Europa League / Sevilla FC – Inter Milan : Face à l’histoire

0
Ever Banega of Sevilla FC during the Liga match between Sevilla and Getafe at Estadio Ramon Sanchez Pizjuan on October 27, 2019 in Seville, Spain. (Photo by Pressinphoto/Icon Sport) - Ever BANEGA - Ramón Sánchez-Pizjuán - Seville (Espagne)

C’est une finale sacrement excitante sur le papier qui nous attend à Cologne ce soir. Le Sevilla FC grand maître de cette compétition va affronter Conte et sa bande pour tenter d’accrocher un nouveau titre à un palmarès déjà bien garni d’étoiles. Une opposition pleine de promesses entre les deux formations qui ont bien des arguments à faire valoir. Présentation de ce match qui pourrait faire entrer encore un peu plus les Sevillans dans la légende. 

Sevilla FC : L’intouchable ? 

Si ces dernières années on a très souvent parler de l’ADN Champion’s du Real Madrid que dire de celui du Sevilla FC avec l’Europa League ? Un amour presque sans faille uni les Andalous à la petite sœur de la Ligue des Champions depuis plus de dix ans. Une telle passion entre un club et une compétition trouve forcement sa genèse dans un épisode marquant, un épisode inoubliable. « Le vrai détonateur de notre passion pour cette coupe c’est le but de Puerta en demi finale à Séville face à Schalke 04 en 2005 en prolongation. Suivi ensuite par la victoire face à Middelsbrough. A partir de ce but, tout le club et l’aficion ont compris que c’était possible de prétendre à changer de dimension« , Marc du compte @SevillaFCFrance en est certain le but du regretté Antonio Puerta contre les Allemands à bousculer le destin des Andalous à jamais. Depuis cette compétition est devenue la leur.

Un joueur important sur le terrain mais un homme de l’ombre en coulisse, Monchi de retour chez les Sevillans depuis mars 2019, incarne lui aussi ce Seville-là : « C’est aussi à ce moment là qu’on a constaté que le directeur sportif de l’époque avait un talent spécial. Ce n’est autre que Monchi. Le club a commencé ses premières grosses ventes : Ramos (27m€), Julio Baptista (20m€) Reyes (20m€) etc … Ça a fondé la politique de transfert de Monchi et la suite des événements » nous explique Marc. D’ailleurs dans un entretien pour l’AFP, le directeur sportif partage sa conclusion sans détour sur cette histoire d’amour qui perdure : « Personne n’aime l’Europa League autant que nous« .

Pour continuer cette belle histoire presque sans nuages, Lopetegui et ses hommes vont devoir faire tomber l’Inter Milan d’Antonio Conte, un grand défi certes, mais à la hauteur du maître de la compétition. Pour inscrire une nouvelle ligne à son palmarès Julen Lopetegui devrait aligner le même onze que sur les deux manches précédentes. Ses hommes forts sont bien là, à commencer par sa défense centrale explosive : Jules Koundé – Diego Carlos. Au milieu de terrain ce sera la der des der pour Ever Banega. La magie de l’Argentin bien que sur courant alternative manquera à tous les amoureux de la Liga, de même que son tempérament. En attaque l’inattendu homme fort de la saison des Sevillans, Ocampos sera bien évidemment de la partie.

Inter Milan : Une si longue attente

« Sans être superstitieux outre mesure, la réussite des Sevillans en Europa League est forcément une source d’inquiétude supplémentaire« . Le décor est planté, pour Kiki Musampala, co-rédacteur de la Calcio Academie sur @horsjeu.net, le Sevilla FC en impose. Mais il en faut plus pour détourner les Italiens d’un sacre qu’ils attendent depuis plus de 22 ans. Après la désillusion d’une élimination prématurée en Ligue des Champions, les Interistes encouragés par une qualité de jeu intéressante et un contenu encourageant s’en sont allés, passant les étapes de cette Europa League jusqu’à cette finale très attendue.

Dépassés au classement par la Juventus en Serie A, Conte et ses hommes peuvent pourtant être fières d’une saison qui pourrait être le point de départ d’un sacre prochain comme nous l’explique notre spécialiste Calcio : « La saison interiste est une réussite complète. Conte a su stabiliser l’équipe. Le bilan est très positif. Sans ces deux défaites contre la Juve, elle aurait pu être inoubliable. Cette finale est une belle opportunité d’entrer cette saison dans l’histoire d’une certaine façon. »

Antonio Conte ne compte pas changer son fusil d’épaule pour cette finale et continuer sur sa lancée. Le collectif italien est fort et la démonstration contre le Shakhtar a encore marqué les esprits. Dans son système préférentiel à trois derrière, l’Inter Milan va également se présenter avec une redoutable et redoutée armanda offensive composée du duo Lautaro – Lukaku. Une attaque surpuissante face à une défense andalouse qui impressionne. Un clé pour ce match ? Peut-être, mais pour aller chercher un titre qui lui échappe depuis longtemps face au spécialiste, l’Inter devra compter sur tous ses hommes : « On résume souvent l’Inter à Lukaku-Martinez, à juste titre d ailleurs, mais il ne faut pas oublier Barella. C’est le baromètre de cette équipe. Conte a construit un collectif. Il a su mobiliser l’ensemble de l’effectif « .

Les clés du match : Duel de frères ? 

Si les schémas diffèrent, les intentions elles peuvent être bien proches. Le plan semble être le même des deux côtés : pressing intense, récupération rapide et contre fulgurant, alternance dans la possession du ballon. Kiki Musampala confirme  » Ils ont une vraie identité de jeu et un collectif sans faille. Leur capacité à subir le jeu et à partir en contre sur des actions rapides est une force indéniable. C’est marrant car l’Inter joue un peu de la même façon, avec un autre système mais avec la même philosophie ». Des qualités semblables aussi chez les deux coachs qui sont parvenus à tirer le maximum de leurs effectifs.

Si les duels individuels sont alléchants sur le papier c’est surtout la confrontation de ces deux collectifs huilés et performants qui intrigue. Imposer son style lorsque l’approche semble si semblable est un défi côté Andalous peut-être autant que d’essayer de contrôler le duo infernal interiste en attaque selon Marc : « Une des clés du match ce sera les duels de Diego Carlos/Lukaku et Kounde/Lautaro. Le Brésilien va devoir empêcher le Belge d’être le point de fixation des attaques de l’Inter, en essayant de minimiser son jeu dos au but. Concernant la tactique global d’équipe, Lopetegui va rester sur son pressing haut, beaucoup de transversales pour déstabiliser les lignes en alternant jeu court, jeu long. Mais le pressing de l’Inter va être intense ». 

Une chose est sûre, cette finale d’Europa League risque de nous offrir une confrontation forcement épique. Une confrontation qui mettra fin à une disette de plus de vingt ans après une saison à la fois réussie mais un peu douloureuse ou qui permettra de continuer une épopée entamée plus de dix en arrière après le but magique d’un joueur à jamais célébré.

XI possibles

Sevilla FC 

Inter Milan 

Commentaires