Deportivo La Corogne, entre ras-le-bol du vestiaire et inaction offensive

0
Le Deportivo La Corogne est actuellement en dernière place de Segunda [Crédits : AS]

À la suite du match nul sur la pelouse de Lugo (0-0), c’est une vidéo du joueur Peru Nolaskoain qui a créé la polémique. Elle rappelle que la situation difficile dans laquelle est plongée le Deportivo La Corogne affecte également les joueurs. Ce ras-le-bol résulte des mauvais résultats, mais également de la gestion financière compliquée du club galicien en deuxième division espagnole. 

3-2 sur leur pelouse, face au Real Oviedo. Dernière victoire du Deportivo La Corogne en championnat, nous sommes alors le 18 août. Depuis ? Huit défaites et neuf matchs nuls. C’est d’ailleurs à la suite du dernier, où aucun but n’a été inscrit entre le Deportivo et Lugo, qu’une vidéo d’un Peru Nolaskoain déprimé a fait le tour des réseaux sociaux. Si vous utilisez Instagram, il est possible que vous ayez deux comptes. L’un pour le ‘grand public’, l’autre pour vos amis proches. Ou peut-être n’avez-vous qu’un seul compte, où vous avez instauré un système de trie auprès de ceux qui peuvent voir vos storys. Ce principe, repris à Snapchat, permet de diffuser des vidéos éphémères de 24 heures maximum.

« On ne gagne pas un seul match »

C’est le choix qu’a fait Peru Nolaskoain, suivie par près de 15 000 personnes sur Instagram, dont une écrasante majorité qu’il ne connait pas. Assez normal pour un joueur de foot. Pour pouvoir communiquer avec ses amis intimes, Nolaskoain avait ainsi opté pour la création d’une story restreinte, réservée à ses « mejores amigos ». C’est dans celle-ci que le joueur a exprimé ses douloureuses pensées, comme s’il était couché sur le sofa d’un psychologue.

« L’année que nous faisons est incroyable, on ne gagne pas un seul match, c’est incroyable à quel point on est mauvais » s’exprime le joueur prêté par l’Athletic Club. Une vidéo qui n’était pas censée faire le tour des réseaux sociaux, du moins jusqu’à ce dimanche 1er décembre. Peru Nolaskoain pensait effectivement ne s’adresser qu’à ses amis de confiance, qu’ils soient copains d’enfance ou – potentiellement – coéquipiers à l’Athletic. Pourtant, quelqu’un semble avoir pris un malin plaisir à l’enregistrer et à la faire partager sur les réseaux sociaux. Comme quoi, la trahison vient souvent de ceux en qui on pensait pouvoir avoir une totale confiance.

Dans cette story rendue publique, où Nolaskoain ressemble à un homme récemment largué par sa copine, le défenseur central se lamente sur son canapé. « Au lieu de faire la fête pour me saouler et oublier l’année de merde que je suis en train de faire, qu’on est en train de faire, je reste à la maison » se lamente-t-il. Peru Nolaskoain a rapidement réagi sur les réseaux sociaux, adressant sur Twitter ses « plus sincères excuses » auprès de ses clubs, ses coéquipiers ainsi que les supporters du Deportivo. Selon lui, la vidéo date d’une semaine. Elle aurait donc été faite après un autre match nul, contre Alcorcón (0-0).

Peru Nolaskoain avec l’Athletic en 2018 [Photo de IconSport]

Le moral des troupes au plus bas

Si Peru Nolaskoain va devoir faire un tri dans ses amis proches, il va également devoir s’expliquer auprès de ses actuels coéquipiers. Borja Valle, ailier du Deportivo, a récemment avoué à Marca que la vidéo a créé « une situation compliquée », tout en prenant la défense du Basque. « C’est un garçon très travailleur, qui est contrarié par tout ce qui se passe » explique-t-il avant de poursuivre : « Quand les supporters nous soutiennent, ça nous aide. En revanche, ça n’aide pas Peru ». Une dernière phrase qui peut également sonner comme une critique envers le joueur prêté par l’Athletic.

Du côté des supporters justement, les réactions semblent davantage proches de la compréhension que de la critique. Dans les commentaires du dernier tweet de Nolaskoain, les Basques soutiennent majoritairement leur Leone. « L’Athletic a des valeurs centenaires parmi lesquelles le respect absolu envers ses coéquipiers et les clubs. J’ai échoué à cela avec mon comportement qui ne se répètera pas dans le futur » peut-on lire dans ses excuses. Les supporters du Deportivo sont compréhensifs. Entre les nombreux conseils concernant le choix des amis, on peut également lire des messages encourageants, lui demandant seulement de « travailler dur ». Chose promise par Peru Nolaskoain dans ses excuses. Le défenseur central a depuis privatisé son compte Instagram.

Certains se demandent si la vidéo de Peru représente ce que pensent les joueurs tout bas. Une éventualité pour ce club qui a connu quatre entraîneurs depuis juillet 2018. L’actuel se nomme Luis César Sampedro et est arrivé en octobre dernier. Son premier match s’est soldé par un violent 3-0 à Las Palmas. Depuis, trois autres défaites et quatre matchs nuls…

Le Deportivo La Corogne lors de leur dernière saison en Liga, en 2018 [Photo de IconSport]

Une situation financière compliquée

La situation actuelle du Deportivo surprend. Sans forcément remonter jusqu’à 2004, année où les Galiciens auraient pu remporter la Champions League, la saison dernière de Segunda est à l’opposé de celle en cours.

La comparaison est facile à faire, le Dépor a perdu 8 de ses 16 premiers matchs de championnat. C’est-à-dire autant que sur la totalité du dernier exercice. Le tout en sachant qu’une saison de seconde division compte un total de 42 matchs. Peu réjouissant. Seul avril 2019 fait tâche. Avec trois défaites consécutives – dont un 1-2 contre Extremadura, qui était 19e, à La Corogne – le 4e mois avait coûté le poste de Natxo González. Remplacé par Josep Lluís Martí et son 4-4-2 très offensif, le Deportivo avait rapidement retrouvé ses couleurs, jusqu’à atteindre la finale pour la montée en Liga. Une double confrontation entamée avec une solide victoire 2-0 contre Mallorca. C’était sans compter sur Abdón Prats, auteur du 3-0 lors du match retour, permettant aux Bermellones d’atteindre l’élite. Une violente défaite qui ne permettra pas à Martí d’être prolongé.

Au-delà, c’est surtout une situation financière faîte de dettes et de prêts bancaires dans laquelle est coincée le Deportivo. La gestion de Constantino Fernández – président du club jusqu’en 2018 – est durement critiquée par les supporters, bien qu’une amélioration récente a été constatée. En effet, grâce à des accords conclus avec des banques locales telles qu’Abanca – qui a son nom sur le stade Riazor – la dette de 100 millions d’euros du club semble être progressivement prise en charge. Le Dépor est, d’un point de vue financier, sur la bonne voie. Mais il ne peut se permettre de dépenser pour son recrutement, pire, il a été contraint lors du mercato estival de laisser partir certains de ses meilleurs éléments.

Quique González avec le Dépor [Crédits : Deportivo La Coroña]

Une absence de solution offensive

Dans le but d’essayer de garnir ses finances, le Deportivo a accepté de vendre deux joueurs à la SD Eibar, Edu Expósito et Quique González, pour un total d’environ 7 millions d’euros. Si le départ du premier a pu être comblé, avec par exemple le prêt de Peru Noloaskoain – qui peut jouer en défense central comme au milieu –, c’est beaucoup plus compliquer de trouver une solution au premier.

Quique González était un titulaire important du Dépor, auteur de 16 buts la saison dernière. Un élément essentiel donc, qui a laissé le club galicien sans réponse en attaque. Le rôle de buteur est confié à Mamadou Koné et Christian Santos – respectivement auteur de 3 et 2 buts cette saison – mais il n’est pas rempli de la même façon. Les supporters sont d’ailleurs très critiques envers ces deux joueurs, qui ont une finition très éloignée de celle de Quique González. L’entraîneur Luis César Sampedro est en manque d’inspiration et ne parvient pas à trouver la solution pour son équipe, qui n’a pas fait trembler les filets depuis le 10 novembre. Lors du 0-0 contre Lugo, il a ainsi essayé de faire jouer Ager Aketxe en pointe, sans davantage de succès. Ce milieu offensif, recruté librement en juillet, est le meilleur buteur du Deportivo, avec quatre réalisations.

Riazor attend une victoire… [Crédits : Football Addict]

Mais ce qui manque aux Blanquiazules, c’est un vrai attaquant, et le nom de Quique González résonne encore au Riazor. N’entrant pas dans les plans de Mendilibar à Eibar, le natif de Valladolid pourrait revenir en Galice. C’est du moins ce qu’avance AS. Il reste désormais à savoir si le Deportivo La Corogne est prêt à sortir le chéquier, et surtout, si cela permettra au Dépor de se maintenir en Segunda. Affaire à suivre…

Jérémy Lequatre-Garat
@Euskarade

Commentaires