Liga / Previa Merengue : Real Madrid – Betis : Continuer les progrès face à un rival moribond

0

Pour cette 12ème journée de championnat, le Real Madrid reçoit un Betis Séville qui vient de gagner mais qui est très décevant et pointe dans les profondeurs du classement. Alors que le Real a giflé Leganés mercredi et a fait le plein de confiance, le Betis de son côté s’est défait de l’Espanyol dans un match entre équipes mal en point, a sauvé la tête de son entraîneur et est sorti de la zone rouge. Ce duel va donc opposer des Madrilènes qui veulent rester collés au Barca au classement à des Sévillans qui ont urgemment besoin de points. Voici notre Previa Merengue !

Dans ce match qui aurait pu être une rencontre au sommet de la Liga, un Real en pente ascendante et avec un onze titulaire qui se profile de plus en plus va affronter un Betis moribond dont la tête de son coach ne tient qu’à un fil. Les Madrilènes doivent gagner ce match pour ne pas se distancer du Barca au classement et préparer au mieux la rencontre de mercredi où ils reçoivent Galatasaray en Ligue des Champions. De leur côté, si les Sévillans sont sortis de la zone de relégation cette semaine le chemin est encore très long. Ils ne sont à trois points du premier relégable bien loin des objectifs fixés en début de saison et Rubi est de plus en plus questionné et sur un siège ejectable.

Real Madrid : Un onze qui se dégage et la prise de pouvoir de Valverde et Rodrygo

Le Real Madrid va recevoir le Betis en étant pléthorique après la claque infligée à Leganés. Certes le match face à Leganés peut être un trompe l’oeil tant les Pepineros ont fait un non-match, mais cela faisait un bon moment que le Real n’avait pas eu une rencontre aussi tranquille. De quoi faire le plein de confiance avant d’affronter un Betis décevant cette saison. Mercredi soir , pour affronter Leganés, pour la première fois de la saison Zidane à aligner deux fois de suite le même onze. Certes, les différentes blessures n’ont pas aidé à ce que cela se produise avant, mais il semble qu’aujourd’hui après un tiers de championnat une équipe type se profile dans l’esprit du Français. Les plus gros changements se situent au milieu et en attaque avec la prise de pouvoir de deux jeunes joueurs. En effet, Fede Valverde semble être définitivement passé devant Modric pour Zidane qui semble préférer la dimension box-to-box de l’Uruguayen plutôt que le cote technique du Croate. Sa présence bonifie Kroos et Casemiro et donne plus d’équilibre à l’équipe notamment dans les transitions défensives. L’autre changement qui est également une surprise est l’irruption de Rodrygo sur le côté droit de l’attaque pour accompagner Hazard et Benzema. ZZ semble enfin avoir trouver son titulaire en l’absence de Gareth Bale. Le jeune brésilien de 18 ans et qui est inscrit avec l’équipe réserve du Réal fait forte impression. A la différence de Vinicius à qui il a grillé la priorité, Rodrygo est plus posé et fait de meilleurs choix dans ses actions et surtout, il dispose d’une facilité à la finition a l’exact opposé de son coéquipier comme l’atteste les statistiques : 2 buts en 133 minutes. Ce sens du but est une denrée rare dans le football et particulièrement au Real qui est orphelin de buts depuis le départ de CR7. Autant dire qu’une telle efficacité devant le but ne peut que ravir les supporters du Real Madrid. Rodrygo doit maintenant prouver qu’il peut continuer à se montrer décisif sur la durée.

Le onze aligné mercredi devrait à nouveau débuter face au Betis malgré une possible titularisation de Ferland Mendy à la place de Marcelo ainsi que de Militao à la place de Ramos. Gareth Bale est toujours absent au même titre que James Rodriguez.

Betis : Sauver la tête de Rubi

Grâce à sa victoire très importante mercredi soir face à l’Espanyol, le Betis est sorti de la zone de la relégation qui ne se trouve qu’a trois petits points et à sauver la tête de son entraîneur. Mais Rubi voit toujours pointer au dessus de lui une épée de Damoclès. La faute à un mauvais début de saison que ça soit dans le jeu ou les résultats. Sous Setien si les fans se plaignaient d’une équipe trop romantique qui faisait primer la beauté du jeu au pragmatisme, l’équipe avait au moins un style bien défini. Avec Rubi à la tête des verdiblancos aucun style n’est défini et l’équipe dépend des inspirations de Fekir et de Canales à la création et des buts de Loren. Une copie bien trop faible pour aspirer aux places européennes et qui place Rubi sur un siège éjectable malgré le soutien total de ses joueurs . Pour ne rien arranger, le Betis affronte un Réal qui va le recevoir au complet et en pleine confiance suite à son carton face à Leganes. Si une défaite contre les Merengues ne ferait pas sauter Rubi (il doit perdre deux matchs de suite pour pouvoir se faire licencier), est-ce bien raisonnable pour un club du standing du Betis de continuer dans une voie qui semble sans issue arrivé au tiers du championnat ?

Rubi devrait sortir un onze classique pour ce match. Il ne peut toujours pas compter sur Dani Martin, William Carvalho et Javi Garcia qui sont toujours blessés. Les deux milieux défensifs blessés, c’est Bartra et Ismael qui devrait composer le double pivot des Sévillans. Juanmi est quant à lui incertain pour cette rencontre.

La clé du match : le trio Canales-Fekir-Loren

Sergio Canales, Nabil Fekir et Loren Moron. Ces trois noms sont ceux des meilleurs joueurs du Betis depuis le début de la saison. Ce sont eux qui portent péniblement à bout de bras une équipe moribonde et qui produit peu de football. Les deux premiers sont les deux moteurs de l’équipe quand le troisième est en tête du classement des buteurs ex-aeqo avec Gerard Moreno et Karim Benzema. Quand ces trois-là sont dans un bon jour, le Betis est capable de tout. Face à un Real Madrid qui s’est fait une injection de moral face à Leganés, les Sévillans ont plus que jamais besoin de ce trio pour espérer ramener quelque chose de Santiago Bernabeu. Exilé sur un côté depuis l’arrivée de Fekir, Canales en pâtit un peu mais reste un très bon joueur de ballon capable de sortir la balle proprement et de délivrer des caviars. Fekir quant à lui revient de blessure et n’est pas encore à son meilleur niveau bien qu’il ait marqué face à l’Espanyol le but de la victoire. Mais les meilleurs occasions de son équipe passent nécessairement par ses bottes et son entente avec Canales est primordial pour voir le Betis produire un peu de jeu. Si ces trois joueurs parviennent à combiner efficacement, les Sévillans ont des chances de ne pas repartir bredouille de Madrid.

XI Probables

Real Madrid

Betis

Miguel Hernandez

@Mig19Hernandez

Commentaires