Liga – Un génial Nabil Fekir, un ancien de City, Luis Suarez et le doublé de Varane : El Once de FuriaLiga (J19)

0

Dernière journée de la phase aller de Liga mais aussi première journée de 2020, ce week-end des Rois Mages a été riche en football sur la péninsule ibérique. Certains se sont relancés, d’autres ont confirmé mais surtout beaucoup confirment qu’ils sont dans une bonne passe. Présentation du onze de cette 19e journée de Liga. 

Rui Silva (Granada) : Opposé à Mallorca dans ce duel de promus, les Andalous ont vécu un match particulier entre la domination en première mi-temps et la sueur en seconde. Le portier portugais a livré une excellente performance avec notamment 5 arrêts pour garder sa cage inviolée et assurer la victoire par la plus petite des marge aux siens. Les bons gardiens font des arrêts, les très bons font gagner des points. Rui est en train de s’affirmer dans la seconde catégorie.

Raphael Varane (Real Madrid) : Le Français est souvent jugé trop entreprenant, ou alors pas assez. Certains lui reprochent même de se cacher trop souvent derrière Sergio Ramos. Pourtant de fidèle lieutenant, l’ancien Lensois a enfilé les habits de commandant avec l’absence du légendaire défenseur andalou. Deux coups de casques, pour s’offrir un doublé et sortir la Maison Blanche du bourbier Getafe. Raphael ne fait pas beaucoup de bruit mais continu de montrer qu’il a les épaules pour ce maillot.

Diakhaby (Valence) : Pas encore pleinement titulaire, l’ancien lyonnais a surtout pris l’habitude de rentrer dans les dernières minutes des matchs pour faire le ménage dans la surface. Des entrées souvent particulières mais qui apportent toujours un peu de piment dans les matchs. Titulaire face à Eibar, le central français a livré une performance excellente pour repousser les innombrables centres d’Eibar. Solide, il a vraiment été important pour son équipe. Suffisant pour bousculer la hiérarchie ? Rien n’est moins sur.

Yeray (Athletic) : Pas le plus impactant dans une défense à trois même si il fait le travail, Yeray prend une épaisseur vraiment importante dans cette organisation. Solide, il a encore livré une performance inspirée face à Seville après avoir plus que tenu la baraque pour le dernier match de 2019 face au Real Madrid. L’Athletic se remet à l’endroit, une nouvelle fois, en s’appuyant sur ses forces : l’organisation et la rigueur défensive.

Estupinan (Osasuna) : Latéral assez foufou dans son jeu, Pervis est pourtant parfaitement adapté pour le jeu imprimé par les Navarrais. Capable de multiplier les courses à haute intensité, de réussir des dribbles sous pression ou d’aligner un centre chirurgical, l’Equatorien peut faire étalage de sa palette technique. Bien sûr, il manque encore de rigueur défensive mais il apporte plus que ce qu’il ne coûte à l’Osasuna, on l’a encore vu ce week-end face au Celta Vigo.

Ander Capa (Athletic) : Déjà excellent avec un ailier devant lui, Ander prend une épaisseur nouvelle quand il peut gérer seul son couloir. Surtout que la défense à trois derrière lui permet de se projetter avec plus d’assurance et de sécurité. Buteur face à Seville, il est énorme pour générer du danger dans une équipe plutôt à la peine dans ce secteur. Sa tonicité et sa connaissance des postes offensifs offrent un profil vraiment intéressant aux Leones.

Trigueros (Villarreal) : Dans le trou depuis un moment, le milieu de terrain qui avait disparu des radars fait un retour remarqué sur le terrain. Son émergence ainsi que son rendement coïncide avec la blessure de Santi Cazorla ce qui a permis de palier le manque du magie dans le jeu du Sous-marin jaune. Buteur ce week-end pour égaliser, Trigueros semble de retour au premier plan et son association avec Zambo marche très bien. L’effectif déjà très conséquent de Villarreal a un nouveau joueur à intégrer dans sa rotation.

Marc Roca (Espanyol) : Lui aussi est un peu revenant. En dessous de son niveau depuis moins longtemps que Trigueros, Marc semble mal digérer son non-départ estival. Le marasme de l’Espanyol ne lui a pas permis de montrer la plénitude de son talent et d’accepter de rester encore quelques mois à Barcelone. Face au Barça, c’est une de ses meilleures versions que l’on a vu sur le terrain de Cornella. Ce 4-4-2, pas vraiment taillé pour lui au départ lui a permis de retrouver de bonnes sensations. Et si sa saison était enfin lancée ? L’Espanyol en a vraiment besoin pour espérer se maintenir en Liga.

Nabil Fekir (Betis) : L’ancien Lyonnais gagne en consistance actuellement. Central dans le jeu des Andalous avec Joaquin, il a encore été très inspiré face à Alaves. En plus de générer du danger et de faire mal à la défense basque, il a notamment provoqué un penalty raté par Joaquin. Tonique et surtout disponible, on a revu par fulgurance le Fekir pré-blessure, et ça fait beaucoup de bien.

Enes Unal (Valladolid) : Le Turc alterne trop souvent l’excellente et la déception. Pas toujours le plus impliqué ni le plus valorisé dans le jeu de Valladolid, l’ancien de City n’arrive pas à vraiment confirmer son excellent talent aperçu notamment dans son pays natal. Cependant face à Leganes, il a encore été impliqué, volontaire et surtout il a été l’auteur d’un très bon doublé. Suffisant pour lui offrir de la consistance dans les performances ?

Luis Suarez (Barça) : Souvent un poids dans son équipe quand le ballon est loin de la surface adversaire, Luisito se transforme quand il peut être activé dans les seize mètres. Inspiré dans cette zone, il ressemble à Cristiano Ronaldo et est facilement trouvable et surtout source de danger constant. Cependant, le Barça ne joue pas que pour lui, ce qui en fait une arme décisive mais souvent inoffensive. Buteur et passeur face à l’Espanyol, Luis Suarez continue d’être le seul vrai buteur du club actuellement.

Benjamin Chahine 

@BenjaminB_13

Commentaires