Atletico – Barca : Choc au sommet et retrouvailles enflammées

0

Après une semaine de Ligue des Champions chargée pour les deux clubs, la formation de Simeone reçoit la bande à Messi au Metropolitano ce dimanche soir à 21h. Les Catalans, à trois points du Real Madrid leader depuis sa victoire d’hier contre Alaves, sont littéralement portés par leur capitaine argentin en plein état de grâce (encore), tandis que de son côté l’Atleti coule petit à petit. La saveur de ce choc européen peut-il inverser la tendance? Ou bien plonger les Colchoneros dans une réelle crise sportive?

Ce déplacement s’annonce croustillant à la fois pour l’enjeu mais aussi pour les retrouvailles d’Antoine Griezmann avec son club, dans ce stade qui lui a tant réussi. Lui qui a laissé un souvenir indélébile auprès des supporters madrilènes par ses prouesses sportives de haute volée mais également pour ses énormes maladresses hors du terrain. Sa performance va être observée, ses gestes décortiqués et tout un peuple va pousser son équipe pour éclaircir un ciel devenu sombre ces dernières semaines. Le match est déjà lancé : les avis fusent, les points de vue divergent et la pression monte pour chaque personne concernée. La rencontre risque d’être électrique et l’intensité maximale.

L’Atletico, un perpétuel recommencement 

Comme chaque semaine, on croit l’Atleti enfin guéri de ses maux et loin de ses démons d’antan en apercevant des phases de construction intéressantes ou des sorties de balles rapides, cependant les performances s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Après une prestation convaincante, l’équipe se tend, déjoue et n’arrive pas à reproduire ce qui avait fonctionné précédemment. Sans régularité dans ses prestations, l’équipe du Cholo est incapable de grandir sereinement, comme bloquée par la triste réalité d’une saison de transition annoncée cet été. Des mauvais résultats, des blessés et surtout un jeu sans prise de risque ni saveur, la pente est effectivement descendante.

Apathiques, sans idées, fragiles : les mots manquent pour définir les prestations madrilènes. L’équipe souffre et l’écart de niveau avec certaines formations se fait sentir comme la récente défaite face à la Juve en Ligue des Champions. Pris à son propre jeu, l’Atleti subit et craque sans pour autant faire preuve de réalisme devant. Le constat est cuisant, l’Atletico ne fait plus peur. Le match nul face à Granada image bien cet aspect puisque sans Felix ni Partey, la formation de Simeone ne pense pas, avance sans réfléchir et se heurte à des équipes bien organisées et préparées à ce cas de figure. En possession, le jeu est trop axial, la maladresse technique ne permet pas de déstabiliser le bloc adverse et les frappes ne sont assez souvent pas cadrées. Prévisible et n’arrivant pas à mettre ses plans de jeu en place, le Cholo retombe systématiquement dans ses travers.

Malgré tout, on connait la qualité de réaction des joueurs madrilènes dans des matchs à enjeu comme celui-ci. Portés par un stade en fusion, dans un élan de combativité qui les caractérisent si bien, les joueurs du Cholo sont capables d’inverser la tendance. L’équipe est toujours solide à domicile face au Barça, en témoigne les dernières confrontations qui se sont d’ailleurs soldées par deux matchs nuls. La bonne performance, d’un point de vue comptable tout du moins, est possible. Cela passera par une performance solide collectivement, sans doute au détriment du beau jeu, ce qui semble encore repousser l’échéance d’une évolution tactique. Même si Joao Felix revient en forme et Morata continue de marquer à domicile pour maintenir son équipe à flot, les rapports de force sont bien trop différents pour pouvoir espérer mieux.

Le Barça… Et Messi

Chaque match ou presque, un seul mot est sur toutes les lèvres quand on parle des Catalans et ce mot est en faite un nom : Léo Messi. Dans une équipe en demi-teinte, où incohérences tactiques et défaillances collectives sont de plus en plus fréquentes, un seul homme permet de voir la vie en rose, et c’est bien lui. Ultra décisif sur coup de pieds arrêtés, toujours aussi explosif dans le jeu et intelligent dans ses déplacements et ses passes, il est tout simplement le meilleur joueur du monde et ses prestations hebdomadaires le prouvent à chaque fois.

Cependant, il est probablement le seul élément à la hauteur du prestige de cette équipe, trop facilement mise en difficulté face à des adversaires jugés bien plus faibles comme le Slavia Prague ou Leganes. Valverde, encore soutenu dans ses choix par l’ensemble de l’effectif et le board, continue à avancer, malgré tout. A l’image de son homologue argentin Diego Simeone, il n’arrive pas à se renouveler et ce malgré les défaites affligeantes face à Liverpool ou La Roma. Et même si les idées mises en places ne sont pas nouvelles, voire très décevantes, la qualité technique de l’effectif garantit pourtant au Barça de virer en tête du championnat et cela en grande partie grâce à leur capitaine argentin. Sans sa présence et son aura, l’équipe se perd puisqu’elle se retrouve sans guide et sombre collectivement.

L’émergence de De Jong au milieu de terrain associé à Arthur et la connexion naissante entre Messi et Griezmann permet en outre de stabiliser l’équipe offensivement, jouant un jeu plus juste techniquement pour déséquilibrer le bloc adverse plus facilement. A l’image du match face à Dortmund, les offensives ont été tranchantes, les décalages intéressants mais la maîtrise sur le match reste encore insuffisante face à la faiblesse de l’adversaire, malade. Les progrès sont attendus et l’enjeu du match va permettre à toute l’équipe de passer un vrai test, en fixant clairement les ambitions et le potentiel de l’effectif.

Les clés du match : Les remplaçants en première ligne côté Barça

Avec un Jordi Alba et un Nelson Semedo absents, Sergi Roberto et Junior Firpo devront montrer leur meilleur visage. Cela ne rassure pas au vue de la frilosité de l’équipe ces derniers temps, le manque d’expérience et d’automatismes joueront forcément en leur défaveur. La communication et la concentration devront être le mot d’ordre pour gérer les intervalles recherchées par les Colchoneros et notamment Joao Felix et Koke, toujours inspirés dans ces zones du terrain pour faire mal aux adversaires par la passe ou par le dribble. De plus, il faudra à tout pris un gros travail des ailiers et des milieux de terrain pour bloquer les montées des latéraux Colchoneros, à l’aise dans le dos de leurs adversaires directs.

Du côté Barça, l’absence d’Ousmane Dembélé également blessé n’assure aucun répit offensif à l’Alteti, tant l’armada catalane fait peur, en tout cas sur le papier. En effet, le trio Griezmann-Suarez-Messi devrait sans aucun doute être aligné et le double pivot madrilène passera son match à essayer de gêner l’architecte argentin de cette équipe Barcelonaise. Couper les lignes de passes, cadrer le porteur de balle et bien compenser les décalages sur les côtés. Tant de choses essentielles qui sont pourtant si difficiles à mettre en place face à des joueurs de ce calibre, si l’équipe s’élève à son meilleur niveau, ce qui sera sans doute le cas pour ce match de gala. Gimenez est toujours absent côté Atleti, une absence de marque de même que celle de Sergio Busquets suspendu dans le camp d’en face.

XI possibles

Atletico

 

Barça

 

Julien (@TorresismoATM)

Commentaires