LDC / Atletico – Liverpool : Un Diego Simeone entre valeur refuge et volonté de progression le tout sans João Felix

0

Un ogre va se présenter dans un Metropolitano très certainement en feu pour faire face à l’Atletico. Liverpool, déjà assuré presque mathématiquement d’être champion d’Angleterre rêve d’écrire une nouvelle dynastie comme le Real Madrid. De son côté, les Colchoneros sont loin d’être au mieux, le mois de décembre est déjà loin, les blessés sont nombreux et Diego Simeone doit composer avec toujours plus de variables. Ce match, assez déséquilibré sur le papier va permettre de faire s’affronter deux équipes qui aiment vivre dans les transitions. Previa. 

L’Atletico est surement l’équipe la plus importante de la décennie 2010. Véritable ovni footballistique dans une période tournée vers le jeu de possession, elle s’est construite en rupture avec le jeu prôné par Guardiola et a fait un sillage important dans lequel se sont engouffrées de nombreuses formations et entraîneurs. Pourtant alors qu’une nouvelle décennie débute, les Colchoneros doivent se battre pour rester au contact du sommet de la Liga. Dans le même temps, le Kloppisme règne sur l’Europe et fait rêver de nombreux suiveurs du football.

Mais où en est le Cholismo ? 

Porté par une capacité à être très fort dans sa surface puis capable d’amorcer des contrôles aussi létales que sympas à suivre, l’Atleti a remporté deux Europa League et surtout joué deux finales entre 2012 et 2019. Un palmarès consistant mais surtout une continuité nouvelle dans les performances, les Colchoneros sous la houlette de Diego Simeone se sont stabilisés tout en haut de l’échiquier du football européen. Habitué à faire l’ascenseur, le technicien argentin déjà idole lors de son passage de joueur a fédéré une afición de qualité derrière lui. Mettant sur le devant de la scène des joueurs de devoir capable de matérialiser un football fait de souffrances mais aussi porté vers la cage adversaire dés que possible.

Cependant, au fil des années, ce groupe composé de Thiago, Gabi, Arda Turan, Felipe Luis ou encore Godin s’est décomposé, et l’histoire commune qui a permis à ce noyau de se sublimer dans les grands rendez-vous a disparu. Dans le même temps, l’aura de l’Atletico a progressé et le club est devenu de plus en plus désirable pour de nombreux joueurs. L’arrivé de footballeurs comme Thomas Lemar, Kieran Trippier, Alvaro Morata, João Felix ou encore Felipe le montre bien. Ces footballeurs différents, arrivent avec des qualités assez éloignées de ce que pouvait produire le canal historique du Cholismo, pourtant l’évolution du jeu est peu perceptible dans la durée.

L’idée que l’Atletico est une équipe essentiellement défensive est fausse ou en tout cas un raccourci trop facile. Dans le football, pour gagner il faut marquer, pour marquer il faut attaquer et l’Atletico a gagné de nombreux matchs depuis l’arrivée de Diego Simeone sur le banc. Cependant, ce qui est vrai c’est que le jeu originel qui a permis aux Colchoneros de se réveiller doit composer avec un football différent. Les équipes savent maintenant vivre sans et avec le ballon tout en étant en capacité d’imprimer un pressing de qualité. Dés lors, chaque été, l’Atleti arrive des intentions nouvelles, essaye de vivre avec le ballon, de mettre en place des séquences de possession intéressante. Cependant, les résultats ne sont pas aussi bons qu’attendus, et dés que le froid pointe le bout de son nez, El Cholo ressort son football historique, comme l’or redevient la valeur refuge des investisseurs en temps de crise.

Pourtant à chaque fois qu’il réapparaît, le même constant est fait. L’équipe n’est plus en capacité de se magnifier dans ce style, les joueurs doivent même porter un fardeau conséquent et peuvent sombrer, à l’image d’un Thomas Lemar qui n’a jamais réussi à s’affirmer depuis son arrivé dans l’autre club de Madrid. Actuellement par exemple, l’Atleti qui doit composer avec des blessures importantes est revenu à une expression collective fidèle au Cholismo originel. Sur le terrain, les prestations sont souvent moyennes, l’équipe a remporté simplement deux matchs depuis janvier et surtout, un seul en Liga. L’équipe encaisse maintenant même des buts sur coup de pied arrêté, la force du club il y a encore quelques saisons. À l’aube d’affronter Liverpool, les inquiétudes sont grandes dans les travées du Metropolitano et Diego Simeone compte un groupe très réduit de joueurs aptes à jouer.

Quelques motifs d’espoirs 

Tout n’est pas que morosité du côté du Metropolitano. Alors que le Vicente Calderon continue de disparaître pour faire de la place à une route, l’Atleti tente de trouver de nouvelles têtes pour incarner son football. Alvaro Morata est actuellement le leader offensif, prenant la place de Griezmann avec des qualités bien différentes du Français. L’ancien du Real Madrid, pas le plus à l’aise pour conclure en ce moment sait se rendre utile et faire vivre le ballon. La capacité de mouvement d’Angel Correa fait aussi du bien. L’Argentin n’a pas vraiment de point fort mais son jeu très brouillon mais tonique résout beaucoup de problèmes.

Actuellement, la blessure et le niveau de Joao Felix inquiète, tout comme l’état physique de Trippier, Gimenez ou encore Diego Costa. Cependant, Koke est bien plus protagoniste en ce moment. Inspiré il fait gagner de nombreux mètres et sa figure fait du bien. De l’autre côté, l’émergence nouvelle de Marcos Llorente, bien plus intéressant que lors du début de saison, il libère directement Thomas Partey. Le Ghanéen retrouve un rôle bien plus prépondérant proche de la surface, là où il sait être impactant après avoir rendu des services notables pour ressortir le cuir. Sans être rassurant, Diego Simeone retrouve quelques joueurs proche de leur meilleure niveau à un moment charnière de la saison.

Un onze avec peu d’alternatives possibles 

Morata ménagé face à Valence devrait retrouver le onze, il est le seul buteur disponible actuellement. À ses côté un Angel Correa dans un bon tempo peut faire quelques dégâts. Saul est attendu en latéral droit, tout d’abord parce que Lodi ne semble pas au mieux et ensuite parce que sa qualité technique et sa vision du jeu peut être salutaire face au pressing de Liverpool. Le banc devrait encore faire de la place à quelques jeunes, les joueurs pleinement aptes ne sont pas légions du côté de l’Atletico en ce moment.

Atletico

Benjamin Chahine 

@BenjaminB_13

Commentaires