Charles, comme un prince

0

A 36 ans sonnés, Charles Dias aurait pu choisir une destination exotique pour finir sa carrière en pente douce ou retourner dans son Brésil natal. Mais au lieu de ça, il a préféré retourner à Pontevedra, en Segunda B, là où il a débuté son aventure en Espagne il y 16 ans.

A quoi ressemblera Éibar la saison prochaine ? Certes, l’emblématique entraîneur José Luis Mendilibar a prolongé son bail d’une saison mais les Armeros ont successivement perdu Gonzalo Escalante, Pablo de Blasis, Iván Ramis, Fabián Orellana et Charles Dias. Ce dernier n’a pas mis longtemps à retrouver un club, mais pas forcément là où on pouvait l’imaginer.

Parole tenue

Avec 208 matches de Liga au compteur et une solide réputation en Primera (58 buts et 13 passes décisives), le natif de Belem aurait pu trouver une opportunité en Liga ou en Segunda. Málaga, où il a déjà évolué de 2015 à 2017, souhaitait le rapatrier. Tenerife, Oviedo, Gijón et des clubs portugais l’ont également approché. Pourtant, Charles a décidé de mettre le cap sur le Finisterre, en Galice. Seize ans après, le buteur revient dans le premier club espagnol à l’avoir accueilli : le Pontevedra CF.

C’est à Pasarón que Charles Dias a gagné ses galons de buteur en Espagne. Pendant 6 ans, il a arpenté la ligne d’attaque des Granates, d’abord en Segunda la saison de son arrivée (2004-2005) puis en Segunda B, catégorie où le club s’apprête à débuter sa 35e saison depuis sa création en 1943. En tout, il a inscrit 56 buts en 179 matches. Une sacrée histoire qui avait très mal débuté : pour son 1er match, la jeune recrue avait été exclue au bout de… 3 minutes !

A LIRE – Charles Dias, l’expérience comme clé du succès

Les années 1960, celles où le Ponte évoluait en Primera sont très loin. Pendant 4 ans, de 2011 à 2015, il est même tombé en Tercera (4e division). Mais le Brésilien avait promis de rejouer un jour pour cette première terre d’exil et il a tenu parole. A l’image d’un Michu avec Oviedo, Charles a fait le choix du coeur pour terminer sa carrière, avec la certitude de s’y installer durablement puisque les dirigeants lui ont proposé une reconversion une fois les crampons remisés : « C’est pour ça que je viens. Je veux être ici, à la maison, avec mes enfants proches de notre famille ». Ce ne sont pas des mots en l’air : tous ses enfants sont socios du club depuis leur naissance !

Succès déjà assuré

Au cours des 3 saisons passés à Éibar, Charles Dias a terminé deux fois meilleur buteur armero, en 2019 et 2020. Certes, son total de cette année est son plus faible à Ipurua (seulement 6 réalisations contre 8 en 2018 et surtout 14 en 2019) mais ce retour aux sources en a surpris plus d’un car l’avant-centre à encore quelques belles années devant lui et il aurait pu les monnayer en Espagne, au Brésil ou dans une destination plus exotique et plus rémunératrice.

Interrogé à ce sujet lors de sa présentation, Charles a clairement expliqué qu’il se sentait redevable envers le Ponte : « Je suis arrivé en étant un enfant et je suis reparti homme. Aujourd’hui, je reviens comme père de famille. Je suis une autre personne, avec plus d’expérience et beaucoup d’enthousiasme. Si c’était pour l’argent, je ne serais pas ici. J’avais de nombreuses offres mais j’avais donné ma parole. Je sais que je n’ai pas un contrat comme j’ai pu avoir avant mais j’espère qu’on pourra me payer en joie pour ma femme, mes enfants et notre afición ». Certes, la rémunération reste conséquente pour un club de ce niveau mais le gain sportif et médiatique en vaut largement la chandelle, surtout si les Granotes entrent dans leurs fonds.

Forcément, c’est le coup parfait pour la présidente du club, Lupe Murillo. L’annonce de l’arrivée de Charles a été en tête des tendances Twitter catégorie sport en Espagne et Pontevedra était dans le Top 5 au niveau national ! « Ce n’est habituel qu’un joueur de Primera vienne en Segunda B, a déclaré celle qui est aussi professeur d’université et directrice des conserves de Pescamar. Mais cela signifie que le Pontevedra a un bon projet, que nous sommes sérieux et respectés dans tout le pays. En plus, cela montre qu’il y a des personnes comme Charles qui ont encore des valeurs et des sentiments ». De retour sur sa terre d’adoption, le Brésilien a désormais un objectif : ramener le club galicien en Segunda et le remettre sur la carte du football professionnel espagnol. Avec son meilleur ambassadeur sur la pelouse, on serait déjà d’y croire.

François Miguel Boudet (@fmboudet)

 

Commentaires