Un ex du Barça, un gardien presque buteur, Coquelin et son niveau sélection, Bardhi encore génial : El Once de Furialiga (J17)

0

Encore un week-end riche en football du côté de la Liga et de l’Espagne. Malgré les performances en demi-teinte du Real et du Barça, le championnat continuer d’avancer à l’aube d’un Clasico attendu par le plus grand nombre. Retour sur les performances individuelles qui ont rythmé le championnat pour le compte de cette 17e journée. 

Thibault Courtois (Real Madrid) : Décrié à son arrivé, autant pour son niveau que pour ses déclarations, le Belge fait depuis profil bas et ses performances sont sereines et rassurantes. En deuxième mi-temps face à Valence, il a été très solide et inspiré. Mieux encore, il a failli égaliser d’une tête rageuse en fin de match qui entraîne finalement le but egalisateur de KB. Une très bonne performance à l’approche du très gros test pour le Real Madrid face au Barça.

Bernardo (Espanyol) : Seul défenseur vraiment à l’aise dans la défense à 3 que veut mettre en place Machin à l’Espanyol, l’ancien de Girona est logiquement le plus rassurant dans l’arrière-garde Pericos. Toujours aussi à l’aise dans les duels et le domaine aérien, il fait vraiment du bien à une équipe qui souffre beaucoup. Face au Betis, pas de gagnant mais un but pour le central qui s’affirme comme un soldat de Pablo Machin.

Albiol (Villarreal) : Papy fait de la résistance ! Son retour en Liga à Villarreal avait interrogé, son niveau en Italie n’était pas au beau fixe. Cependant, l’ancien du Real confirme qu’il en a encore sous la semelle et fait énormément de bien au sous-marin jaune. Buteur face à Seville, il a avec Pau Torres était très souverain dans les airs pour repousser la soixantaine de centres tentés par les andalous.

Pique (Barça) : Autant décrié qu’adulé, le défenseur entrepreneur est une figure du Barça mais est aussi souvent remis en question pour ses sauts de concentrations, un poil trop régulier pour un garçon de son âge. Face à la Real Sociedad, il a pourtant enfilé son plus beau costume pour réaliser une performance XXL. Solide dans les duels, bon dans la gestion de la profondeur et dans ses interventions, il a vraiment évité au Barça de sombrer quand Lenglet se troue sur le deuxième but des basques.

Gaya (Valence) : Latéral assez offensif, Gaya n’en reste pas moins un excellent défenseur. Face au Real, comme son équipe il a d’abord souffert avant de lacher les cheveux et faire du mal à la Casa Blanca en seconde. Une excellente performance, encore, pour celui qui confirme son niveau international.

Trippier (Atletico) : Jugé unidimensionnel par beaucoup, le latéral anglais apporte beaucoup à l’Atleti dans une filière qui n’est la force des madrilènes au départ. Encore une fois, face à un Osasuna entreprenant le trouver dans l’interval pour ensuite le voir décrocher un bon centre a fait du bien. Surtout qu’il n’est pas un joueur de rupture comme Renan Lodi et peut aider à préserver le cuir. Encore créditer d’une passe décisive, il confirme sans pour autant emballer.

Coquelin (Valencia) : Il faut surement parti des meilleurs milieux de Valence mais aussi de Liga. L’ancien d’Arsenal rayonne depuis son arrivée malgré les pepins physiques. Toujours au niveau, appliqué et utile à l’équilibre, il fait parfaitement la paire avec Dani Parejo. Jamais décevant, il est même régulièrement emballant. Face au Real il a encore été impérial et il est sorti sous une ovation méritée de Mestalla.

Rafinha (Celta Vigo) : Blessé et pas au mieux depuis quelques saisons, Rafinha a signé cet été au Celta en espérant retrouver performance et surtout continuité dans le jeu. Une nouvelle fois blessé sur le début de saison, il a pourtant réalisé une excellente prestation face au Mallorca. Omniprésent avec plus de 100 ballons touchés, l’ex du Barça a fait étalage de sa palette technique et rassure sur sa capacité à assumer une grande part de la responsabilité créatives des Galiciens.

Oyarzabal (Real Sociedad) : Moins en vu devant les bois que lors des dernières saisons, l’ailier confirme qu’il n’a pas un jeu unidimensionnel. Face au Barça on l’a encore vu surtout à la passe, pour créer du danger sans pour autant courir avec le cuir. Une science du jeu qui en fait vraiment un ailier ultra complet et surtout très compétitif. Il n’a pas tremblé pour ouvrir la marque sur penalty.

Bardhi (Levante) : Comme son équipe, il peut être génial ou alors très discret. Mais comme son équipe, quand il est dans un bon joueur, c’est souvent du très très bon. Face à Granada, dans un match assez timide dans l’ensemble, Bardhi a encore une fois été très bon et a notamment fait parler la poudre pour marquer le 2-1. Une victoire intéressante qui permet aux Granotes de reprendre un peu du poil de la bête.

Mata (Getafe) : L’attaquant qui a émergé sur le tard et qui a notamment refusé une offre chinoise pour signer à Getafe est déterminant actuellement. Plus mobile que Molina tout en étant plus complet qu’Angel, il offre une synthèse vraiment intéressante pour créer du danger mais aussi rendre ses coéquipiers meilleurs. Autant passeur que buteur, il a encore livré une excellente performance ce week-end ce qui permet à Getafe de n’est plus qu’à 5 points du duo Real-Barça et 1 de Seville. Le Bordalismo est en train de conquérir la Liga.

Commentaires