Liga – Des ex du Real Madrid et du Barça, Jordi Alba et Casemiro : El once de Furialiga (J20)

0

Le rythme du championnat est toujours coupé par la Copa del Rey mais cela ne bride pas la qualité des confrontations. Pour cette 20e journée de Liga, quelques surprises mais surtout un duo qui continue de coller au basque en tête du classement. Retour sur les prestations qui ont été remarquées ce week-end avec notre onze disposé en 532.

Jordi Masip (Valladolid) : Gardien petit par la taille mais grand par le talent, l’ex du Barça se fait une place sur le tard en Liga avec Valladolid. Excellent avec ses pieds et décisif avec ses poings, Jordi a encore livré une prestation aboutie face à Osasuna pour permettre à son équipe de ramener un bon point de Navarre. Bien protégé par la défense à 5 devant lui, il a été très propre sur chacune de ses interventions. Un gardien vraiment rassurant pour ses coéquipiers même dans les situations les plus compliquées.

Esteban Burgos (Eibar) : Rarement protagoniste depuis son arrivée cet été à Eibar, Esteban a profité des blessures pour émerger dans le onze de Mendilibar. Face à l’Atleti, le central ne s’est pas dégonflé et a même ouvert le score très tôt dans la partie. Ensuite une excellente science des développements et une volonté de couper très tôt les actions ont vraiment permis à Eibar de respirer.

Militao (Real Madrid) : Le nouvel arrivant estival profite des absences pour se montrer quand on fait appel à lui. Sa très bonne lecture des trajectoires, sa tonicité et sa capacité à défendre debout même dans des situations compliquées sont rassurantes pour une équipe qui n’est pas infaillible derrière. Face à Seville, le Brésilien a failli se faire prendre comme un bleu sur corner mais la VAR l’a sauvé. Ensuite ? Une excellente prestation pour un central qui en impose.

Laguardia (Alaves) : Orphelin de Maripan, le central a tantôt été un roc insondable tantôt dépassé par les événements comme son équipe. Solide, il a été parfait pour contenir Levante qui n’a pas été très inspiré encore une fois. Alaves a accroché une belle victoire à l’extérieur et continue de croire en son maintien.

Jordi Alba (FC Barcelona) : Pas le plus à l’aise sur attaque placée, Jordi a pourtant livré un excellent match lors de la première de Quique Setien avec le Barça. Touchant près de 100 ballons, disponible mais aussi inspiré pour chercher un coéquipier en profondeur, il a pu se placer haut et ainsi faire parler sa vitesse. De plus il n’a pas abusé de sa relation avec Messi et a livré un vrai match encourageant. Sans pour autant être au top, Jordi montre qu’il en a encore sous la semelle.

Emerson (Real Betis) : Arrivé dans un imbroglio pas croyable au Betis l’hiver dernier, le Brésilien a attendu son heure sous Setien et prend son envol sous Rubi. En tant que piston, le latéral peut faire parler toutes ses qualités offensives pour permettre aux Andalous de gagner de précieux mètres. Toujours disponible, rapide et bon avec ses pieds, Emerson impressionne cette saison. Toujours plus ou moins proche du Barça, le Brésilien va finir par devenir un candidat crédible pour un déménagement en Catalogne.

Salva Sevilla (Mallorca) : Dans une très mauvaise période, Mallorca se devait de réagir et de commencer 2020 de la meilleure des façons. Opposés à Valence à la maison, les insulaires ont très vite pris le dessus sur une équipe sans idée ni projet. Une victoire 4-1 et une masterclass pour le vétéran Salva Sevilla, vital au milieu et dans tous les bons coups. Mallorca se donne de l’air et continue de croire au miracle.

Casemiro (Real Madrid) : Sans Valverde, le Brésilien savait que son rôle allait être déterminant à la récupération et surtout en terme de proposition offensive. Après un premier acte timide, à l’image de son équipe, la sentinelle a été déterminante en seconde. Double buteur deux fois sur du dépassement de fonction et des courses vers la surface, il a parfaitement rempli l’absence de Valverde et répondu à un manque de son équipe. Casemiro est l’un des meilleurs milieux de Liga actuellement.

Sergio Canales (Betis) : Il est éternel, face à la Real Sociedad il a en plus été magnifique. Ses retrouvailles avec son ancien club ont été festives, tant le milieu a rayonné sur les débuts. Son association avec Aleña a déjà montré des choses intéressantes, les deux ont tout pour fonctionner et faire fonctionner le 541 de Rubi. Pour l’instant, Canales est sans contestation l’un des tauliers du Betis.

Raul De Tomas (Espanyol) : Son départ au Portugal était une frustration pour beaucoup, son retour en Liga, quelques mois plus tard en échange d’un très gros chèque lui a mis beaucoup de pression sur les épaules. Sauf que « RDT » comme il aime se faire appeler est un joueur différent. Comme face au Rayo, il est l’un des seuls à pouvoir marquer à Barcelone, et encore une fois, il le fait sans sourciller. Buteur de la tête pour son premier match de Liga, l’ex du Real Madrid est déjà adopté par une Aficion qui place tous ses espoirs en lui pour le maintien.

Budimir (Mallorca) : Lui aussi est le seul buteur d’un candidat au maintien, avec un CV moins flatteur que celui de RDT, Budimir apporte pourtant pleinement satisfaction. Double buteur face à Valence, l’ex du championnat italien se rapproche de la barre fatidique des 10 buts et permet à Mallorca de croire en son maintien. Pas le plus élégant, il est pourtant terriblement efficace et après avoir déjà marqué contre le Barça, s’offre une nouvelle proie de prestige.

Commentaires