Liga / Eibar – Atletico Madrid : Un déplacement périlleux et un sacré test

0

Défait de la coupe en carton organisée par la fédération pour débuter 2020, l’Atleti enchaîne cette déconvenue par un déplacement tout sauf simple à Ipurua. Eibar n’est plus une excellente équipe mais elle peut encore faire des coups. Les Basques ont même montré une sacré force de caractère en disposant de Granada pour le dernier match à domicile de 2019. Pour ce premier match de championnat de l’année, Basques et Madrilènes doivent débuter de bons pieds, les premiers pour croire au maintien, les autres pour espérer se battre pour le titre. Previa. 

Se déplacer à Ipurua n’est jamais une partie de plaisir. L’Atleti n’a pourtant jamais perdu de points dans l’antre des basques depuis début 2000, des victoires rarement faciles, les deux dernières ont été acquises sur la plus petite des marges. En début de saison, Eibar a même fait transpiré durant de longues minutes les hommes de Cholo en menant très rapidement 2-0 au Wanda. Les Madrilènes ont vécu une première partie de saison compliquée, quand les Basques naviguent à peine au dessus de la zone rouge. Ce match, entre deux équipes très éloignées au classement n’est pourtant pas aussi déséquilibré qu’il n’y parait.

Eibar joue à se faire peur 

Attraction des saisons dernières, Eibar n’a pas vécu de bouleversement cet été, mais le niveau du club a grandement baissé. La perte de Joan Jordan est difficilement remplaçable tant le milieu était le centre de tout dans le projet de jeu mis en place par Mendilibar. Le technicien doit composer avec un effectif toujours plus expérimenté, ce qui n’est pas le mieux quand on base tout sur un pressing constant et cohérent. Eibar joue comme il sait le faire, mais l’équipe a des manques plus visibles et moins de forces que les saisons dernières. L’absence d’Orellana a été aussi très préjudiciable à l’équipe, tout comme la petite forme de Sergi Enrich devant.

Cependant, il en faut plus pour faire abdiquer des Basques qui savent la chance qu’ils ont d’être là. Ipurua est toujours plein, Eibar joue son jeu, à chaque fois et ne se renie jamais. Une posture folle dans un football qui ne juge que par les résultats immédiats, mais ici, on sait ce que ce style a apporté et est devenu maintenant une fierté pour beaucoup. Eibar est reconnaissable parmi toutes les équipes de Liga. Surtout que cet hiver, Mendilibar a vu arrivé Cristoforo, un milieu qui a connu une philosophie proche à Getafe la saison dernière. Ici, on va encore essayer de s’offrir le scalp d’un gros, Eibar ne s’avoue jamais vaincu avant le coup de sifflet final.

Un Atletico plus consistant qu’il n’y parait 

Auteur d’un début de saison remarqué à défaut d’être remarquable, l’Atleti était prédestiné à taper fort cette saison. La perte de Griezmann étant compensé par l’investissement massif sur un Joao Felix très jeune mais parfait pour prendre la suite du Français. La blessure de Diego Costa puis du Portugais a mis un coup important à la dynamique des Rojiblancos. Manquant d’allant, obligé de relancer les éternelles déceptions que sont Angel Correa et Thomas Lemar, Simeone a surtout bricolé à défaut de tenter d’établir une continuité. Plutôt que de vouloir installer des joueurs sur les ailes, l’Argentin offrait une place dans onze au plus en forme, en tournant régulièrement.

A côté de ça, l’Argentin a des certitudes dans d’autres secteurs de jeu. Derrière notamment, Trippier et Renan Lodi ont montré des choses intéressantes sans pour autant réussir à s’affirmer comme des pointures. Felipe est devenu un indiscutable ou presque au vu de son rendement et de la longue blessure de Gimenez qui a repris qu’en début d’année. Au milieu, Thomas Partey est toujours aussi important. Devant en revanche, il est beaucoup plus compliquer de se projeter et Alvaro Morata ressemble de plus en plus à Julio Salinas. L’ex du Real Madrid rate des immanquables et marque dans des situations très particulières. La présence du club aussi haut au classement et aussi proche de la tête du championnat est une petite surprise tout de même tant l’Atleti a semblé marcher sur un fil et être proche du précipice durant un long moment. Tout n’est pas parfait, mais les points qui sont pris ne sont plus à prendre.

La clé du match : La réponse de l’Atleti au pressing d’Eibar 

C’est souvent là où un match se gagne et se perd pour Eibar, la capacité de l’adversaire à mettre en échec son pressing pour ensuite s’ouvrir de multiples chemins vers son but. Le Real Madrid avait totalement abandonné le ballon et allongé dés qu’il le pouvait, résultat une victoire assez facile pour les hommes de Zidane. Lors du match aller, l’Atleti a concédé deux buts coup sur coup et a appliqué une technique identique, sans succès. C’est par du jeu intérieur, à terre et dans les petits espaces que les Rojiblancos ont retourné le score. A Ipurua, la force d’Eibar est décuplée. L’Atleti pourra-t-il encore une fois prendre les trois points lors de ce déplacement ? Le rendement de Thomas, Saul et le jeu entre les lignes de Joao Felix seront déterminants pour cela.

Koke et Diego Costa sont absents pour cette rencontre côté Atletico. Lemar est incertain et annoncé sur le départ, Josema Gimenez n’est pas à 100%. Pour Eibar, Paulo Oliveira est absent et des joueurs comme Diop, Arbilla, Escalante ou encore Ramis sont incertains.

Onze probables 

Eibar

Atletico

Benjamin Chahine 

@BenjaminB_13

 

Commentaires