Liga / Valence – Real Madrid : où en sont les Merengues à l’approche du Clasico ?

0
Crédits : Iconsport

Epilogue de la 17ème journée de Liga, cette opposition entre Valence et le Real Madrid s’annonçait alléchante. Euphorique après sa qualification en 8ème de finale de Ligue des Champions, le club Ché avait à coeur de poursuivre sa belle semaine en s’offrant le scalpe de la Casa Blanca. En face, les Merengues se devaient de profiter du nul du Barça contre la Real Sociedad afin de passer devant au classement et aborder le Clasico dans la peau du leader. Au terme d’un match intense et plaisant, les deux équipes se sont séparées sur un nul plutôt logique qui ne contentera personne. Récit.

Au coup d’envoi, Celades titularise Domenech, Jaume Costa en raison des blessures de Cilessen et Piccini, Wass montrant d’un cran. Sinon, les armes majeures de Valence sont présentes avec notamment le duo en forme du moment : Rodrigo-Ferran. Coté Real Madrid, Nacho remplace Marcelo blessé et Mendy suspendu. Casemiro est laissé au repos en prévision du Clasico de mercredi prochain. En attaque, Isco accompagne Rodrygo et Benzema.

Une première mi-temps rythmée mais vierge de buts :

Les premières minutes de jeu sont marquées par des possessions alternées où chacune des deux équipes souhaitent mettre en place son jeu. On sent d’ailleurs qu’elles sont en confiance et connaissent parfaitement leu plan tactique. Les locaux organisent un pressing haut avec des transitions rapides en profondeur vers l’avant pendant que les visiteurs du soir font tourner le ballon de par et d’autres du terrain cherchant la faille. Les hommes de Zidane ont davantage la possession ce qui débouche sur des incursions de Rodrygo ou des frappes cadrés de Kroos, Valverde ou Modric. Bien muselé par ses adversaires, Parejo arrive tout de même à lancer les flèches Torres et Soler. L’absence de Casemiro au milieu de terrains se fait ressentir. Le match est plaisant en l’absence de fautes et de précipitations des acteurs. Les minutes défilent, le ballon circule toujours aussi vite mais aucune équipe n’arrive à ouvrir le score.  La première mi-temps s’achève donc sur un score verge mais on sent que le match peut basculer rapidement, il ne manque qu’un élément déclencheur pour que la situation se décante.

Crédits : Iconsport

Un Valence plus entreprenant mais rattrapé sur le fil par des madrilènes concernés :

A la sortie des vestiaires, Valence accentue le rythme du match en multipliant les transitions rapides vers ses attaquants. Le bloc merengue est étiré au maximum, notamment par le très bon travail des latéraux Gaya-Costa, afin de créer des espaces. Défensivement, cela ne leur empêche de se replier tous ensemble dans leur camp pour gêner la construction madrilène. Le temps passe et les filets n’ont toujours pas tremblé, la tension augmente mais on sent que ce match ne se finira pas sans buts. Du coté madrilène, on continue à faire vivre le ballon en mobilisant tous les joueurs présents sur le terrain dans l’espoir de faire une différence décisive. On peut cependant reprocher à Isco son manque d’efficacité dans son rendement offensif malgré son réel apport dans la fluidité du jeu de son équipe.

Sentant son équipe déclinant dans sa production offensive, Zidane décide de faire rentrer tour à tour Vinicus JR, Bale et Jovic. Néanmoins, ces entrées n’ont pas réellement apporté de plus-values. C’est surtout Courtois qui maintient longtemps son équipe à égalité par plusieurs parades et face à face bien sentis. Poussé par un Mestalla comme à son habitude en feu, Valence finit par ouvrir le score sur une énième contre-attaque, Rodrigo décalant Wass qui centre en retrait pour Carlos Soler. Bien aidé par un double pivot Coquelin-Parejo remarquable, on pensait Valence capable de tenir le score dans le dernier quart-heure mais c’était sans compter l’abnégation des Vikingos. A la 95ème minute, Courtois, monté pour la dernière action sur corner, décroise sa tête et force à Domenech à s’employer. Le ballon est repoussé dans les 6 mètres sans que les valenciens n’arrivent à dégager le ballon. Finalement, c’est l’inévitable Benzema qui propulse le ballon dans la cage adverse.

Crédits : Iconsport

Une série madrilène suffisante pour affronter le Barça de Messi ? 

Malgré l’absence de victoire, la prestation du Real Madrid contre Valence est dans la continuité de ce que l’on voit depuis plusieurs semaines à savoir des joueurs concernés et volontaires dans la production du jeu. La première mi-temps contre le PSG avait déjà montré que les hommes de Zidane étaient en mesure de produire de belles copies face à des adversaires de qualité. Face à Valence, il a certes manqué de réalisme devant le but et de Casemiro au milieu de terrain mais le scénario du match aura surement mis en confiance le groupe à quelques jours du Clasico. La Maison Blanche devra alors regarder son rival droit dans les yeux et chercher à tout prix à faire la différence pour s’emparer seule de la première place du championnat.

Melvil Chirouze

@iamxmelvil

Commentaires