Liga / Getafe – Grenade : Un choc pour une passation de pouvoir ?

0

Pour clôturer cette 11e journée de Liga disputée en semaine, un choc entre deux équipes qui ne sont pas les plus connues en Europe. Getafe, qui a tutoyé les sommets dès sa remontée en Liga joue l’Europe cette saison mais galère franchement en Liga. De l’autre côté, Granada est un promu ambitieux, solide et cohérent qui impressionne sur la durée. Ce match ressemble à une passation de témoin, Getafe laissant son étiquette de promu poil à gratter de la Liga à des Andalous qui prennent un malin plaisir à faire chahuter les ténors espagnols. Avant match.  

Ce 27 octobre lors de la 10e journée de Liga, Getafe reçoit Séville et Granada le Betis. Les deux matchs vont se décanter en seconde période, les Madrilènes vont simplement se faire rouler dessus par des Andalous qui continuent d’impressionner. De leur côté, les Nazari l’emportent sur la plus petite des marges et continuent de jouer les troubles fêtes en Liga. Ce match, entre Getafe et Granada ressemble à une passation de témoin et les hommes de Diego Martinez ont beaucoup à gagner lors de cette onzième journée.

Getafe, à la recherche d’un rythme 

Depuis le début de la saison, Getafe oscille entre le satisfaisant et le frustrant. L’équipe qui a trusté une place européenne la saison dernière en étant dans la zone champion’s durant une longue période doit digérer son nouveau statut. Actuellement, les hommes de Bordalas sont attendus, on connaît les forces et les faiblesses des Azulones ce qui a poussé Bordalas a faire évoluer son équipe pour lui offrir d’autres possibilités de prendre à défaut ses adversaires.

Avec 13 points en 10 journées et seulement trois victoires, les Madrilènes font du surplace. Pourtant, on a cru la saison de Getafe lancée plusieurs fois comme après la victoire sur le Real Sociedad à l’extérieur. Sauf qu’après ce joli coup, les Azulones ont enchaînés deux défaites de suite toute compétitions confondues. Tout n’est pas à jeter, ce qui a fait la force et la réussite de Getafe est visible mais l’équipe ne surprend plus personne et rentre un peu dans le rang en ce début de saison. Une situation tout compte fait satisfaisante, puisque l’équipe aurait pu sombrer au vu de la multiplication des rencontres.

Avec l’intégration des nouvelles recrues et la perte de plusieurs joueurs fondamentaux dans la réussite du club en ce début de championnat, Bordalas cherche clairement un rythme et fait surtout du bricolage sur ce début de saison. Loin d’être à son maximum, Getafe ronronne mais semble monter en puissance sur ses dernières sorties. Mais l’usure physique d’un match tous les trois jours fait traîner en longueur la possibilité de lancer une série vertueuse.

Grenade, plus qu’un feu de paille 

Quand Getafe se cherche encore sur le terrain et tarde à trouver un rythme de croisière, Granada est clairement lancé et semble gagner en consistance. Ce qui ressemblait surtout à un reste de l’euphorie de la montée en Liga semble se transformer en une vraie force sur le long terme. L’équipe propose un excellent bilan à domicile (12 points sur 15 pris), voyage bien (8 points sur 15, 3e meilleur bilan du championnat) et semble capable de faire tourner son effectif sans perdre en compétitivité.

Sur le terrain, les Andalous semblent autant capable de mettre en place leur jeu et donc de dominer la rencontre que de s’adapter à l’adversaire pour le prendre à défaut sur ses faiblesses. L’équipe est tellement au point tactiquement que Diego Martinez peut changer 4 ou 5 joueurs, les résultats et la cohérence seront toujours présents. Le 4231, modulable en 433 ou 442 fait vraiment des ravages et illustre bien la qualité globale de cette équipe.

Ce qui fait la différence avec les autres promus c’est clairement l’avance tactique et la justesse des recrutements. Carlos Fernandez, Darwin Machis ou encore Maxime Gonalons apportent un vrai plus à chaque fois qu’ils sont sur le terrain. Alors que dans les autres équipes, les recrues tardent vraiment à peser sur les résultats, ces trois joueurs sont déjà des membres importants de Granada. Gonalons a palié l’absence de Montoro, l’un des meilleurs des Nazari sur ce début de saison, sans problème. Machis est déjà indiscutable et Carlos Fernandez semble être l’attaquant du futur mais aussi du présent pour Diego Martinez, tant il est utile dans la surface mais aussi plus au large pour créer.

Les clés du match : Deux groupes complets mais des rotations qui peuvent changer beaucoup de choses 

Pour ce match en ce moment, c’est bien sûr les rotations qui vont conditionner beaucoup de choses. Granada est habitué à réaliser ce genre de changements ou d’ajustements que ça soit pour éviter l’épuisement physique tout en incluant tout le monde ou simplement pour s’adapter aux spécificités de l’adversaire. C’est moins la norme pour Getafe qui est connu pour avoir un onze assez fixe mais Bordalas doit composer avec une petite usure physique et des blessures qui imposent des changements.

Le côte gauche est toujours la grosse incertitude pour Getafe. Kennedy n’est pas perçu comme un partant mais apporte souvent. Cucurella devient aussi un latéral différent de Nyom lorsqu’il est reculé et associé au brésilien. Raul Garcia est un latéral mixte qui sait défendre mais aussi apporter offensivement. Logiquement, Pepe Bordalas devrait aligner le triptyque Cucu-Nyom tout à fait classique. Djené est sur le retour et sa présence ferait un bien fou à une défense qui a du mal sans son guide togolais. Getafe cherche à retrouver les sommets avec son style, le changement de cap n’est pas prévu pour tout de suite.

Du côté de Granada, la présence Carlos Fernandez ou Soldado à la pointe de l’attaque de l’équipe change beaucoup de chose. Quand l’ancien de Seville est présent, il dézonne, il bouge, se libère et offre des possibilités différentes de son côté, l’ancien du Real est essentiellement dans l’affrontement et pèse sur les défenses. Au milieu, la présence de Machis ou Vadillo change aussi, le premier cherche essentiellement à faire des différences par le dribble quand l’autre est plus dans la passe. L’absence de Puertas est dommageable mais n’empêche pas la réussite du club. Le jeu vertical d’Azeez et Eteki est aussi intéressant quand les deux ont du temps. Face à un bloc compact comme Getafe, les deux vont devoir multiplier les passe et va pour permettre à Grenade de générer du danger.

Onze probables 

Getafe 

Granada

 

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires