LDC / Liverpool – Atletico : pour définitivement lancer la belle histoire

0

Mercredi soir, Liverpool reçoit l’Atleti pour ce match choc et tant attendu de ces huitièmes de finale retour de LDC. Après la démonstration collective du match aller et la victoire 1-0 des Madrilènes, l’équipe de Simeone veut forcément prouver que cette performance n’était pas une exception au sein d’une saison globalement moyenne et qu’elle peut enfin lancer quelque chose de grand avec cet effectif bourré de talent.  Les Reds, piqués dans leur orgueil et presque mathématiquement sacrés champions d’Angleterre, veulent pleinement jouer cette compétition pour avoir une fin de saison palpitante et peut-être défendre leur titre en mai. Prévia.

Le Cholismo et le Kloppisme sont deux façons de jouer au football bien différentes : opposition de style, de dynamique et de réussite aussi sur ces deux dernières années, mais une chose est sûre les deux coachs ont la culture de la gagne. Chacun à ses objectifs et compte bien les atteindre : redevenir l’équipe bourreau et sensation en LDC pour l’un et étendre son règne jusque-là impérial pour l’autre. Evidemment le premier empiète sur le deuxième et vis-versa, c’est pourquoi tout semble réuni pour assister à un grand match de ballon rond. D’autant plus lorsque l’on connait la facilité qu’ont ces joueurs à se sublimer lors des grands rendez-vous et l’atmosphère qu’il peut y avoir à Anfield les soirs de LDC. Qui sortira de ce choc en grand vainqueur et rêvera encore du titre européen?

L’Atletico a semé le doute chez les Reds

Invaincu depuis le début de la saison jusqu’alors, Liverpool est tombé violemment au Metropolitano. Les hommes de Klopp ont été impuissants et bridés par ceux du Cholo, mettant ainsi en lumière toutes les difficultés qu’ont les Reds face aux blocs bas. Pas forcément habitués à ce genre d’animation aussi compacte et tellement bien exécutée, Klopp et ses joueurs n’ont pas su comment résoudre ce casse tête offensif. Ils ont manqué d’idées, de mouvements des intérieurs pour se sortir des deux lignes de quatre hermétiques et ainsi trouver des relais, mais aussi de justesse technique dans les transmissions ou les centres, qui sont pourtant une arme destructrice avec Alexander Arnold ou Robertson.

Reculés mais jamais acculés, les Rojiblancos ont su contenir avec sang froid cette équipe qui pourtant paraissait imprenable pour ensuite faire mal sur les transitions et déstabiliser une formation ayant amené le surnombre dans sa moitié de terrain. Prenant même confiance après une entame de folie, les Colchoneros ont par séquence exercés un fort pressing permettant de récupérer un bon nombre de ballons sur un Fabinho pas encore au top depuis son retour de blessure et malheureux sur le but rojiblanco. L’addition aurait même pu être plus lourde si Morata n’avait pas loupé sa reprise, seul dans les seize mètres, en fin de match.

Après la rencontre, on a senti une équipe de Liverpool énervée mais cet énervement s’est vite transformé en fragilité et le retour à la réalité après cette période exceptionnelle semble compliqué pour les Reds. Une élimination en FA Cup face à Chelsea, une très lourde défaite en championnat face à Watford (3-0) et des victoires accrochées face à Bournemouth et West Ham. Outre les mauvais résultats et la perte d’invincibilité en championnat c’est surtout la manière dont joue Liverpool qui inquiète.

L’équipe semble totalement friable sur les duels, vraiment faible et prenable en contre avec une charnière étonnamment désorganisée et n’est que trop peu inspirée au milieu. C’est comme si les joueurs avaient perdu leurs repères et leurs automatismes alors que tout semblait bien huilé avant cette défaite. Aussi, le onze avec lequel Liverpool va se présenter mercredi face aux Rojiblancos interroge puisque Klopp doit composer avec plusieurs blessés. Alisson, Henderson et Robertson sont tous des éléments importants dans le dispositif Klopp et pourraient manquer le match retour. Malgré tout, Liverpool reste invaincu a domicile cette saison et Anfield est un élément majeur de la réussite des Reds en championnat ainsi qu’en LDC.

L’Atletico a changé de visage

Déjà face à Valence quelques jours plus tôt, on avait senti une différence dans les intentions des Colchoneros et le match face à Liverpool n’était que la confirmation de ce déclic. Les Rojiblancos se sont comme revigorés après un gros passage à vide début 2020, où les idées dans la tête de Simeone se contredisaient. Maintenant, tout semble plus simple et la volonté de jeu se dessine plus clairement sur le terrain. Même en ayant un effectif totalement décimé par les blessures, les Madrilènes ont déjoué les pronostiques en battant les Reds et le tout en relançant des éternelles désillusions comme Thomas Lemar ou Vitolo.

Organisés, appliqués et solides, les hommes du Cholo ont réussi à souder des liens forts en ces temps difficiles pour le club. Ce n’est certes que le début de la nouvelle histoire avec ce collectif mais la suite se doit d’être aussi belle. Et ils l’ont bien compris puisque l’équipe surfe actuellement sur cette vague de positivité et de progrès. Désormais, l’Atletico revient en force avec énormément de rythme dès l’entame, du pressing, des phases de possession et une excellente animation des couloirs. Le nouvel élan arrive au moment le plus crucial de la saison et cela se traduit par des résultats positifs avec des victoires face à Villareal (3-1) ou Granada (1-0).

Cette nouvelle dynamique a en plus de cela entraîné le retour de joueur clés sous le feu des projecteurs comme on a pu le voir face à Sevilla ce week-end. Par exemple, Koke est maintenant omniprésent sur chaque construction offensive et amène le liant que cette équipe cherchait depuis si longtemps. Avec sa bonne vision du jeu et ses prises de responsabilités, le capitaine arrive même à faire briller son compère João Felix que l’on ne voyait jusque là que par des éclairs de génie, sans réelle continuité au cours d’un match. Servi entre les lignes, le jeune portugais fait parler sa rapidité d’exécution sur ses prises de balle pour se mettre dans le sens du jeu et gagner des mètres balle au pied pour ensuite servir ses attaquants.

Cholo cherchait son ou ses playmakers, il les a désormais et cela lui facilite grandement la tâche pour mettre en place ce qu’il avait en tête depuis le début de la saison. Malgré tout, l’équipe reste maladroite devant et vendange de nombreuses occasions offertes sur un plateau qui auraient dû finir au fond. A l’instar de Morata, les attaquants ne sont pas en réussite et manquent grandement de confiance, perdant systématiquement ou presque leur face à face avec le gardien adverse. Ce détail qui n’en est pas un (!) doit être impérativement corrigé si les Madrilènes espèrent plier la partie le plus rapidement possible.

Les clés du match : l’entame de match, le jeu intérieur et savoir embrayer

On l’a vu à Madrid, un rythme élevé est la clé pour un début de match parfait, en témoigne le but après quelques minutes de jeu de Saúl. Les Reds ont sans doute retenu la leçon et voudront faire de même pour vite inverser la tendance en inscrivant un but le plus tôt possible et ainsi semer le doute dans les têtes des Colchoneros. D’autant plus que l’équipe du Cholo est toujours frileuse à l’extérieur, comme on a pu le voir face à l’Espanyol (1-1) il y a une semaine. Il semble alors difficile d’imaginer Simeone demander à son équipe de prendre le jeu à son compte, qui plus est en voyant leur avantage au tableau d’affichage. Il faudra donc résister les vingt premières minutes (et tout le match si possible!) avant de vouloir marquer pour sceller le sort de la rencontre. Pour cela, le Cholo peut compter sur Felipe qui ne cesse d’impressionner par son placement et son apport physique mais aussi sur un probable retour de Gimenez suite aux quelques boulettes récentes de Savic. L’Atletico aura donc fort à faire pour tenir face aux assauts d’un Liverpool certes en plein doute mais galvanisé par l’enjeu et toujours aussi bien armé devant.

Cette solidité passera aussi par une (très) grande performance du double pivot madrilène pour bloquer l’entre-jeu adverse et donc limiter le jeu intérieur. Le plan serait d’abord de minimiser l’apport de Fabinho en envoyant toujours quelqu’un assez proche de lui pour limiter et couper les lignes de passes du milieu brésilien. Malgré sa baisse de régime, il est toujours l’élément central de chaque phase de possession en régulant le jeu des Reds. Ensuite, il faudra aussi brider les nombreux décrochages de Firmino qui sont les principales rampes de lancement des flèches Salah et Mané. Pour cela, la coordination entre les centraux et probablement Thomas doit être excellente et l’espace entre les deux lignes de quatre doit être minimisé au maximum. Ainsi, aucune chance pour le Brésilien d’aspirer un défenseur et de laisser ouverte une brèche pour ses ailiers entre le central et le latéral. En bloquant l’axe, la seule solution pour Liverpool serait alors les côtés mais la capacité qu’ont les Colchoneros à coulisser indéfiniment devrait permettre de garder la même solidité qu’a l’aller.

Enfin, il faudra profiter de la moindre situation en exploitant le coup à fond, tout en prenant garde de ne pas trop se découvrir derrière. Par exemple, il ne faudra pas hésiter à prendre sa chance de loin, même si elle est infime car le portier des Reds Adrian ne dégage aucune confiance dans ses cages. Aussi, il faudra compter sur la vitesse de Correa pour déstabiliser une charnière de Liverpool qui n’est pas du tout sereine en contre. De plus, comme à l’aller, les coups de pieds arrêtés risquent d’être le détail qui pourrait faire basculer ce match, d’un côté comme de l’autre, notamment avec les joueurs de tête que sont Van Dijk ou Felipe.

XI probable

Atletico

Julien (@TorresismoATM)

Commentaires