Que faire si la saison de Liga s’arrêtait là ?

0
Le dernier match de l’actuelle édition de Liga s’est déroulé le 8 mars, et s’est soldé par une victoire 2-1 du Bétis, contre le Real Madrid [Photo de Icon Sport]

Alors que l’Espagne a dépassé l’Italie en nombre de cas de COVID-19, la question de l’avenir de l’édition 2019/20 de Liga interroge. Entre les différents scénarios d’annulation et la possibilité tenace d’une reprise du championnat, à quoi les clubs peuvent-ils s’attendre ? Au milieu de cette incertitude, une seule chose est sûre : Tout le monde n’y trouvera pas son compte. 

Tandis que la Liga et la Segunda sont respectivement bloquées à la 27e et 31e journée, beaucoup espèrent que les championnats pourront reprendre en mai. C’est ce qu’imaginaient déjà début avril LaLiga (LFP) ainsi que le syndicat majoritaire des joueurs (l’AFE). Un accord a ainsi été trouvé pour que les équipes s’affrontent toutes les 72 heures, afin de terminer la saison avant le 30 juin – les contrats des joueurs se terminant généralement le 31 du même mois. L’idée première était de jouer toutes les 48 heures, mais la Fédération espagnole de football (RFEF) avait exprimé un refus catégorique.

Si cette option était mise en place – ce qui déprendra avant tout de l’évolution de l’épidémie – une mini présaison serait instaurée courant mai, afin que le championnat reprenne à la fin de ce mois. De par la situation hispanique – l’Espagne enregistre quotidiennement plus de 500 décès – une reprise de La Liga semble des plus prématurées, même d’ici un mois. Il reste donc envisagé de jouer durant l’été, ce qui entrerait en contradiction avec la date limite des contrats des joueurs.

Pour pallier à ce problème juridique, la FIFA a d’ores et déjà fait savoir qu’une extension de ceux-ci sera possible. Une dérogation qui a fait le plus grand bonheur des supporters de l’Athletic, craignant qu’Aduriz prenne sa retraite sans avoir pu disputer la finale de la Copa del Rey.

La finale de Copa représentera le dernier match de la carrière d’Aritz Aduriz [Photo de Icon Sport]

En cas d’annulation, la question des places européennes

Malgré les velléités de Javier Tebas, la solution la plus probable semble aujourd’hui être l’annulation de la suite du championnat. Mais dans ce cas, qui reviendrait à terminer la Liga à la 27e journée de compétition, comment serait décidé le classement final ?

La principale possibilité est que soit conservé le classement tel qu’il est aujourd’hui. Autrement dit, la saison de Liga n’aura duré que 27 journées et le titre sera attribué à celui ayant obtenu le plus de points durant cette période (en l’occurrence, le Barça). D’après les informations de COPE, c’est le scénario envisagé par la Fédération. Celle-ci souhaite que les équipes qui joueront les compétitions européennes la saison prochaine soient celles qui sont numériquement qualifiées aujourd’hui. À la 27e journée, et non pas à la 38e comme il était de rigueur habituellement.

Dans ce système, le Barça, le Real Madrid, Sevilla, et la Real Sociedad porteront l’écusson de la Champions League sur leurs maillots. Ce qui n’est pas le cas de l’Atletico, qui en terminant 6e n’aura droit qu’à l’Europa League, au côté de Getafe. Non pas grâce au classement, la dernière équipe qualifiée pour cette compétition est l’Athletic. Les Basques termineraient la saison en 10e place mais pourront disputer l’Europa grâce à leur place en finale de la Copa. Cette dernière les oppose à la Real Sociedad, qui est numériquement déjà qualifiée dans une compétition européenne. L’équipe d’Iker Muniain prend ainsi la place européenne réservée à Valencia, qui terminerait 7e en cas d’arrêt du championnat.

Javier Tebas rêve encore et toujours de terminer la saison de Liga [Photo de Icon Sport]

Les promotions et relégations en cas d’annulation

Si la non-qualification en Europa League pourrait laisser un goût amer aux supporters de Valencia, imaginez la réaction des supporters de l’Espanyol. Le club catalan a réalisé un très bon mercato hivernal – recrutant notamment Raúl De Tómas, auteur de 4 buts depuis janvier – et avait toutes les cartes en main pour quitter son rôle de lanterne rouge. Encore fallait-il avoir le temps de le faire. Dans le cas d’une annulation du championnat, l’Espanyol devra dire adieu à la première division, tout comme Leganés et Mallorca – respectivement 19e et 18e.

En Segunda, championnat dépendant également de LaLiga, les promues seraient donc Cadiz et le Real Zaragoza. La situation est floue concernant la troisième et dernière équipe qui rejoindra l’élite. En temps normal, des play-offs sont organisés entre les équipes de la 3e à la 6e place (inclue). La logique voudrait donc que Huesca, Almeria, Girona et Elche s’affrontent pour accéder à la catégorie supérieure. Il est d’ailleurs probable que le modèle de Play-offs évolue également. Habituellement, le 3e affronte le 6e et le 4e rencontre le 5e. Les matchs se déroulent au format aller-retour, tout comme la finale, qui oppose les vainqueurs des deux rencontres.

Raul de Tomas célébrant l’un de ses buts, ayant redonné de l’espoir à la lanterne rouge de Liga [Photo de Icon Sport]

Cette année, le format pourrait être réduit à une unique rencontre. C’est du moins ce que propose Luis Rubiales (le président de la RFEF) pour les compétitions amateurs, et qui pourrait être appliqué à la seconde division espagnole. Bien entendu, cette dernière dépend de LaLiga et ce sera donc à Javier Tebas de faire son choix. En constante opposition avec Luis Rubiales, il n’est pas impossible que le président de LaLiga fasse tout son possible pour ne pas avoir à l’imiter.

La situation compliquée des championnats amateurs

Alors LaLiga continue d’envisager de terminer les championnats dépendant d’elle – les deux premières divisions – ce n’est pas le cas de la Fédération, qui s’occupe des compétitions semi-professionnelles et amateurs. Dans un communiqué publié ce mardi, la Fédération espagnole explique avoir pris contact avec les responsables sportifs de chaque régions afin d’ouvrir le débat concernant la suite de la saison.

Pour Luis Rubiales et ses équipes, l’idée est d’annuler la suite de la compétition en Segunda B (l’équivalent de la troisième division) comme dans le reste des championnats amateurs. Cette décision est prise sous réserve de l’approbation des communautés autonomes, afin qu’elle soit homogène à l’échelle nationale. La RFEF propose de mettre fin aux compétitions, tout en garantissant que seules les promotions des équipes auront lieu, au contraire des relégations. Cette décision surprenante s’accompagne donc de la volonté « d’augmenter ou de créer des nouveaux groupes d’une validité de trois ou quatre saisons », afin d’accueillir le surplus d’équipes.

Luis Rubiales sait que les championnats espagnols ne se termineront pas, du moins, pas ceux dépendant de sa Fédération [Photo de Icon Sport]

La Fédération a « ouvert le débat » auprès des responsables régionaux, qui auront visiblement le dernier mot concernant l’annulation de la suite des championnats. Mais le programme de Luis Rubiales dépend également des choix faits par LaLiga. En effet, le passage du football semi-professionnel au football professionnel se fait de la Segunda B (dépendante de la RFEF) à la Segunda (dépendante de LaLiga). D’après l’accord passé entre les deux instances, quatre équipes de Segunda doivent être reléguées en Segunda B, afin que la seconde division puisse accueillir autant d’équipes de la division inférieure. Pour Javier Tebas, il n’est en aucun cas question d’augmenter le nombre d’équipes en Liga et en Segunda.

Un casse-tête actuel et des futurs déçus

Il ne fait donc aucun doute que l’avenir du football espagnol passera, à nouveau, par les différends entre Javier Tebas et Luis Rubiales. Le football professionnel ne devrait pas être impacté par des changements aussi profonds que ceux voulus par la Fédération – notamment l’augmentation du nombre d’équipes par championnat – mais des frustrations risquent tout de même de se faire sentir.

Les relégués des deux premières divisions se plaindront de ne pas avoir pu se battre jusqu’au bout, tout comme ceux n’ayant pas terminé à une place européenne. La question est toujours la même : « Et si… ? ». Et si Mallorca (18e) avait dépassé le Celta (17e) ? Et si la Real Sociedad (4e) avait perdu ses prochaines rencontres, l’Atletico (6e) aurait-il pu jouer en Champions la saison prochaine ? Et si on mourrait tous du COVID-19 ?

Le FC Barcelona devrait donc terminer la saison 2019/20 en tant que champion ! [Photo de Icon Sport]

Les suppositions, il ne reste que ça à faire pour les équipes non-satisfaites du classement actuel. Alors que Javier Tebas devrait prochainement se rendre compte que terminer la Liga n’est que peu envisageable – ou alors uniquement dans des stades à huis-clos –, Luis Rubiales devra assumer le casse-tête des prochaines saisons, qu’il pourrait imposer à sa Fédération en surpeuplant ses championnats. On en saura plus au cours des prochaines semaines, à suivre donc…

Jérémy Lequatre-Garat
@Euskarade

Commentaires