LDC / Bayer Leverkusen – Atletico Madrid : Entre certitudes et progrès

0

Cette saison est particulière pour l’Atleti. Dans le bon tempo en Liga et en C1, les Colchoneros laissent pourtant encore et toujours une impression mitigée à beaucoup de monde, comme si le club avait du mal à devenir un géant dans l’esprit de certains. Ce choc peut permettre aux Madrilènes de faire un grand pas vers les huitièmes tout en renforçant l’impression que le club se prépare à lâcher les chevaux en deuxième partie de saison. Présentation.

L’aller avait permis à l’Atleti de s’offrir une victoire par la plus petite des marges. Trois points et puis c’est tout, les Madrilènes confirmant qu’ils étaient capable de mettre le bleu de chauffe en Ligue des Champions sans pour autant réussir à assurer des victoires larges. Pourtant, les hommes de Simeone ronronnent offensivement, restent sur deux nuls consécutifs de suite en Liga et n’arrivent plus à enclencher la seconde. Le club a retrouvé une assise défensive mais n’arrive plus à emballer les rencontres. L’émergence d’Angel Correa permet de faire vivre un collectif qui est déjà dépendant des bouclettes de Joao Felix, toujours blessé. Avant match.

Une panne offensive inquiétante ou simple mauvaise passe ? 

Sur les dix derniers matchs toutes compétitions confondues, l’Atleti a trouvé le chemin des filets 10 fois. Un rythme clairement décevant pour un club qui compte dans ses rangs des buteurs comme Diego Costa ou Alvaro Morata et des passeurs comme Thomas Lemar ou Vitolo. Surtout que sur les cinq premiers matchs de la saison, les Colchoneros avait trouvé le chemin des filets sept fois. Après des débuts assez compliqués dans le jeu où les excellentes séquences étaient parasitées par des trous d’air assez important, Diego Simeone a remis l’église au centre du village en rappelant que ce club s’était construit d’abord avec sa défense. Logiquement, ce tour de vis a permis au club de garder sa cage inviolée de nombreuses fois mais aussi de brider la force de frappe de l’équipe.

La force principale du club de retour, il faut maintenant se remettre à faire trembler les filets régulièrement. D’une part parce que l’Atleti a de plus en plus de mal à préserver les 1-0, le collectif est aussi bon mais les individualités présentes sur le terrain n’ont pas vraiment cela dans leur disque dur contrairement aux Godin, Juanfran, Filipe Luis ou encore Gabi. L’idée est d’avoir un avantage de 2 ou 3 buts avant le dernier quart d’heure pour éviter de devoir se reposer simplement sur les exploits souvent monumentaux d’un Jan Oblak toujours aussi excellent.

Cependant, la méforme de Diego Costa, le manque de rythme d’Alvaro Morata, de Vitolo et Thomas Lemar associés à la blessure de Joao Félix ont mis un gros bémol au passage de la seconde vitesse offensivement. Après quelques tests infructueux, c’est le retour d’Angel Correa dans les petits papiers du Cholo qui a permis un regain de dynamisme offensif. Bien sûr les stats ne rendent pas encore compte de cela mais l’apport d’Angel est notable dans le jeu dans un rôle similaire à Joao Félix. Il ne serait pas étonnant de voir l’Argentin sur le côté droit à la manière du portugais pour permettre d’associer Diego Costa et Morata devant.

Derrière ces quelques incertitudes offensives, l’Atleti peut compter sur quelques certitudes derrière pour aborder la suite de sa saison. Tout d’abord Thomas Partey au milieu, véritable cerveau de l’équipe, il aimante les ballons et les bonifie avec une prestance folle. Totalement libre, il est le premier relanceur de l’équipe, n’a pas peur du pressing ce qui lui permet de casser des lignes par la passe ou le dribble. Face à Séville il a livré encore un récital. Derrière Renan Lodi est excellent, tout comme Felipe Monteiro qui est en train de prendre une envergure incroyable avec le maillot rouge et blanc. Même si l’Atleti ronronne, Diego Simeone est en train de se construire des certitudes pour la suite.

Inclure un maximum de monde

Dans sa logique de recréer une histoire collective à ce groupe, Diego Simeone ne lâche pas grand monde et tente de relancer régulièrement des garçons en petite forme. Joao Félix est toujours absent, tout comme Savic et Gimenez. Devant, le retour du duo Diego Costa-Morata est attendu, même si à part son match face au Lokomotiv Moscou, il n’a jamais vraiment répondu aux attentes sur la durée. Arias pourrait enchaîner avec la baisse de forme de Kieran Trippier.

XI probable

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

 

Commentaires