nazarís.

Sergio Canales (Betis) : Titulaire dans un couloir face à Valladolid, Canales a été déterminant pour donner du corps au jeu des Manquepiedras. Disponible, capable de bien agir sous pression, il a permis de libérer son couloir pour son latéral, tout en étant utile pour faire tourner le ballon sans jouer à la baballe. Le Betis de Pellegrini prend forme sous nos yeux et le Cantabre y aura une belle place.

Iago Aspas (Celta) : Que dire ? El Mago de Moaña a déjà apprivoisé le nouveau ballon et la Liga et a claqué un doublé. Sur son premier but, il profite d’un superbe travail de Nolito pour faire sa spéciale en dribblant Jaume Domenech pour ouvrir le score. En 2e période, il a expédié un maître coup franc dans la lucarne blanquingra. La légende continue de s’écrire à Vigo. Dans 30 ans, Balaídos résonnera encore des chants à sa gloire (en espérant que le public revienne).

Gerard Moreno (Villarreal) : La compréhension du jeu de Gerard Moreno a encore parlé contre Éibar. Son but est une pure merveille. Sa prise d’information pour sortir un dribble magnifique et se remettre dans le sens du jeu est  un régal. S’il maintient ce niveau toute la saison, Villarreal sera très très haut et Unai Emery sera intouchable ou presque.

Benjamin Chahine
@BenjaminB_13

Commentaires