Liga – Un Messi volant, Benzema en grande forme, un ancien marseillais et Odegaard : El once de la mi-saison

0

Petite trève en Liga pour permettre à la fédération de se ridiculiser avec une Supercoupe qui est un échec sous tous les points. Après 19 journées de Liga, il est temps d’établir le onze de la phase aller en championnat. Après un vote, la rédaction vous livre ses choix, disposer en 4-3-3 et avec des noms connus et d’autres qui tendent à le devenir.

Aitor Fernandez (Levante) : Arrivé un peu comme une surprise dans ce rôle de titulaire et dernier rempart de Levante, Aitor enchaine pourtant les performances de très haut niveau. Ce qui impressionne le plus ? Son aptitude à être toujours en capacité de faire quelque chose. Très tonique, il bondit et peut réaliser de nombreuses parades coup sur coup. Il est très certainement le portier le plus décisif de Liga sur cette première ronde, Levante dispose ainsi d’un excellent portier.

Sergio Reguilon (Sevilla) : Attendu depuis sa très bonne prise de pouvoir lors du passage de Santiago Solari sur le banc du Real Madrid, Sergio Reguilon a du plier bagage avec l’arrivée de Ferland Mendy à Madrid. Solide mais surtout intéressant pour générer du danger par des courses brutales, il prend une épaisseur intéressante sous les ordres de Julen Lopetegui. Sans être la tête d’affiche du Sevilla FC, il est clairement une des certitudes qui permettent au club d’avancer avec confiance.

Mohamed Salisu (Valladolid) : La plus grosse surprise de ce onze de mi-saison en Liga, mais le central de Valladolid est pourtant très très intéressant sur cette phase aller. Catapulté titulaire indiscutable avec le départ de Calero pour l’Espanyol, le Ghanéen voit ses qualités être magnifiées par la défense basse mis en place par Sergio Gonzalez. Pour ces premières apparitions à ce niveau, il a impressionné et depuis il s’installe comme l’un des centraux à suivre pour les prochaines saisons. Valladolid a eu du nez en le signant et en lui faisant confiance.

Aridane (Osasuna) : Le cousin de Tahiti Bob a longtemps bourlingué dans les basses divisions espagnoles avant de découvrir la Liga avec Osasuna dans le rôle d’un titulaire quasi indiscutable. Dans le 442 très tonique et verticale mis en place par les Navarrais, la puissance du central mais aussi sa capacité à réaliser d’excellentes ouvertures en font une arme très intéressante. A 30 ans, Aridane a réalisé une excellente phase aller, Osasuna ayant eu de gros soucis lors de son absence pour cause de blessures.

Jesus Navas (Sevilla) : Le vétéran arrivé avec l’étiquette de pré-retraité après avoir roulé sa bosse en Angleterre a retrouvé une seconde jeunesse dans son club formateur. Repositionné en latéral, il a pris une épaisseur considérable dans le jeu imprimé par Lopetegui. L’ancien de City est devenu l’une des armes les plus intéressantes pour passer d’une phase de possession attentiste à une séquence verticale très rapide. Canonisé, Navas est une légende de Seville encore en activité et confirme qu’il en a encore sous la cheville.

Casemiro (Real Madrid) : La sentinelle brésilienne continu d’être l’une des meilleures du pays mais devient encore plus intéressant maintenant qu’il est plus obligé d’agir constamment dans l’urgence. Habitué à jouer au pompier de service et de devoir abattre un travail défensif dingue pour un seul homme, l’ancien de Porto a vu comme une bénédiction l’émergence de Fede Valverde. Associé à un milieu tonique et travail, le brésilien voit son champ d’action se réduire ce qui le rend encore plus impactant à la récupération.

Zambo Anguissa (Villarreal) : Arrivé en fin de mercato, le Camerounais devait se relancer après une expérience négative en Angleterre et l’étiquette d’un joueur moyen en L1. Dans le milieu à trois mis en place par Calleja juste devant Iborra et associé à Santi ou Trigueros, l’ancien Olympien a pris une épaisseur considérable en peu de temps. A l’aise pour gagner des mètres par des courses et des conduccions, AFZA confirme qu’il n’a rien d’une sentinelle mais peut-être un relayeur moderne intéressant. Solide, il est actuellement sans contestation un homme de base de Villarreal.

Martin Odegaard (Real Sociedad) : Beaucoup espéraient le voir se casser les dents, l’étiquette de crack, beaucoup l’ayant eu mais peu ont confirmé par la suite. Martin a pris son mal en patience, a accepté de partir en Eredivisie pour continuer à apprendre, pour gagner ses galons. Ce retour en Espagne, en prêt à la Real Sociedad doit être la dernière marche avant de retourner à Madrid avec un statut et un CV conséquent. Au Pays Basque, le meneur confirme tout son talent. Décisif, il a la possibilité de décider de l’issu d’un match par une inspiration. Central dans le jeu des basques, il a déjà des lignes de statistiques conséquentes.

Leo Messi (FC Barcelona) : Habitué à être présent dans les différents onzes, Leo Messi continue de tenir à bout de bras un Barça en bout de course qui enchaîne les prestations indignes et les démonstrations offensives. Malgré son absence pour blessure, l’Argentin a soif de matchs et de buts. Capable de faire passer un match fermé et pauvre en occasions en 3-0 pour les siens, la Pulga nous enchante et le Barça capitalise au maximum sur lui.

Chimy Avila (Osasuna) : Sa réussite en Navarre ne faisant aucun doute sur le papier, et sur le terrain l’ancien de Huesca est devenu très rapidement le symbole et la coqueluche d’Osasuna, club qu’il a rejoint cet été. Avec 9 buts en 19 matchs, il représente 35% des réalisations des siens. Mieux encore, sa débauche d’énergie, sa capacité à jouer pour deux en font un buteur parfait pour le jeu mis en place par Osasuna. Sa capacité de ne jamais rien lâcher et d’exister seul en font une arme déterminante pour la lutte pour le maintien. Chimy a déjà conquis Pampelune et l’Espagne commence à chavirer.

Karim Benzema (Real Madrid) : 12 buts en 19 journées de Liga, 33% des réalisations du Real et une importance toujours aussi déterminante dans le jeu de la Maison Blanche, KB9 continue de prendre de l’ampleur dans l’histoire récente des Vikingos. Il manque toujours un vrai mangeur de surface pour permettre de valoriser encore plus son apport mais le français est fondamental dans l’organisation offensive voulue par Zidane. Son association brève avec Hazard laisse entrevoir une entente excellente. Benzema est encore et toujours la référence offensive de la maison blanche. Suffisant pour viser le titre en Liga ?

Commentaires