Valencia CF : sans Garay ni Gabriel, quelle charnière contre l’Atalanta ?

0

La tuile. Contre le Celta de Vigo, Ezequiel Garay s’est rompu les ligaments croisés du genou et sera absent pour au moins 6 mois. Déjà privé de Gabriel Paulista, suspendu, le Valencia CF doit se trouver une nouvelle charnière en urgence, 2 semaines seulement avant d’affronter l’armada offensive de l’Atalanta. Albert Celades et son staff sont face à un défi de taille au moment où se profile un enchaînement de matches cruciaux pour les Blanquinegros. 

Il n’y a jamais de meilleur moment pour une blessure longue durée d’un cadre mais celui « choisi » par Ezequiel Garay pour se rompre les ligaments croisés du genou est le pire de tous. Le mercato d’hiver a fermé ses portes et l’UEFA n’accepte pas de dérogations pour l’inscription d’un nouveau joueur sur la liste des qualifiés pour disputer les 1/8 de finale de la Ligue des Champions. Le Valencia CF se retrouve donc avec seulement 3 centraux de métier dans son effectif.

Les Murciélagos peuvent recruter en Liga grâce à une dérogation qui accorder un joker médical. Sidnei du Betis serait sur la short-list mais c’est Jorge Sáenz, actuellement prêté au Celta, qui pourrait prochainement faire son retour, à condition que les deux clubs trouvent un accord financier, les Galiciens réclamant une indemnité de 3M€. En revanche, il faut trouver une solution en Ligue des Champions pour le match aller contre l’Atalanta. Car, difficulté supplémentaire, Gabriel Paulista est suspendu après un carton rouge reçu contre l’Ajax. Autrement dit, Albert Celades n’a qu’une solution en charnière : associer les Français Mouctar Diakhaby-Eliaquim Mangala. A moins que…

Solution 1 : 4-4-2 avec Diakhaby-Mangala

Sans Garay ni Gabriel, le rôle de leader de la défense centrale che est dévolu à Mouctar Diakhaby. L’ancien Lyonnais est le 3e central de l’équipe et joue régulièrement, sans toutefois être un titulaire en puissance. Depuis son arrivée en 2018, il a progressé dans son placement, même s’il donne quelques sueurs froides, notamment dans ses relances. Certes, il apporte moins de garanties que le duo sud-américain mais il est fiable malgré tout. Cette « promotion » pour un match crucial doit également démontrer qu’il a un mental en béton armé, l’Atalanta étant une équipe ultra-offensive et létale.

La probabilité la plus importante est qu’il soit associé à Mangala. International, l’ancien Portiste connaît l’ambiance de ce genre de match et le niveau requis. Cependant, deux problèmes se présentent à lui : il a très peu joué cette saison et il n’a guère la confiance de Celades. Son temps de jeu se résume à peau de chagrin : 3 titularisations (contre le Betis et Villarreal les 23 et 30 novembre 2019 en Liga, contre Logroño le 22 janvier 2020 en Copa) et quelques minutes contre l’Ajax après l’exclusion de Gabriel. Récupéré sur demande expresse de Peter Lim après un passage d’une saison en 2016-2017, Mangala a mis de nombreuses semaines pour devenir opérationnel. Avec à peine 271 minutes disputées jusqu’à présent, a-t-il le temps pour trouver le rythme ? Car hormis une titularisation en quart de finale de la Copa contre Granada ce mardi soir (21h), difficile de le voir sur le terrain en Liga contre Getafe et l’Atlético de Madrid où la charnière Gabriel-Diakhaby devrait être alignée logiquement.

Solution 2 : 4-4-2 avec Diakhaby-Coquelin

Francis Coquelin est l’homme à tout (très bien) faire chez les Blanquinegros. L’ex-Gunner peut dépanner dans l’axe et composer avec Diakhaby une charnière expérimentale mais peut-être plus sûre qu’avec Mangala, notamment en ce qui concerne l’anticipation et la qualité de relance. Cette possibilité se heurte à deux écueils. Le premier est le manque de temps. Comme pour essayer Mangala, il n’y a guère que le match contre Granada pour le faire. Ensuite, cela priverait le VCF de Coquelin au milieu. Certes, Geoffrey Kondogbia peut parfaitement substituer Coquelin à côté de Dani Parejo mais vu l’état de forme de « Sisco », Celades prendra-t-il se risque ?

Solution 3 : 4-4-2 avec Diakhaby-Guillamón ou Diakhaby-Jiménez

C’est la probabilité la plus faible et le pourcentage est même infinitésimal. Champion d’Europe avec la Rojita, Hugo Guillamón n’a pas été prolongé par le club et est d’ores et déjà libre de s’engager où il le désire, son contrat prenant fin le 30 juin prochain. Il n’a jamais joué avec l’équipe A, pas même lors de la pré-saison. Les circonstances pourraient le propulser dans le groupe mais pour le voir titulaire contre l’Atalanta, il faudrait un miracle.

La donne est quasiment la même pour Javi Jiménez. « Jotamendi » comme il fut surnommé avant sa grave blessure au genou a disputé n’a que 118 minutes lors de la pré-saison. C’est toujours plus que Guillamón mais insuffisant pour l’imaginer dans le XI à San Siro. Mais peut-être suffisant pour faire le déplacement.

Solution 4 : 5-3-2

La grosse cote. Et si le Valencia CF se présentait contre l’Atalanta avec un système inédit et une composition disposée en 5-3-2 ? A priori, c’est impossible mais l’arrivée d’Alessandro Florenzi pourrait rebattre les cartes et l’installer dans un poste de 3e central avec Jaume Costa axe gauche et Diakhaby au centre. Sur le papier c’est n’importe quoi et ça ressemble à une mission suicide.

François Miguel Boudet

Commentaires