Interview exclusive – Victor Font : « Nous ne pouvons pas nous permettre que Xavi ou Pep Guardiola renforcent la concurrence »

0

Premier candidat déclaré pour prendre la tête du FC Barcelona lors des prochaines élections de 2021, Victor Font souhaite revenir aux fondamentaux pour l’avenir du club. Pour en discuter et dérouler ses idées, l’homme d’affaires a accepté un entretien avec FuriaLiga. Les grandes lignes de son programme, les décisions de la direction actuelle ainsi que les inquiétudes que peuvent provoquer sa candidature, il a accepté de répondre à toutes nos questions, sans détour. Entretien.

Rendez-vous est donné par téléphone pour cette interview, 13h30 la veille de Noël. Après quelques soucis téléphoniques et une brève présentation, l’échange démarre et Victor Font n’écarte aucun sujet, même les plus délicats.

Dans votre programme vous insistez beaucoup sur le retour de l’ADN Barça, pour vous à quel moment le club a commencé à renoncer à cet ADN?  

Victor Font : C’est une bonne question. Strictement parlant nous n’avons jamais renoncé à cet ADN. Tous les présidents du club jusqu’à présent ont toujours dit vouloir rester fidèles à cet ADN et cette philosophie. Je crois que le problème vient des faits de ces dernières années, sous la direction actuelle, où les actes n’ont pas été à 100% en adéquation avec ce qu’il s’est dit. Et le fait de mettre comme chefs de file et aux différentes positions du projet football des personnes qui n’adhèrent pas à cet ADN ou qui n’y croient pas, a provoqué toutes ses incohérences. Ses incohérences font que aujourd’hui bien que les mots restent, la réalité elle, est un peu différente.

Quelles sont donc les solutions pour le retrouver et surtout le garder?

Pour nous en premier lieu, logiquement c’est vouloir préserver, renforcer et maintenir cette idée, cet ADN et cette manière d’appréhender le football. Le principal c’est d’avoir cette volonté. Cette volonté politique doit être réelle et pas seulement exprimée avec des mots. Comment le réaliser ? Pour nous c’est très clair, il faut réunir les personnes qui connaissent le mieux cet ADN pour diriger et les mettre à la base du projet. Il faut qu’ils occupent les places à responsabilité de la direction sportive jusqu’au dernier entraîneur. Toute la structure du projet football doit être entre les mains des personnes qui connaissent le mieux ce modèle. Ce qui ne veut pas dire que nous excluons toute aide extérieure, mais il faut quelqu’un capable d’analyser, de sécuriser, de prendre les bonnes décisions pour mener à bien le projet du club.

Victor Font ouvre le bal, avec Xavi?

Joan Vila, responsable de toute la méthodologie de formation, a justement quitté le club à cause de tous les changements entrepris, non conformes à la philosophie de Cruyff qu’il défend. Son retour au club est-il possible en cas de victoire aux élections? 

Joan Vila est l’exemple d’une personne qui est un très bon connaisseur de ce qu’est le modèle et la philosophie Barça. Et comme vous l’avez si bien dit il ne travaille pas au club et nous pensons qu’il devrait y avoir une fonction. Tout ce qu’il fait est en référence à la formation. Une personne comme lui qui a déjà été un mentor philosophique de grands entraîneurs actifs comme Xavi Hernandez, devrait revenir travailler au club.

Quand on regarde le Real Madrid de Zidane ou la France de Deschamps, est-il possible dans le football moderne de gagner avec les préceptes de Johan Cruyff?

Oui, sans aucun doute. Et nous avons l’exemple avec Guardiola. Pep aujourd’hui est l’héritier le plus représentatif de cette manière de voir le football, cette manière de jouer et je crois que les résultats et les titres de Guardiola, qui est le meilleur entraîneur du monde, parlent d’eux-mêmes.

Xavi Hernandez, un intime à vous, a récemment commencé sa carrière d’entraîneur. Pour revenir avec vous au Barça en 2021?

Oui, Xavi est à présent en train de préparer le processus de formation comme entraîneur. Ça le rendrait très heureux de devenir un coach à succès et ça lui ferait aussi très plaisir d’entraîner le Barça et nous en sommes convaincus. Indépendamment de qui sera président ce que nous essayons de faire c’est que des gens comme Xavi, en dehors du rôle qu’il peut assumer à chaque instant, puissent travailler pour le club dans ce futur projet sportif. Nous ne pouvons pas nous permettre que ce type de talent si unique comme Xavi ou Pep Guardiola renforcent la concurrence. Nous devons réunir les conditions pour que cette équipe de personnes travaille pour le Barça.

La direction actuelle était favorable à une délocalisation d’un match de Liga à Miami. La Supercoupe va se jouer en Arabie Saoudite alors que certains joueurs se sont plaints des trop nombreux voyages en pré-saison. Quel est votre opinion? 

C’est une bonne question. Nous sommes d’accord avec le potentiel de tous ces événements qui participent à faire grandir la marque Barça dans le monde et toutes  ces compétitions qui aident à faire croître le potentiel du Barça, et tout ce qui en découle. Pour nous la priorité est autre, la priorité principale est la partie sportive. Et comme vous le dites si bien, ceci pose des questions sur la logistique. Les voyages n’ont pas un impact aussi important qu’avant sur les joueurs, il est plus facile de se déplacer aujourd’hui, cependant, il y aussi la réalité sportive. Moi par exemple si une proposition de jouer un match du Real Madrid à Miami plutôt qu’à Valence ou Girona arrivait, j’aurais dit non. Parce que pour Madrid ça aurait été plus facile de battre Valence ou Girona à Miami qui réunit beaucoup plus de fans du Real au stade que de le faire dans les enceintes des deux équipes. Il faut s’assurer que ce que nous faisons n’ait pas d’impact sur les joueurs ou que ça ne fausse pas la compétition. Quand est venu la question du match du Barça à Miami personne n’a considéré cet aspect.

parier de manière décomplexée sur un talent qui vient de la maison est une des bases de ce FUTUR PROJET

La direction actuelle se dirige vers des transferts « galactiques » pour obtenir des résultats rapides. Cette solution est-elle la meilleure pour un projet à long terme ou est-elle risquée pour le club à cause de contrats toujours plus élevés?

Ce n’est pas seulement un thème économique c’est aussi un thème sportif. Nous nous croyons que si nous devons avoir du succès à nouveau avec la philosophie Barça, la meilleure manière de faire est qu’un pourcentage représentatif de joueurs de la première équipe viennent de la maison parce que c’est un football de formation où si les chosent sont bien faites, les joueurs apprennent et développent une idée, un style, un ADN. Et donc parier de manière décomplexée sur un talent qui vient de la maison est une des bases de ce projet futur. Cela serait parier sur le football de formation et non pas sur les gros transferts. Ça a pour avantage la compétitivité, la possibilité d’avoir une meilleure équipe, mais aussi l’avantage économique. Par exemple, Coutinho et Dembélé ont été des grands transferts, qui pour l’instant n’ont pas fonctionné.

Sur les jeunes, José Maria Bakero a déclaré en avril 2018 au journal MARCA, qu’à la Masia « 75% des décisions de quitter le club sont provoquées par l’argent ». Quel est votre sentiment?

Non ! Nous ne sommes pas d’accord avec ça. Oui aujourd’hui il y a le rôle des agents de jeunes joueurs ainsi que les clubs qui mettent de plus en plus de budget à l’achat de jeunes et montent les prix, mais nous nous sommes convaincus que si le Barça offre un projet de futur garanti et un projet sportif garantissant des talents maisons, il  aura la capacité de retenir ses jeunes. Ce qui se passe c’est que si la première équipe ne parie pas sur ses talents-là de manière claire, c’est normal que les joueurs qui voient un futur sportif beaucoup plus attractif dans un autre club prennent la décision de partir.

La confiance est importante aussi, on le voit avec Carles Aleñá…

Ça a une grande importance. C’est évident qu’il faut parier sur le talent maison et donner des opportunités mais ces dernières années, il y a eu plus d’opportunités pour des joueurs de l’extérieur qui n’ont rien démontré plutôt que pour nos jeunes.

L’arrivée d’un sponsor maillot avec le projet de naming de l’Espai Barça et le changement d’écusson a provoqué des polémiques, tout comme le renoncement aux lignes traditionnelles sur le maillot de cette année… On a le sentiment d’un Barça qui perd son identité et qui devient « comme les autres »…

Oui, tous ces thèmes affectent la psychologie du club. Notre projet parie de manière ferme que c’est le socio comme propriétaire de l’institution qui doit prendre ce type de décisions et pas la direction dans une salle à huit clos. Toutes ces décisions-là de rénovation de stade, de maillot en partenariat avec Nike qui touchent à la symbolique du Barça, impliquent seulement la direction générale et les socios.


Quel est votre sentiment sur la présence de seulement 11% de socios à la dernière assemblée, désintérêt ou mauvaise organisation? 

Moi je pense que la manière de faire est un peu vieille. Il faut la dépoussiérer. C’est un problème de représentativité. Sur les plus de 4000 communautés de supporteurs, il y en a moins de 1000 qui sont présentes. Il est impératif de reformer l’assemblée des socios.

Cent soixante dix socios à cette assemblée ont rejeté votre proposition du vote électronique alors que 5000 l’ont approuvée lors de la signature de la pétition. On peut considérer cela comme une faille dans le système. Quelles solutions pour faire évoluer le règlement? 

C’est un bon exemple. La proposition que nous avions faite a été votée favorablement à la majorité des présents à l’assemblée (ndrl :60%) Ce qui se passe c’est qu’au niveau du règlement il faut obtenir deux tiers. Et finalement que quelques personnes présentes puissent provoquer un marche arrière pour cette proposition pourtant soutenue par 5000 socios, ça n’a aucun sens.

un ex président comme JOAN LAPORTA doit avoir son rôle (AU BARça)

Une alliance avec Joan Laporta est-elle possible en vue de 2021?

Plus qu’une alliance nous croyons que Joan Laporta a été l’un des grands présidents de ce club et nous sommes convaincus que son expérience et ses relations sont très importantes, et pouvoir les catalyser pour l’institution sur les prochaines années nous parait indispensable. Et donc pour nous, dans la vision du projet que nous essayons d’impulser, un ex président comme lui doit avoir son rôle et doit pouvoir canaliser ce talent et cet héritage pour le bien du club.

Sur les éléments qui peuvent porter préjudice à votre campagne, le soutien de Joan Gaspar, peu populaire chez les socios, peut être mal perçu…

Joan Gaspar est un ex président et a donc été invité à la présentation en janvier dernier comme tous les autres. Joan Laporta n’a pas pu venir et c’est sa sœur qui l’a remplacé. Gaspar a pu venir et est venu, voilà pourquoi il était là à la présentation, mais je le répète je crois que n’importe quel président de l’institution peut apporter son expérience au club. Et ce qui nous intéresse c’est d’essayer que cela soit possible.

Y-a-il la possibilité qu’un jour le Barça soit dirigé par un président propre, sans affaire judiciaire? 

Oui. Mais je crois que cela devrait être dans l’ordre des choses. Ce qui devrait être exceptionnel c’est que des gens qui sont à la tête du club aient des problèmes avec la justice.

Ces dernières années cela a été compliqué…

Oui malheureusement le club a vécu et continue de vivre avec des cas en cours au niveau de la justice. Et je crois que cela affecte et fragilise l’institution.

 

Propos recueillis par Tracy RODRIGO (@tracy_rdg) et traduits par Tracy RODRIGO et Soledad Arque Vazquez (@solearquev)

 

Commentaires