Segunda / Andoni Iraola a-t-il fait ses preuves avec Mirandés ?

0
Où Andoni Iraola réalisera la prochaine saison ? Nul doute que cela sera en Espagne... [Photo de Icon Sport]

Après avoir terminé sa première saison sur le banc d’un club professionnel espagnol, l’heure est venue de faire le bilan pour Andoni Iraola. À la tête du CD Mirandés depuis le 10 juillet, le jeune entraîneur a atteint l’objectif fixé par la direction, à savoir rester en seconde division. Mais Iraola ne poursuivra pas dans le stade d’Anduva. Peut-il être fier de cette première grosse expérience ?

On parlait déjà de lui en septembre dernier. Andoni Iraola avait alors disputé sept matchs à la tête du CD Mirandés, obtenant un total de seulement… six points. La question était de savoir si le coach d’alors 37 ans allait trouver la recette pour s’imposer. Fort d’une courte expérience européenne sur le banc de l’AEK Larnaca, l’ancien latéral ne disposait en réalité d’aucune connaissance du métier. Tout comme son effectif, jeune et renouvelé, qui découvrait alors le football professionnel. Dans cette équipe qui retrouvait enfin la Segunda et qui avait pour mission de s’y maintenir, la mission était de taille pour Andoni Iraola.

Il faut attendre une dizaine de matchs pour que les choses prennent enfin le cours tant espéré. Après avoir passé plusieurs semaines dans la zone rouge, les joueurs de Mirandés parviennent à prendre le dessus sur Fuenlabrada, s’imposant par 2-1 et signant leur second succès de la saison. La course au maintien est donc lancée précocement, accompagnée par l’espoir soudain de réussir en Copa del Rey. Deux compétitions difficiles, que les joueurs n’étaient sans doute pas préparés à disputer. L’effectif d’Iraola se retrouve sur deux tableaux, espérant atteindre les Play-offs d’accession à la Liga, tout en étant en chemin vers une potentielle finale de Coupe. Un rythme difficile à tenir pour une jeune équipe…

Réussir en Liga tout en espérant la Copa

La recette tant espérée, Andoni Iraola semble la trouver à partir du mois d’octobre. Réalisant sans cesse de nombreuses variantes dans son effectif, il finit enfin par trouver la meilleure ossature pour son 4-2-3-1. Avec le Brésilien Marcos da Sousa en pointe, Enric Frenquesa en latéral gauche Alvaro Rey sur l’aile droite, l’entraîneur basque s’offre même trois succès de suite en novembre 2019. Avec ces points supplémentaires, le public d’Anduva commencent même à envisager la possibilité de jouer la montée en première division. À cette période, les hommes d’Iraola font rêver, et rêvent eux-mêmes de davantage de succès.

Avant de venir à Mirandés, Iraola était coach de Larnaca, à Chypre. [Crédits : AS]

Après une victoire méritée à domicile contre Huesca (2-0), le premier match de Copa del Rey intervient. Face au FC Coruxo, le Mirandés s’impose en prolongation (4-5), passant son premier des trois tours nécessaires pour atteindre les huitièmes de finale. Pour ce match, Iraola a fait le choix du renouveau. On retrouve pour la première fois João Costa dans les cages, accompagné par d’autres nouveaux visages, tel que le défenseur Simon Gbegnon ou le milieu de terrain Andres Mohedano. Grâce à ces changements et aux repos accordé aux cadres de l’équipe, Mirandés revient en force en championnat, s’offrant une victoire par 0-3 sur la pelouse du Girona.

Mais à partir de janvier, et cela jusqu’en février, les interruptions en semaine pour jouer la Copa empiètent sur les matchs de Segunda. Affrontant des adversaires de plus en plus coriaces, Iraola est obligé de mettre ses meilleurs éléments en championnat tout comme en Coupe d’Espagne. L’expérimenté Limones prend place dans les cages à chaque rencontre, le talentueux Merquelanz dispute également les deux compétitions et les joueurs semblent faire des choix dans le jeu. Malgré l’espoir créé par les potentiels Play-offs, Mirandés se met à rêver de Copa.

Le parcours en Copa, une vitrine pour Iraola

Entre le 11 janvier et le 13 février, le CD Mirandés ne s’offre aucune victoire en championnat. Jouant le match nul à chaque fois, le club de Miranda de Ebro enchaîne quatre matchs nuls en Segunda. Etant plus compétitifs en Copa, les hommes d’Iraola impressionnent même face aux équipes de première division. La victoire 2-1 contre le Celta Vigo est la première grosse réussite du coach basque, permettant à son équipe d’atteindre les huitièmes. Le succès continue et Mirandés s’impose alors par 3-1 contre le Sevilla de Lopetegui, avant de dérouter Villarreal en quarts de finale (4-2).

Imanol Alguacil, sur la gauche, avec Iralola lors du match de Copa entre la Real Sociedad et Mirandés, à Anoeta [Photo de Icon Sport]

Emmené par un Martin Merquelanz en feu, le 4-2-3-1 d’Iraola est infatigable en Copa. Ses contre-attaques sont précises et même les 33 ans de Limones ne l’empêchent pas de se montrer impressionnant face à des Gerard Moreno (Villarreal) et Luuk de Jong (Sevilla). Le CD Mirandés sait que tous les yeux sont rivés sur lui et fait douter la Real Sociedad lors de la demi-finale aller. Mais face à Odegaard, les hommes d’Iraola sont dépassés et s’inclinent pour la première fois dans la compétition (2-1). Ce premier revers, qui pouvait être rattrapé lors du match retour, précède celui en championnat.

À LIRE : Merquelanz, prodige de la Real révélé sous les ordres d’Iraola

Quatre matchs de Segunda séparent les deux rencontres de Copa, et Mirandés n’en remportera pas un seul. Lorsque le match retour arrive enfin, les tactiques d’Iraola ne trouvent pas preneur et le jeu proposé est plus défensif qu’à l’habituel. L’équipe de seconde division s’incline alors par 0-1, mettant fin à ses espoirs de finale contre l’Athletic. Cette équipe aura fait parler d’elle dans toute l’Espagne, et cet impressionnant parcours en Copa illustre aujourd’hui encore les capacités du coach. Sur la pelouse, les joueurs étaient animés par une énergie nouvelle, provenant sans doute des paroles d’Andoni dans les vestiaires.

L’impact du confinement et la fin d’une étape

Plus ou moins comme toutes les équipes, le Mirandés a été durement impacté par la reprise du championnat, et le nouveau rythme qui va avec. La motivation de la reprise a permis à l’équipe de s’imposer lors des deux premières rencontres, mais il faudra attendre six rencontres pour qu’elle renoue avec la victoire. Les matchs se suivent et cela se ressent sur les organismes. Iraola est obligé de procéder à de nombreux changements entre chaque rencontre. Même avec ce qui se rapproche le plus de son effectif type, l’entraîneur basque s’incline par un violent 4-1 dans le stade vide de Tenerife. La saison se termine finalement par une défaite 2-1 contre Lugo, qui laisse Mirandés à une 11e place des plus constatées.

En août 2019, le Mirandés d’Iraola a disputé un match amical contre l’Athletic. Défaite 2-1. [Crédits : Athletic Club]

Andoni Iraola parvient à maintenir son équipe en seconde division, tout en l’ayant emmenée jusqu’en demi-finale de Copa del Rey. Un parcours des plus réussis donc, mais qui aurait sûrement été différent sans l’interruption de la compétition. Si aucun coach n’est préparé à tenir un tel rythme sur une période continue, le manque d’expérience d’Iraola n’a pas joué en sa faveur, tout comme la jeunesse de son effectif. Le bilan reste positif pour l’ancienne star de l’Athletic.

Une nouvelle aventure en seconde division ?

S’il n’a pas été renouvelé à Mirandés, il ne fait aucun doute que le natif d’Usurbil poursuivra son expérience en Liga Smart Bank. Fort d’un parcours remarqué en Copa ainsi que d’un maintien réussi, les nouvelles lignes du CV d’Iraola le font briller. À tel point qu’il devrait rapidement trouver un point de chute. Celui-ci ne devrait pas être en Liga – malgré qu’une part croissante des supporters de l’Athletic aimeraient le revoir – mais bien dans cette même division. La presse espagnole s’accorde ainsi à dire que Leganés aimerait voir le Basque sur son banc la saison prochaine. Relégué de justesse, Leganés s’est séparé de son entraîneur Javier Aguirre et semble très intéressé par Iraola.

La carrière d’entraîneur d’Andoni Iraola ne fait que commencer. Peut-être un jour reviendra-t-il à l’Athletic… sur le banc. [Photo de Icon Sport]

Les nombreuses connexions qu’entretient Andoni Iraola au Pays Basque avait permis à Mirandés d’obtenir le prêt de nombreuses pépites locales, tels que Martin Merquelanz (Real Sociedad) et Iñigo Vicente (Athletic). Leganés pourrait ainsi en profiter. Reste à savoir si Iraola acceptera ce nouveau défi, dont l’objectif ne sera pas le maintien mais bien le retour en Liga…

Jérémy Lequatre-Garat
@Euskarade

Commentaires