Atletico – Cantera : Riquelme, Mollejo, Borja Garces, seront-ils le futur ?

0
Rodrigo Riquelme - Crédits : Iconsport

A l’instar du Barça avec Ansu Fati ou Riqui Puig et du Real Madrid avec Martin Odegaard ou Fede Valverde, l’Atleti a aussi une académie qui regorge de talents capables d’intégrer l’équipe première pour montrer l’étendu de leur talent. Ces jeunes pousses ont en plus l’avantage de bénéficier d’un effectif pas très fourni pour grappiller du temps de jeu avec les pros ou partent en prêt pour s’aguerrir et revenir plus fort à Madrid. Compte rendu sur les futurs Rojiblancos qui brilleront certainement sur les pelouses de Liga.

Roro Riquelme (19 ans)

Rodrigo « Roro » Riquelme est un vrai joyau de l’équipe B. Arrivé à l’académie de l’Atletico dès le plus jeune âge, il a réussi à se faire une place dans l’équipe B en démontrant très rapidement des qualités techniques supérieures à la moyenne. A tel point que Cholo Simeone est tombé sous le charme de son profil et l’appelle régulièrement depuis la fin de saison dernière avec l’équipe première. Le technicien argentin l’a d’ailleurs lancé dans le grand bain en ce début d’exercice 2019/2020 dans un match très disputé face à Eibar au Metropolitano (3-2), le faisant goûter à l’indescriptible saveur de la victoire et du travail accompli. Avec une allure capillaire semblable à celle de son idole Griezmann, Riquelme est un petit profil très habile avec le ballon qui possède des petits appuis toniques, lui permettant d’avoir une très bonne conservation du ballon.

Il allie à cela une très bonne vision du jeu et une intelligence remarquable pour distribuer des ballons exploitables pour ses coéquipiers. A l’image de sa passé décisive pour Marcos Llorente en pré-saison face au MLS All-Star (0-3), le jeune espagnol voit tout sur le terrain et sent particulièrement bien le jeu. En clair, Riquelme incarne le profil si rare et recherché du numéro 10 actuel. Il est tout simplement une pièce maîtresse de l’Atleti B et ses coéquipiers l’ont bien compris puisqu’ils s’appuient sans cesse sur lui pour trouver la faille dans des défenses compactes. Mais Riquelme sait aussi prendre ses responsabilités et être décisif dans les moments clés d’un match, en témoigne ses statistiques particulièrement soignées : 5 buts et 2 assits en 16 matchs.

Borja Garcés (20 ans)

Borja Garcés est l’une des sensations de l’année 2019. Le jeune buteur espagnol a connu plusieurs entrées en jeu en championnat avec l’équipe A et sa première fois face à Eibar a été couronnée par un but évitant la défaite a son équipe. Ovationné par le Metropolitano et très vite adopté par l’ensemble du staff et des supporters, il avait tout pour explosé aux yeux du grand public. Une très bonne finition, une belle pointe de vitesse, des déplacements intelligents et un bon placement dans la surface pour toujours se retrouver dans des situations propices. A tel point que Borja Garcés a pu être comparé à l’un de ses modèles, Fernando Torres.

Borja Garces -Crédits : Icon Sport

Oui mais voilà, on le sait, la carrière d’un joueur est semée d’obstacles et lui n’y fait pas exception. Blessé en fin de saison, le verdict tombe : ligaments croisés du genou gauche. Résultat? 9 mois de convalescence et de dur travail pour revenir à son top niveau. De retour avec l’équipe B en cette fin d’année 2019, il inscrit un but libérateur et fond en larmes tant le combat fût rude. Très rapidement, on peut voir que Borja Garcés n’a rien perdu de ses qualités de buteur. De plus, sa rage et son dévouement pour réussir absolument tout ce qu’il entreprend (que ce soit dans le jeu ou à l’infirmerie pour revenir sur les terrains) en font assurément un futur grand. On espère de tout cœur qu’il continuera à embrasser ce magnifique escudo avec tant d’amour lorsqu’il plantera pour l’équipe A.

Nehuén Perez (19 ans)

A l’image de la nouvelle politique sportive de l’Atletico, à savoir recruter des jeunes talents pour espérer réaliser une belle plus-value, Nehuén Perez est arrivé en Europe à seulement 18 ans pour prendre la relève d’un lourd héritage défensif à l’Atletico. Largement comparable au transfert de « Josema » Gimenez, le défenseur central argentin vient pour assurer la relève d’ici deux à trois ans, certainement pas avant. Issu du centre de formation de l’Argentinos Juniors, Nehuén Perez a le profil du défenseur moderne, très bon balle au pied mais pas forcément dur sur l’homme au duel. Il excelle à la première relance pour servir les milieux en mouvement et son placement plus que correct l’aide à récupérer quelques précieux ballons en phase défensive.

Cependant, malgré son mètre quatre vingt-six, il ne gagne pas beaucoup de duels aériens de la tête. Nehuén Perez évolue actuellement en prêt au Portugal à Famalicao, où il obtient énormément de temps de jeu dans un championnat assez hétérogène et où il peut donc se confronter à de gros morceaux comme Porto ou Benfica. Cette première expérience pleine dans un grand championnat vient compléter une expérience internationale avec la sélection argentine U20 où il porte le brassard de capitaine, gage de satisfaction et témoignage de son importance au sein du vestiaire. A l’avenir, l’Atletico disposera donc de profils variables dans l’axe de la défense avec des jeunes joueurs comme Hermoso et Nehuén, habiles le ballon dans les pieds, et des centraux plus rugueux et incisifs au duel comme Giménez et Felipe.

Germán Valera (17 ans)

Voici l’élément le plus jeune de cette liste et donc le moins connu du grand public mais certainement l’un des plus gros cracks de l’académie. Tout juste arrivé de Villareal cet été, Germán Valera est déjà un élément très prometteur de l’équipe B. Il a évolué plusieurs matchs au poste de buteur pour pallier à l’absence de Borja Garcés et pour suppléer Dario Poveda mais sa position préférentielle est bien attaquant droit. Déjà capitaine des U17 espagnols et en avance sur tous les jeunes de sa catégorie, Germán Valera continue de progresser à une vitesse folle. Sans pour autant brûler les étapes, l’attaquant espagnol est plusieurs fois convoqué avec l’équipe première pour finalement obtenir quelques minutes en fin de match face à Levante.

Pas assez pour juger son niveau certes, mais les qualités qui sont les siennes et qu’il démontre chaque week-end en Segunda B ne laissent qu’entrevoir du positif sur la suite des évènements. Redoutable pour attaquer les espaces et prendre la profondeur, Germán Valera crée de nombreuses brèches dans le dos de la défense adverse grâce à sa vitesse et sa tonicité pour obtenir des situations de face à face avec le gardien ou des bonnes situations de centre en retrait pour ses coéquipiers. L’attaquant espagnol adore par dessus tout les courses obliques de l’extérieur pour finalement repiquer dans l’axe en utilisant quelques gestes techniques bien sentis, et c’est bien là que la magie opère. Clairement létal devant le but et doté d’une qualité de frappe certaine, Germán Valera conclue très souvent ses occasions par un but. Evidemment, il n’a pas encore le physique qui suit (170 cm pour 65kg) pour pleinement exister face à une paire de centraux et explose donc quelque fois à l’impact, malgré un gros travail de musculation et de prise de masse.

Javi Montero (21 ans)

Probablement le plus expérimenté de cette liste mais pas forcément le plus talentueux, Javi Montero est un défenseur central (qui évolue quelque fois latéral gauche) particulièrement bon au duel. Avec plus de 36 matchs en pro dont 19 à l’Atletico de Madrid, on aperçoit rapidement qu’il possède un physique impressionnant, un bon jeu de tête et une qualité d’anticipation plutôt bonne pour stabiliser tout un bloc en phase défensive. Il excelle pour stopper les offensives adverses et pour récupérer un grand nombre de ballons dangereux, en n’hésitant pas à donner de sa personne pour y arriver. Prêté pour une saison au Depor avec son compère Mollejo, « el man de gafas » joue énormément de rencontres et confirme toutes ses qualités pour être un vrai roc et pilier défensif.

Cependant, et on le voit encore plus dans son club actuel sans fond de jeu bien défini où la construction est difficile, il n’arrive pas à utiliser le ballon à bon escient. Parfois brouillon, peut être pas encore sûr de lui, Montero perd souvent des ballons à la relance qui peuvent mettre en danger son équipe. Il est donc à l’heure actuelle encore difficile de compter sur lui pour effectuer la première relance et ainsi délester de cette tâche les milieux de terrain. Il reste malgré tout un élément intéressant dans un effectif et arrivera peut être à obtenir une place privilégiée dans la rotation de Cholo en tant que quatrième défenseur, malgré la concurrence grandissante avec Nehuén Perez.

Victor Mollejo – Crédits : Icon Sport

Victor Mollejo (19 ans)

L’offensif espagnol est déjà bien connu des suiveurs assidus de Segunda B, Segunda et de Liga. Arrivé au club à 13 ans, il a fait le bonheur de l’équipe réserve pendant un peu plus d’un an avant de connaître sa première apparition en Liga face à Huesca (3-0) à seulement 17 ans. Désormais, Victor Mollejo s’aguerrit (lui aussi) en prêt au Depor et devient au fil de la saison un élément essentiel de l’équipe pour subsister dans une situation particulièrement difficile. Comme pour Garcés, c’est un jeune joueur qui surprend par sa force mentale. Sa maturité s’est fait ressentir dans les moments catastrophiques qu’à traversé le Depor lors du premier tour.

Il évolue préférentiellement en tant qu’ailier droit (ou gauche) mais peut aussi dépanner en tant que milieu offensif. Lorsqu’il joue sur le côté droit il utilise toute sa technique et sa vivacité pour surprendre son adversaire en faisant des différences en un contre un. En tant que faux pied, il utilise beaucoup les espaces créés pour se recentrer et armer de son pied gauche, pied avec lequel il possède une frappe très puissante. Quand il est aligné en soutien des attaquants, c’est encore un peu (trop) brouillon et parfois un peu trop soliste pour produire quelque chose de bénéfique pour son équipe. Il a tendance à ne pas assez lever la tête et à en vouloir faire des tonnes balle au pied, c’est bien là l’un de ses axes de progression pour à terme parfaitement se fondre dans un collectif. Pour le reste, l’optimisme règne et il est effectivement promis à un bel avenir aux vues de ses qualités intrinsèques au dessus de la moyenne.

Julien (@TorresismoATM)

Commentaires